Les grands auteurs de la bande dessinée européenne, deuxième chapitre. Avant l’avènement des bulles : les récits pour les enfants…

Cette série d’articles (1) a pour but de proposer une chronologie illustrée de la bande dessinée européenne, complétée par une bibliographie en langue française — tendant à l’exhaustivité — sur la période et les auteurs concernés : un recensement destiné à tous ceux qui veulent en savoir plus sur l’histoire du 9e art européen. Malgré tout le soin que nous avons pu apporter à ce travail minutieux, nous avons peut-être omis tels ou tels ouvrages, œuvres et créateurs, qui ont marqué leur époque : merci d’avance de nous signaler tout ce qui vous semble être un oubli ou une erreur de notre part.

Après avoir été une littérature en estampes ou une simple variante de la caricature, ce que l’on appelle aujourd’hui la bande dessinée (2) va principalement devenir, pendant la majeure partie du XXe siècle, un phénomène de presse. Elle se plie alors aux exigences des publications périodiques, proposant souvent des feuilletons découpés en épisodes sur plusieurs numéros, comme avant elle la littérature populaire.

Alors qu’aux États-Unis, le médium s’épanouit surtout dans la presse quotidienne, c’est dans le cadre des journaux illustrés pour la jeunesse qu’il accomplit sa destinée en Europe, en ce début des années 1900. S’adressant donc en priorité aux enfants, ce mode d’expression va évoluer sans cesse entre presse bourgeoise bien pensante et publications visant à distraire un public aux revenus et à l’éducation modestes.

En France, principalement, depuis le succès remporté par les histoires en images de Christophe dans Le Petit Français illustré d’Armand Colin, à la fin du siècle précédent, tous les éditeurs en place veulent leur hebdomadaire illustré. Après le St. Nicolas des éditions Delagrave (dès 1880) et le Mon journal chez Hachette (1881), la librairie Fayard fait paraître La Jeunesse illustrée en 1903 – puis Les Belles Images l’année suivante —, Tallandier propose Le Jeudi de la jeunesse en 1904 et, la même année, le quotidien parisien Le Petit Journal crée Le Petit Journal illustré de la jeunesse (supplément hebdomadaire paraissant tous les dimanches)…

Le 2 février 1905 apparaît « Bécassine » dans une revue destinée aux fillettes (La Semaine de Suzette des éditions Gautier-Languereau).

À cette première héroïne récurrente française — petite bonne bretonne au service d’une marquise —, les Offenstadt Frères (qui deviendront, à la fin de la Première Guerre mondiale, la Société parisienne d’édition ou SPE) vont opposer, en 1908, des personnages en rupture avec l’ordre établi : Les Pieds nickelés ; dans L’Épatant, l’un de leurs magazines réalisés pour une clientèle populaire.

De la même façon, les frères Offenstadt vont aussi toucher la clientèle féminine avec leur périodique Fillette en 1909, où apparaît « L’Espiègle Lili », alors qu’ils publient par ailleurs Le Petit Illustré – suite de L’Illustré — depuis 1906 et vont créer La Vie de garnison en 1909, L’Intrépide en 1910, Le Cri-Cri en 1911, La Croix d’honneur en 1915 ou Le Pêle-Mêle en 1924.

L’engouement éditorial pour les périodiques de divertissement juvénile touche tous les milieux : politiques, catholiques ou éducateurs ne sont pas épargnés, à l’instar de la Ligue ouvrière de protection de l’enfance avec Les Petits Bonshommes en 1911, la Maison de la Bonne Presse avec L’Écho du « Noël » en 1906 pour les garçons et Bernadette pour les filles en 1914 ou, dans le même esprit, les éditons de Montsouris avec Lisette en 1921.

Ce phénomène de publication des récits complets imagés en une, deux ou trois planches — la narration graphique de longue haleine se fait encore très rare — dans la presse illustrée pour enfants va alors se propager dans les pays voisins : en Espagne (avec En Patufet en 1904, Dominguin en 1915, TBO en 1917, Virolet en 1922), en Italie (Corriere dei Piccoli en 1908, Il Giornalino en 1924), en Belgique flamande (Het Mannekensblad et De Kindervriend en 1911, Zonneland en 1920) ou francophone (avec Cadet ou Petits Belges en 1920), en Grande-Bretagne (The Rainbow en 1914), au Portugal (ABC-zinho, en 1921)…

Encore très marqués par la production des images d’Épinal ou des Bilderbogens allemandes, la plupart des créateurs publiés dans toutes ces revues pour les jeunes lecteurs suivent une mise en page qui consiste encore à disposer leurs textes, de moins en moins descriptifs, sous les images.

