Des nouveautés patrimoniales franco-belges pas si vieilles que ça…

Les puissantes maisons d’édition BD que sont Dupuis, Casterman, Dargaud ou Le Lombard poursuivent leur méritoire politique éditoriale consistant à mettre à la disposition des nouvelles générations — ou des plus anciennes en mal de nostalgie – toutes ces bonnes vieilles bandes dessinées d’autrefois qui n’ont pas pris une seule ride : même si elles n’ont, en fait, que quelques années et qu’elles nous ramènent dans un passé pas si éloigné que cela. Un nouvel et solide acteur, Place du Sablon, vient de s’engouffrer dans cette niche, en commençant par rééditer un très bel album sorti en 2004 dans la prestigieuse collection Romans de Casterman : « Assassine » d’André Taymans et Patrick Delperdange…

Couverture provisoire (non maquettée) de l'intégrale « Sydney Bruce ».

Comme on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, c’est André Taymans, le dessinateur de ce formidable polar (mis en couleurs spécialement pour cette édition), qui est le responsable de cette récente filiale du groupe suisse Paquet. Outre la revalorisation de cet étrange roman noir cosigné par un romancier bruxellois auréolé de nombreux prix littéraires, l’auteur de « Caroline Baldwin » ou de « La Main de Pangboche » (voir Entrevue avec André Taymans…) prépare aussi d’autres projets du même acabit, dont la réédition de la série « Sydney Bruce » de Francis Carin et François Rivière publiée dans le magazine Circus en 1985 (l’Intégrale en noir et blanc sort le 24 juin, en attendant la réédition des deux tomes en couleurs et la publication d’un troisième volume totalement inédit) : ligne claire, quand tu nous tiens !

« Assassine » par André Taymans et Patrick Delperdange

Éditions Place du Sablon (16 €) — ISBN : 978-2889-36 003-1

Après avoir compilé les principales séries de l’âge d’or du journal Tintin (1), les éditions Le Lombard s’intéressent maintenant, plus précisément, aux séries des années 1980-1990 délaissées par leur catalogue actuel, pour les remettre en valeur dans de belles intégrales dotées d’un rédactionnel de présentation à la hauteur de l’œuvre (ce qui n’a pas toujours été le cas dans le passé). Ainsi, pour le space opera « Hans », publié pour la première fois dans le n° 8 du trimestriel Super Tintin en 1980, c’est l’érudit encyclopédiste Patrick Gaumer qui a justement été sollicité, en tant que spécialiste reconnu des deux créateurs de la série : le prolifique scénariste belge André-Paul Duchâteau et le dessinateur polonais Grzegorz Rosiński. Ce troisième et ultime volume regroupe les quatre aventures illustrées alors par Kas (autre graphiste polonais de talent), à la suite de celui qui reste le principal metteur en images de « Thorgal », entre 1997 et 2000, et ceci directement pour l’éditeur bruxellois de l’avenue Paul-Henri Spaak. À la lecture (ou relecture) de ces péripéties d’anticipation, on regrette vraiment que le dernier épisode prévu par le scénariste de « Ric Hochet » — dont on voit des extraits du tapuscrit dans ce bel ouvrage – n’ait, à ce jour, pas été mis en images !

« Hans l’intégrale » T3 par Kas et André-Paul Duchâteau

Éditions Le Lombard (25,5 €) — ISBN : 978-2-8036-3397-5

Pour « Rubine », enquêtes à l’américaine (non dénuées d’humour) d’une jolie fliquette rousse que le même Lombard proposa directement en albums à partir de 1993, c’est notre confrère Charles-Louis Detournay, le rédacteur en chef d’actuabd.com, qui s’y colle pour le dossier de huit pages de présentation retraçant la genèse de la série avec moult anecdotes et illustrations peu connues. Ce troisième et avant-dernier tome regroupe quatre épisodes mis en scène par le créateur de « Natacha », mais surtout dessinés par deux illustrateurs venus de l’Est : Dragan de Lazare (pour les deux premiers) et Boyan (pour les suivants), avant que n’entre en scène un autre mousquetaire moins éloigné géographiquement du scénariste belge Mythic. En attendant cette reprise par Bruno Di Sano sur le plan du dessin, ce romancier et auteur de théâtre — dont le vrai nom est Jean-Claude Smit-le-Bénédicte — nous gratifie d’histoires dynamiques et passionnantes qui se sont presque bonifiées avec le temps.