Pourtant, la technique des balloons popularisée en Amérique à cette époque est bien connue et employée de longue date en Europe, notamment par les caricaturistes anglais du début du XIXe siècle : d’autant plus que, désormais, plusieurs strips américains y sont régulièrement traduits dans différents magazines.

À leur exemple, les premières bandes dessinées européennes à utiliser uniquement des dialogues ou onomatopées dans des bulles (ou des phylactères, si vous préférez !) sont « Fifi Céleri et son chien Quiqui » en France (publié, en 1904, dans L’Illustré national et dans ses nombreuses déclinaisons régionales),  « Professori Itikaisen tutkimusretki » en Finlande (en 1911, chez WSOY), « Quim e Manecas » au Portugal (en 1915, dans O Século Cómico) ou « Pip, Squeak and Wilfred » en Angleterre (en 1919, dans le quotidien The Daily Mirror).

Finalement, pendant cette période, très peu d’histoires en images ne sont pas les hôtes des périodiques pour la jeunesse. Celles-ci se situent le plus souvent à la limite de ce que l’on considère aujourd’hui comme de la bande dessinée : que ce soient les suites d’images muettes publiées dans des revues satiriques (notamment en Grande-Bretagne), les livres illustrés pour enfants (comme ceux du Français Benjamin Rabier, et un peu plus tard de son compatriote Jean de Brunhoff avec le célèbre « Babar » qui, lui, relève plus nettement de la littérature enfantine) ou les romans sans paroles du gaveur flamand Frans Maserel, dont la stricte narration graphique est quelquefois contestée.

Gilles RATIER

(1) Pour consulter la première partie de ce dossier en constante évolution, cliquez ici : Premier chapitre (article ayant subi plusieurs modifications depuis sa mise en ligne). Pour les suivants, cliquez ici Troisième chapitre et ici Quatrième chapitre.

(2) Ce n’est qu’à partir des années 1940 que l’on commence à parler de bande dessinée (uniquement dans des documents liés à l’édition) et cette appellation ne se répandra dans le public qu’à la fin de la décennie suivante. 

BIBLIOGRAPHIE EN LANGUE FRANÇAISE (*)

Sur la période 1900-1924

-       « Les Humoristes » par Francis Carco (Paul Ollendorff, 1921)

-       « Les Périodiques français pour enfants » par Mathilde Leriche (Revue du livre, 1935)

-       « Histoire de la littérature enfantine : de Ma mère l’Oye au Roi Babar » par Jean de Trigon (Hachette, 1950)

-       « Tout sur la presse enfantine française » par Élisabeth Gérin (Bonne Presse, 1958)

-       « Les Copains de votre enfance » par Jérôme Peignot (Denoël, 1963)

-       « La Presse enfantine française » par Jacqueline Dubois & Raoul Dubois (Francs et Franches Camarades, 1957 ; rééd. Messeiller, 1964)

-       « La Presse illustrée pour enfants et adolescents » par Théo Decaigny (ministère de l’Éducation nationale de Bruxelles, 1965)

-       « Les Chefs-d’œuvre de la bande dessinée » par Jacques Sternberg, Michel Caen et Jacques Lob, sous la direction artistique de Pierre Chapelo (Planète, 1967)

-       « La Dynastie des Offenstadt » par George Fronval (dans Phénix n° 3 et n° 4, 1967)

-       « Histoire de la presse des jeunes et des journaux d’enfants : 1768-1988 » par Alain Fourment (Éole, 1987)

-       « Dico Solo : 5 000 dessinateurs de presse et quelques supports, en France de Daumier à nos jours » par Solo & Catherine Saint-Martin (Té Arte, 1996 ; rééd. avec Jean-Marie Bertin chez Aedis, 2004)

-       « Dictionnaire des illustrateurs : 1800-1965 » trois volumes par Marcus Osterwalder (Ides et Calendes, 2000)

-       « L’Apothéose du roman d’aventures : José Moselli et la maison » par Jean-Louis Touchant (Encrage, 2001)

-       « 30 héros de toujours : chefs-d’œuvre de la BD 1830-1930 » par Claude Moliterni (Presses de la cité, 2005)

-       « Fictions et journaux pour la jeunesse au XXe siècle » par Raymond Perrin (L’Harmattan, 2009)

-       « Guerre et littérature de jeunesse (1913-1919) : analyse des dérives patriotiques dans les périodiques pour enfants » par Laurence Olivier-Messonnier (L’Harmattan, 2012)

-       « Anthologie historique de la bande dessinée : préhistoire-XIXe.1930-1980 : tome 1 en 4 volumes » par Victor Cypowyj (édité par les auteurs, 2013).

Sur les principales revues de la période 1900-1924

—   American illustré : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 19.

—   Les Belles Images : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 18 à 20, Bédésup n° 26.

—   Bernadette : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 30, n° 34.

—   Le Bon Point amusant : Désiré 1re série n° 12.

—   Le Bon Vivant 2ème série : Le Chasseur d’illustrés n° 4.

—   Cadet : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 51.

—   Le Cri-Cri : Le Chasseur d’illustrés n° 2.

—   La Croix d’honneur : Le Chasseur d’illustrés n° 2.

—   L’Écho du « Noël » : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 30.

—   L’Épatant : Le Chasseur d’illustrés n° 4, n° 15, Club des Pieds nickelés n° 14, n° 17, Le Collectionneur de bandes dessinées n° 101 à 104, Le Rocambole n° 52-53.

—   L’Étoile noëliste : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 30, Papiers nickelés n° 43.

—   Fillette : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 93, n° 94.

—   Guignol : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 35, Désiré 1re série n° 27.

—   L’Illustré : Le Chercheur de publication d’autrefois n° 3.

—   L’Intrépide : Phénix n° 5, n° 7, Le Chasseur d’illustrés n° 20, RanTanPlan n° 6, Le Rocambole n° 34-35.

—   Le Jeudi de la jeunesse : Giff Wiff n° 16, Le Collectionneur de bandes dessinées n° 18, Désiré 1re série n° 4.

—   La Jeunesse illustrée : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 18 à 20, n° 74.

—   Lisette : La Vie du collectionneur n° 373.

—   Le Petit Illustré : Le Chasseur d’illustrés n° 20.

—   Nos loisirs : RanTanPlan n° 6, Le Collectionneur de bandes dessinées n° 4.

—   Petits Belges : RanTanPlan n° 11, Le Collectionneur de bandes dessinées n° 63.

—   Les Petits Bonshommes : « L’Histoire complète : 1901-1994 les journaux pour enfants de la mouvance communiste et leurs BD exceptionnelles » par Richard Medioni (Vaillant Collector, 2012), Le Collectionneur de bandes dessinées n° 35, n° 40.

—   Le Sanctuaire : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 30.

—   La Semaine de Suzette : « Bleuette, poupée de La Semaine de Suzette » par Colette Merlen (Éditions de l’Amateur, 1992), « La Semaine de Suzette : histoires de filles » par Marie-Anne Couderc (Éd. du CNRS, 2005), Le Collectionneur de bandes dessinées n° 15.

—   Les Trois couleurs : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 12, n° 31.

—   La Vie de garnison : Désiré 2e série n° 30.