« Intégrale Rubine » T3 par François Walthéry, Dragan de Lazare, Boyan et Mythic

Éditions Le Lombard (17,95 €) — ISBN : 978-2-8036-3474-3

Enfin, à l’occasion de la célébration du bicentenaire de la Bataille de Waterloo qui marqua la fin de l’Empire conquis par Bonaparte et fut à l’origine de la répartition géopolitique de l’Europe actuelle – Waterloo, morne plaine située à quelques encablures de Bruxelles —, Le Lombard a également décidé de rééditer, en une seule et très belle intégrale, l’ensemble des histoires courtes (la plupart du temps sur scénarios d’Yves Duval) que consacrèrent Liliane et Fred Funcken à Napoléon dans le journal Tintin — entre 1953 et 1966 —, ainsi que leur minutieuse reconstitution historique de la vie de l’empereur publiée à l’origine en deux tomes chez Mémoire d’Europe, en 1993 et 1994.

D’après certaines sources, il existerait aussi un troisième tome inédit consacré à Austerlitz, mais il n’en est pas fait allusion ici.

D’ailleurs, la publication antérieure de ces deux récits de quarante-quatre pages est à peine commentée dans les cinq petites pages de présentation signées Jacques Pessis, lequel s’attarde plus sur la reconnaissance de ces piliers du journal pour les jeunes de 7 à 77 ans par les monarques belges et leurs liens d’amitié avec leur scénariste occasionnel (pour en savoir plus sur leur carrière, voir Les Funcken : les héraults du journal Tintin)…

« Napoléon » par Liliane et Fred Funcken

Éditions Le Lombard (25,5 €) — ISBN : 978-2-8036-3539-9

Les Funcken étaient spécialisés dans les bandes dessinées historiques et l’un de leurs fleurons reste le héros moyenâgeux « Le Chevalier blanc » que les éditions BD Must (2) ont récemment et intégralement réédité (voir « Le Chevalier blanc » : l’intégrale chez BD Must, enfin !). Autre icône du Moyen Âge en bande dessinée, « Chevalier Ardent » de François Craenhals a également fait les beaux jours de l’hebdomadaire Tintin. Mais ce sont les éditions Casterman qui les ont toujours repris sous forme d’albums, dès l’origine : en 1970. Après une première intégrale en sept volumes ne compilant que les longues aventures (et quelques rares histoires courtes) du fougueux Ardent du Walburge — qui fut publiée entre 2001 et 2007 —, l’éditeur de « Tintin » et d’« Alix » en propose, depuis 2013, une nouvelle mouture en six opus plus épais ; à noter que le dernier reprendra tous les courts récits mettant en scène le seigneur de Rougecogne et champion du roi Arthus. Pour le moment, nous n’en sommes qu’au tome 4 qui réunit quatre superbes récits aussi romanesques qu’oniriques prépubliés dans Tintin entre 1980 et 1986, ainsi qu’un dossier où Stephan Caluwaerts interviewe longuement le dessinateur Philippe Wurm, grand admirateur de Craenhals, et reprend un témoignage inédit de François Rivière (réalisé le 7 novembre 2014) sur la série.

« Chevalier Ardent : intégrale » T4 par François Craenhals

Éditions Casterman (25 €) — ISBN : 978-2-203-07935-9

Autre éditeur renommé pour ses rééditions qualitatives (3), Dupuis se consacre également, en ce moment, à la réalisation d’intégrales de certaines histoires proposées à leur catalogue pendant les années 1990-2000. En attendant celles de « Germain et nous… » de Frédéric Jannin ou de « Boulouloum et Guiliguili » par Mazel et Raoul Cauvin (annoncées pour septembre), c’est déjà le cas pour la passionnante série « Charly » due à la dessinatrice Magda et au scénariste Denis Lapière (voir Les premières bandes dessinées de Denis Lapière), avec un troisième et ultime opus qui réunit « Les Yeux de feu », « Messages d’outre-temps », « Ange », « Une vie éternelle », « Assassin ! » et « Une vie d’enfer » (1999-2007). Dans ces épisodes — dont les deux derniers ont été publiés directement en albums, car jugés trop violents pour l’hebdomadaire Spirou , ce jeune adolescent dont l’enfance a été secouée par des événements paranormaux est de nouveau hanté par de violentes visions…