Sur les principaux auteurs de la période 1900-1924
Marcel Arnac (Marcel Fernand Louis Bodereau) : Le Chercheur de publication d’autrefois n° 21, Le Collectionneur de bandes dessinées n° 99, Papiers nickelés n° 19, n° 34.
Henry Mayo Bateman : « Mimodrames » introduction par Anthony Anderson (Actes Sud – L’An 2, 2012), Papiers nickelés n° 14.
Rose Candide (Émile Tap, dit) : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 46, n° 73, n° 91, Zoo n° 50.
Caumery (Maurice Languereau, dit) : « Bécassine œuvre littéraire » par Raymond Vitruve (La Pensée universelle, 1991), « Bécassine : hommage à une jeune héroïne de 90 ans » par Samy Odin (Musée de la poupée, 1995), « Bécassine inconnue » par Marie-Anne Couderc (CNRS, 2001), « Bécassine : une légende du siècle » par Bernard Lehembre (Gautier-Languereau, 2005 ; rééd. 2015), Magazine littéraire n° 25, Historia n° 552.
Louis Forton : « Les Pieds nickelés et le comique de la destruction » par Francis Lacassin, postface à l’album « La Bande des Pieds nickelés » (Azur 1964), « Les Pieds nickelés » par Jean-Paul Tibéri (SEDLI, 1984 ; rééd. partielle Vents d’ouest, 1996), « Les Pieds nickelés à l’épreuve de la première guerre mondiale » par Emmanuel Poux (Institut d’études politiques de Paris, 1993), L’Avis des bulles n° 112, « Les Pieds nickelés de Forton » par Jean Tulard (Armand Colin, 2008), « Les Pieds nickelés et moi » par Jean-Paul Tibéri & René Pellos (Regards, 2008), « 100 ans : le meilleur de Pieds nickelés de René Pellos et Louis Forton » dossier de présentation par François Coupez (Vents d’ouest, 2008), « Les Pieds nickelés ont 100 ans » par François Coupez (Club des Pieds nickelés, 2008), « Louis Forton : l’histoire par la bande » par François Membre (De Varly, 2011), Le Collectionneur de bandes dessinées n° 35, n° 113-114, Pilote/Charlie n° 39, Club des Pieds nickelés depuis le n° 1 (juin 1994), Pimpf mag  6, dBD 2e série n° 61, n° 76, Papiers nickelés n° 14, n° 41, Zoo n° 40.
André Galland : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 19, n° 75, n° 83, Désiré 1re série n° 2, Hop ! n° 46, Le Rocambole n° 7, Papiers Nickelés n° 24, n° 42.
René Giffey : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 36, n° 41, n° 101, Fascination : le musée secret de l’érotisme n° 26, Pilote/Charlie n° 11, Haga n° 20-21, Pulps n° 6, L’Âge d’or n° 30, Hop ! n° 65, n° 82, n° 131, Charlie mensuel 1re série n° 69, L’Avis des bulles n° 3, Bananas n° 8.
Jaboune (Jean-Marie Legrand, alias Jean Nohain, dit) : « Notre ami Jean Nohain » par Yvonne Germain (L’Harmattan, 1992 ; rééd. 2000), Le Collectionneur de bandes dessinées n° 26, Haga n° 37, n° 45.
Jordic (Georges Jordic-Pignon, dit) : « Jordic : un artiste à l’Île-aux-Moines avant 1914 » par Martine de la Ferrière (Blanc Silex, 2003), Le Collectionneur de bandes dessinées n° 107.
Pierre Mac Orlan (Pierre Dumarchey, dit) : « Pierre Mac Orlan : une étude » par Pierre Berger (Seghers, 1951), « Pierre Mac Orlan : sa vie, son temps » par Bernard Baritaud (Librairie Droz, 1992), « Pierre Mac Orlan : ombres et lumières » par Ilda Tomas (Universidad de Granada, 1995), « Le Petit Mac Orlan illustré » par Évelyne Baron (Musée des Pays de Seine-et-Marne, 1996), « Mac Orlan : l’aventurier immobile » par Jean-Claude Lamy (Albin Michel, 2002), « Mac Orlan » par Bernard Baritaud (Pardès, 2015), Le Collectionneur de bandes dessinées n° 85, Roman 20-50 no 47.
• Frans Masereel : « Frans Masereel : une biographie » par Joris van Parys (Luc Pire/Labor Littérature, 2008), « Le Roman graphique : des origines aux années 1950 » par David A. Beronä (Éditions de La Martinière, 2009), « Gravures rebelles : 4 romans graphiques » dirigé par George A. Walker (L’échappée, 2010).
Attilio Mussino : Papiers nickelés n° 14.
A. Nadal : Désiré 1re série n° 4, n° 5.
Raymond de la Nézière : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 103.
Georges Omry (Georges Antonin Henri Mory, dit) : « À la recherche du merveilleux Georges Omry » par Herry Caouissin & Arlette Depierris (École Colbert, 1969), Le Chasseur d’illustrés n° 2, n° 3, n° 9, n° 10, Le Chercheur de publication d’autrefois n° 6, Phénix n° 12, Le Collectionneur de bandes dessinées n° 19, Zoo n° 28, Papiers nickelés n° 46.

« J. P. Pinchon. Bécassine, Frimousset, Grassouillet, et les autres… » par Bernard Lehembre.

Émile Joseph-Porphyre Pinchon : « J. P. Pinchon : 1871-1953 » par Christine Abelé (Amis du musée noyonnais 1988), « Bécassine œuvre littéraire » par Raymond Vitruve (La Pensée universelle, 1991), « Bécassine : hommage à une jeune héroïne de 90 ans » par Samy Odin (Musée de la poupée, 1995), « Bécassine inconnue » par Marie-Anne Couderc (CNRS, 2001), « Bécassine : une légende du siècle » par Bernard Lehembre (Gautier-Languereau, 2005 ; rééd. 2015), « J. P. Pinchon. Bécassine, Frimousset, Grassouillet, et les autres… » par Bernard Lehembre (Centre André François, 2016), Tintin actualité n° 250, Magazine littéraire n° 25, Historia n° 552, Haga n° 45, Le Collectionneur de bandes dessinées n° 73, n° 75, Hop ! n° 73.
Benjamin Rabier : « Benjamin Rabier » par Christian Alberelli (Glénat, 1981), « Benjamin Rabier : l’homme qui fait rire les animaux » par François Robichon (Hoëbeke, 1993), « Benjamin Rabier illustré : catalogue de son œuvre » par Jeanine Manoury-Rabier (Tallandier, 2003), « Benjamin Rabier » par Olivier Calon (Tallandier, 2004), « Gédéon, La Vache qui rit » (Somogy 2009), Le Chasseur d’illustrés n° 15, Le Collectionneur de bandes dessinées n° 19, n° 29, Pilote/Charlie n° 18, Papiers nickelés n° 16, n° 21.
Jacqueline Rivière (Jeanne Joséphine Spallarossa, dit) : « Bécassine œuvre littéraire » par Raymond Vitruve (La Pensée universelle, 1991), « Bécassine : hommage à une jeune héroïne de 90 ans » par Samy Odin (Musée de la poupée, 1995), « Bécassine inconnue » par Marie-Anne Couderc (CNRS, 2001), « Bécassine, une légende du siècle » par Bernard Lehembre (Gautier-Languereau, 2005, rééd. 2015), Magazine littéraire n° 25, Historia n° 552.
Antonio Rubino : « Antonio Rubino : le maestro italien de la bande dessinée enfantine » sous la direction de Fabio Gadduci et Matteo Stefanelli (Actes Sud – L’An 2, 2009), Phénix n° 3, L’Avis des bulles n° 124.
George Ernest Studdy : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 63.
Raoul Thomen : « Thomen » par Jean-Paul Tibéri (CBEBD, 2006), Hop ! n° 81, Le Collectionneur de bandes dessinées n° 92, Papiers nickelés n° 4, n° 12, n° 16, n° 43.
Louis Tybalt : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 78, BD Bulle n° 11
Jo Valle (Joseph Valle, dit) : Le Chercheur de publication d’autrefois n° 5, n° 8.
Louis Denis-Valvérane : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 19.
Frits Van den Berghe : « Frits van den Berghe : catalogue raisonné » par Émile Langui (Laconti, 1966), « Frits van den Berghe : l’homme et son œuvre » par Émile Langui (Fonds Mercator, 1968), « Frits van den Berghe : avec catalogue raisonné par Patrick Derom et Gilles Marquenie » par Piet Boyens (Pandora, 1999), 9e Art n° 9.
Ymer (Lucien Méry, dit) : Le Collectionneur de bandes dessinées n° 19.
Édouard François Zier : Haga n° 45.

Gilles RATIER

(*) Cette bibliographie reprend, complète, adapte et met à jour celle réalisée par Michel Denni et Gilles Ratier, publiée dans la dernière édition du « BDM : trésors de la bande dessinée 2017-2018 ».

CHRONOLOGIE DES PRINCIPALES BANDES DESSINÉES

PUBLIÉES ENTRE 1900 et 1924

1900 : histoires muettes en images par Achille Lemot (dit aussi Uzès ou Lilio), dans Le Pélerin (France).

Une histoire muette en images par Achille Lemot, dans Le Pélerin.