« Charly  : intégrale » T3 par Magda et Denis Lapière

Éditions Dupuis (28 €) — ISBN : 9 782 800 163 468

Ce mois-ci, les éditions Dupuis lancent aussi l’intégrale des aventures sportives de la sympathique motarde Julie Wood : une création de Jean Graton, assisté de son studio, dont les aventures étaient initialement prévues pour le mensuel Lucky Luke des éditions Dargaud (voir : Le journal de Lucky Luke !). Finalement, elle sera au sommaire de la revue allemande Zack (voir : Le Grand Magazine de bande dessinée européenne : à l’origine était Zack !), à partir de 1977, puis dans les suppléments en petit format Zack Parade, au début de 1978. Ils seront cependant proposés en français, directement sous forme d’albums aux éditions Dargaud, dès 1975 ; un épisode ayant quand même été prépublié dans le mensuel spécialisé Plein Pot en 1978, avant que la série soit publiée dans Super As/Super J (voir : Le Grand Magazine de bande dessinée européenne : et Super As arriva !) l’année suivante et reprise momentanément en albums chez Fleurus/EDI-3, en 1979 et 1980. Ce seront pourtant les trois dernières aventures de Julie Wood enquarante-quatre ou quarante-six pages en tant qu’héroïne à part entière et l’on ne la retrouvera plus, ensuite, que comme figurante dans la série « Michel Vaillant ». Rappelons que si, aujourd’hui, ce n’est pas Dargaud qui publie cette intégrale (4), alors que la plupart des albums de « Julie Wood » ont été proposés par cet éditeur, c’est parce que la maison d’édition créée par Jean Graton (en 1981) a rejoint le giron de Dupuis en 2010.

« Julie Wood : intégrale » T1 par Jean Graton

Éditions Dupuis (24 €) — ISBN : 9 782 800 162 850

Enfin, à tout seigneur tout honneur, les tribulations de Spirou et Fantasio font aussi l’actualité patrimoniale avec le tome 16 de leur intégrale, laquelle regroupe les derniers épisodes réalisés, entre 1992 et 1999, par le duo Tome (aux scénarios) et Janry (pour les dessins) ; dont le non consensuel « Machine qui rêve » qui fit, alors, l’effet d’un pavé jeté dans la mare. Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault nous racontent tout ça, avec leur savoir-faire habituel, dans un gros dossier d’introduction de cinquante pages très illustrées. S’étant forgé une réputation, à juste titre, de bons connaisseurs du personnage créé avec le journal éponyme par le Français Robert Velter, le sympathique couple a récemment pris du galon au sein de la maison Dupuis : ils se retrouvent chargés de la responsabilité éditoriale de pratiquement toutes les intégrales et ouvrages patrimoniaux de cet éditeur. Que leur voilà bien du boulot en perspective, sachant qu’ils sont aussi en train de peaufiner le dossier de l’intégrale des histoires pleines de fantaisie et illustrations mettant en scène Spirou dues au grand Jijé — agencées de façon chronologique et fidèle à leur publication dans le journal entre 1940 et 1951 — et de terminer les textes du tome 2 de leur « Véritable Histoire de Spirou », à paraître prochainement, chez Dupuis, comme de bien entendu !

« Spirou et Fantasio l’intégrale T16 : 1992-1999 » par Janry et Tome

Éditions Dupuis (24 €) — ISBN : 9 782 800 163 383

Gilles RATIER

(1) Cependant, il reste encore quelques petits joyaux de l’âge d’or du journal Tintin qui n’ont pas eu droit à une belle intégrale et, petit à petit, Le Lombard comble ces oublis, comme il vient de le faire pour les « Modeste et Pompon » d’André Franquin. En effet, un ouvrage (disponible dès le 12 juin) va réunir tous les gags de cette série qui y a été publiée entre 1955 et 1959 quand, en raison d’un désaccord contractuel avec les éditions Dupuis, le dessinateur le plus célèbre de « Spirou » et le créateur de « Gaston » va décider de passer quelque temps à la concurrence : cent quatre-vingt-trois planches, dont certaines scénarisées par René Goscinny ou Greg, où Franquin met en scène un couple de jeunes gens des années 1950 dont le quotidien est parsemé de mésaventures domestiques, dues notamment aux avancées électroménagères de l’époque. Ce beau livre proposera aussi un copieux dossier d’introduction de plus de soixante pages composé d’articles inédits signés par Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault, Hugues Dayez, Augustin David, Philippe Capart et Isabelle Franquin.