1900 : histoires en images par Joaquín Xaudaró, dans Blanco y Negro (Espagne).

Une histoire en images par Joaquín Xaudaró, dans Blanco y Negro.

1902 : « Mannen som gör vad somfaller honom in » par Oskar Andersson, dans Söndags-Nisse (Suède).

« Mannen som gör vad somfaller honom in » par Oskar Andersson.

1902 : histoires muettes par Olaf Gulbransson, dans Simplicissimus (Norvège/Allemagne).

Une histoire muette par Olaf Gulbransson, dans Simplicissimus.

1904 : histoires muettes en images par Raymond de la Nézière, dans Mon journal (France).

Une histoire muette en images par Raymond de la Nézière.

1904 : « Fifi Céleri et son chien Quiqui » par O’Galop [Marius Rossillon, dit], dans L’Illustré national

« Fifi Céleri et son chien Quiqui » par O’Galop.

1904 : « Tiger Tim and the Bruin Boys » par Julius Stafford Baker, dans The Daily Mirror (Grande-Bretagne).

« Tiger Tim and the Bruin Boys » par Julius Stafford Baker.

1905 : « Bécassine » par Émile Joseph-Porphyre Pinchon et Jacqueline Rivière, dans La Semaine de Suzette (France).

« Bécassine » par Émile Joseph-Porphyre Pinchon et Jacqueline Rivière.

1906 : « Ninette Patapon » par Jordic, dans Le Petit Journal illustré de la jeunesse (France).

« Ninette Patapon » par Jordic.

1907 : histoires en images par Louis Tybalt dans American illustré (France).

Une histoire en images par Louis Tybalt.

1907 : « Séraphin Laricot » par Louis Forton, dans American illustré (France).

« Séraphin Laricot » par Louis Forton.

1907 : histoires en images par Benjamin Rabier, dans Histoire comique et naturelle des animaux (France).

Une histoire en images par Benjamin Rabier.

1908 : « Les Années de service de Théodore Tiroflan » par Albert Lanmour [Albert Mourlan, dit], dans L’Épatant (France).

« Les Années de service de Théodore Tiroflan » par Albert Lanmour.

1908 : « Les Pieds nickelés » par Louis Forton, dans L’Épatant (France).

« Les Pieds nickelés » par Louis Forton.

1908 : « Sam et Sap » par Rose Candide et Georges Lecordier, dans St. Nicolas (France).

« Sam et Sap » par Rose Candide et Georges Lecordier.

1908 : « Bilbobul » par Attilio Mussino, dans Corriere dei Piccoli (Italie).

« Bilbobul » par Attilio Mussino.

1908 : « Vida y milagros del hijo de Gedeón » par Joaquim Xaudaró, dans Blanco y negro (Espagne).

« Vida y milagros del hijo de Gedeón » par Joaquim Xaudaró.

1909 : « L’Espiègle Lili » par Alexis Vallet et Jo Valle, dans Fillette (France).

« L’Espiègle Lili » par Alexis Vallet et Jo Valle.

1909 : histoires en images par Georges Omry, dans La Jeunesse illustrée (France).

Une histoire en images par Georges Omry.

1909 : histoires en images par A. Nadal, dans Le Bon Point amusant (France).

Une histoire en images par A. Nadal.

1910 : « Frip et Bob » par Pierre Mac Orlan, dans Almanach Nodot (France).

« Frip et Bob » par Pierre Mac Orlan.

1910 : « Pino e Pina » par Antonio Rubino, dans Corriere dei Piccoli (Italie).

« Pino e Pina » par Antonio Rubino.

1910 : « Quadratino e nonna Geometria » par Antonio Rubino, dans Corriere dei Piccoli (Italie).

« Quadratino e nonna Geometria » par Antonio Rubino.

1911 : « Professori Itikaisen tutkimusretki » par Ilmari Vaino, édité chez WSOY (Finlande).

« Professori Itikaisen tutkimusretki » par Ilmari Vaino.

1911 : « Les Aventures mirobolantes de Claudius et Tétonbec au Pôle Nord » par E. Nicolson, dans L’Épatant (France).

« Les Aventures mirobolantes de Claudius et Tétonbec au Pôle Nord » par E. Nicolson

1912 : « Fridolf Celinders liv och leverne » par Knut Stangenberg, dans Allt för Alla (Suède).

« Fridolf Celinders liv och leverne » par Knut Stangenberg.

1912 : « Désopilantes Aventures de Trouille détective » par Marcel Arnac et Jo Valle, dans L’Épatant (France).

« Désopilantes Aventures de Trouille détective » par Marcel Arnac et Jo Valle.

1913 : « Carafon, chien d’ivrogne » par P. Siva [dit aussi Georges Pavis] et Jo Valle, dans L’Épatant (France).

« Carafon, chien d’ivrogne » par P. Siva et Jo Valle.

1913 : histoires en images par Ymer, dans Les Belles Images (France).

Une histoire en images par Ymer.

1914 : « Tiger Tim » par Herbert Foxwell, dans The Rainbow (Grande-Bretagne).

« Tiger Tim » par Herbert Foxwell.

1915 : « Exploits sportifs et tordants d’Isidore Flapi, athlète complet » par Marcel Arnac, dans L’Épatant (France).

« Exploits sportifs et tordants d’Isidore Flapi, athlète complet » par Marcel Arnac.

1915 : « Quim e Manecas » par Stuart de Carvalhais, dans O Século Cómico (Portugal).

« Quim e Manecas » par Stuart de Carvalhais.

1915 : histoires muettes en images par Henry Mayo Bateman, dans Punch (Grande-Bretagne).

Une histoire muette en images par Henry Mayo Bateman.

1915 : histoires muettes en images par William Heath Robinson dans The Humorist (Grande-Bretagne).

Une histoire muette en images par William Heath Robinson.

1916 : « Le Cheval marin » par Louis Denis-Valvérane, dans Diabolo journal (France).

« Le Cheval marin » par Louis Denis-Valvérane.

1916 : « L’Espiègle Lili » par André Galland et Jo Valle, dans Fillette (France).

« L’Espiègle Lili » par André Galland et Jo Valle.

1916 : « Charlot » par C. Rojo, dans Charlot (Espagne).

« Charlot » par C. Rojo.

1916 : « Aventuras del Capitán Botalón » par Joan García Junceda, dans Dominguin (Espagne).

« Aventuras del Capitán Botalón » par Joan García Junceda.

1916 : « Het Kladschrift van Jantje » par Frits Van den Berghe, dans De Amsterdammer (Pays-Bas).

« Het Kladschrift van Jantje » par Frits Van den Berghe.

1917 : « Bécassine » par Édouard François Zier et Caumery, dans La Semaine de Suzette (France).

« Bécassine » par Édouard François Zier et Caumery.

1917 : « Signor Bonaventura » par Sto [Sergio Tofano, dit], dans Corriere dei Piccoli (Italie).

« Signor Bonaventura » par Sto.

1917 : « Janne Ankkanen » par Fogeli [Ola Fogelberg, dit] et Jalmari Finnen, dans Suomen Kuvalehti  (Finlande).

« Janne Ankkanen » par Fogeli et Jalmari Finnen.

1918 : histoires en images par Manuel Urda Marín, dans TBO (Espagne).

Une histoire en images par Manuel Urda Marín.

1919 : « Pip, Squeak and Wilfred » par Austin Bowen Payne et Bertram J. Lamb, dans The Daily Mirror (Grande-Bretagne).

« Pip, Squeak and Wilfred » par Austin Bowen Payne et Bertram J. Lamb.

1920 : « Frimousset » par Émile Joseph-Porphyre Pinchon [et Jaboune pour les textes, à partir de 1923], dans L’Écho de Paris (France).

« Frimousset » par Émile Joseph-Porphyre Pinchon et Jaboune .

1920 : « Pirilau » par Cottinelli Telmo, dans ABC (Portugal).

« Pirilau » par Cottinelli Telmo.

1920 : « Rupert Bear » par Mary Tourtel et Alfred Bestall, dans Daily Express (Grande-Bretagne).1920 : « Rob the Rover » par Walter Booth, dans Puck (Grande-Bretagne).

« Rob the Rover » par Walter Booth.

1920 : « Adamson » par Oscar Jacobsson, dans Söndags-Nisse (Suède).

« Adamson » par Oscar Jacobsson.

1921 : « Charlot » par Raoul Thomen, dans Le Cri-Cri (France).

« Charlot » par Raoul Thomen.

1921 : « L’Espiègle Lili » par René Giffey et Jo Valle, dans Fillette (France).

« L’Espiègle Lili » par René Giffey et Jo Valle.

1921 : « Die Passion eines Menschen » par Frans Masereel, édité chez  Kurt Wolff (Belgique).

« Die Passion eines Menschen » par Frans Masereel.

1921 : « Pop » par John Millar Watt, dans Daily Sketch (Grande-Bretagne).

« Pop » par John Millar Watt.

1921 : « Jocke » par Petter Lindroth et Erik Palm, dans Allt för Alla (Suède).

« Jocke » par Petter Lindroth et Erik Palm.

1922 : « Virolet » par Gaietà Cornet, dans Virolet (Espagne).

« Virolet » par Gaietà Cornet.

1922 : « Bonzo the Dog » par George Ernest Studdy, dans The Sketch (Grande-Bretagne).

« Bonzo the Dog » par George Ernest Studdy.

1922 : « Bulletje en Bonestaak » par Georges Van Raemdonck et Adrianus Michiel de Jong, dans Het Volk (Pays-Bas).

« Bulletje en Bonestaak » par Georges Van Raemdonck et Adrianus Michiel de Jong.

1922 : « Peter og Ping » par P. Storm [Robert Storm Petersen, dit], dans BT (Danemark).

« Peter og Ping » par P. Storm.

1923 : « Gédéon » par Benjamin Rabier, édité chez Garnier (France).

« Gédéon » par Benjamin Rabier.

1923 : « De Wonderlijke Reis van Tripje » par Henk Backer, dans Rotterdamsch Nieuwsblad (Pays-Bas).

« De Wonderlijke Reis van Tripje » par Henk Backer.

1924 : « Bibi Fricotin » par Louis Forton, dans Le Petit Illustré (France).

« Bibi Fricotin » par Louis Forton.

1924 : « Nic et Nac » par Jeanne Hovine et Laure Stengers Hovine, dans Le Soir (Belgique).

1924 : « Monerías » par Méndez Álvarez, dans TBO (Espagne).

« Monerías » par Méndez Álvarez.

1924 : « Fyrtarnet og Bivognen » par Carl Røgind, édité chez Standbergs bogstrykkeri (Danemark).

« Fyrtarnet og Bivognen » par Carl Røgind.

Gilles RATIER

Merci aux excellents sites http://www.bd-nostalgie.org, http://fanzines.fr/historiqueperiodiques.html, https://www.lambiek.net, http://loicdauvillier.com, http://www.pressibus.org, https://www.tebeosfera.com et http://www.topfferiana.fr, sur lesquels nous avons pu trouver nombre de reproductions qui nous ont permis d’illustrer dignement cet article. Mille mercis, enfin, à Patrick Gaumer, Vesa Kataisto, Kirsi Kinnunen et Catherine Ternaux pour leur aide à la recherche de certaines iconographies introuvables.

Vous pouvez aussi lire, sur BDzoom.com, nos différents dossiers sur L’Épatant d’avant-guerre (première série 1908-1937) : première partieL’Épatant d’avant-guerre (première série 1908-1937) : deuxième partie, Du Louis Forton hors « Pieds nickelés » !, Fillette avant-guerre : 1909-1942 (première partie)Fillette avant-guerre : 1909-1942 (deuxième partie)Fillette avant-guerre : 1909-1942 (troisième et dernière partie)L’Intrépide, un hebdomadaire classique (première partie)Antonio RubinoCharlot a cent ans !Les Pieds Nickelés ont 100 ans !2015 : l’année BécassineBécassine : 110 ans et de l’inédit ! et Les femmes dans la bande dessinée européenne francophone….

Galerie

4 réponses à Les grands auteurs de la bande dessinée européenne, deuxième chapitre. Avant l’avènement des bulles : les récits pour les enfants…

  1. Pierre dit :

    Une fois de plus, les bras m’en tombent ! Un travail de dingue !
    Bravo et mille mercis, ce site est vraiment la caverne d’Ali Baba !

  2. Clément Lemoine dit :

    Merci pour tout ce panorama ! Une petite précision, l’extrait de Bibi Fricotin n’est pas dû à Forton, mais à Callaud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>