(2) Après « Le Chevalier blanc », « Barelli », « Monsieur Tric », « Pom et Teddy » et « Jari », les éditions BD Must vont bientôt proposer (en décembre si tout va bien), une intégrale d’une autre série mythique du journal Tintin : « Les 3 A ».

En suivant le même principe, toutes les grandes enquêtes des scouts de Mittéï, Tibet et André-Paul Duchâteau (« Le Mage de Castelmont », « La Grotte aux esprits », « La Chouette criera trois fois », « Les Naufrageurs de la brume », « L’Épreuve du feu », « Le Secret des falaises rouges », « Signaux dans la nuit » et « Abordage à Bonifacio ») seront compilées en huit albums cartonnés — avec un ex-libris numéroté dans chacun des volumes — vendus en pack avec un neuvième ouvrage composé d’un court récit de sept planches (« Le Billet gagnant ») et d’un dossier graphique et biographique réalisé par votre serviteur.

(3) Outre leurs remarquables intégrales qui poursuivent plus ou moins rapidement et régulièrement leur route (« Buck Danny », « Les Schtroumpfs », « La Patrouille des Castors », « Natacha », « Sophie », « Les Tuniques bleues », « Valhardi », etc.), rappelons aussi l’existence de la belle collection 50/60 coéditée par le rédacteur en chef du journal Spirou, Frédéric Niffle, laquelle nous gratifie de splendides reprises des grands classiques de l’hebdomadaire des Dupuis : le tout sur un beau papier, en noir et blanc et au format à l’italienne, chaque demi-planche étant accompagnée d’un commentaire explicatif souvent pertinent du journaliste belge Hugues Dayez. Le dernier en date n’est autre que la version restaurée de « La Ribambelle en Écosse » de Jean Roba. Cette deuxième aventure, formidablement bien rythmée, d’un petit groupe d’enfants mis en scène par le créateur de « Boule et Bill » — avec l’aide de Vicq pour les dialogues – fut publiée entre le n° 1278 du 11 octobre 1962 et le n° 1299 du 7 mars 1963.

(4) Pour l’instant, les éditions Dargaud s’affairent surtout à rééditer, du mieux qu’il le peuvent, les principales du scénariste Jean-Michel Charlier sous forme d’intégrales. Si l’édition des tomes 3 de celles consacrées à « Tanguy et Laverdure » et à « Blueberry » ont pris un peu de retard pour diverses raisons techniques ou contractuelles (pour « Tanguy et Laverdure », la décision de recolorer l’épisode « Pirates du ciel » a finalement été prise, ce qui va prendre un peu de temps), le tome 5 de « Barbe-Rouge » devrait, quant à lui, paraître incessamment. Pour information, sachez que, vu que mon emploi du temps n’est vraiment pas extensible, j’ai décidé d’arrêter ma collaboration aux dossiers de présentation de cette intégrale du célèbre « Démon des Caraïbes ». Il devrait y avoir, encore, une partie de mes textes dans le tome 6 mais, normalement, ce devrait être le journaliste Brieg Haslé-Le Gall (qui a fait ses preuves sur les rédactionnels de Hachette Collections, notamment sur « La Patrouille des Castors » et « Blueberry ») qui devrait prendre ma suite.

Galerie

6 réponses à Des nouveautés patrimoniales franco-belges pas si vieilles que ça…

  1. JEAN dit :

    Concernant Rubine, le dessin de Boyan est TRES inférieur à celui de l’excellent Dragan, il est souvent à la limite de la caricature, heureusement que les scénarios de Mythic sont très solides, sinon ce serait sans aucun intérêt.

  2. Denis Gambier dit :

    A propos de Frédéric Niffle, on peut regretter la très belle intégrale inachevée de Félix… Les Editions de l’Elan annoncent cependant une nouvelle intégrale en 11 volumes à partir de septembre.

    • JEAN dit :

      Effectivement les albums de Niffle étaient de très belle facture. L’Elan fait de belles choses, espérons que ce sera du niveau de Niffle et pas des albums de Deligne (Qui ont,cependant, le mérite d’exister).

  3. Francois Pincemi dit :

    Il convient de préciser que les éditions de l’Elan viennent de publier un recueil de toutes les couvertures de Félix (grand format, tirage limité, prix élevé)

  4. Francois Pincemi dit :

    Non non non cher monsieur Ratier, , je suis un lecteur régulier de votre site qui nous livre de passionnants articles sur la BD patrimoniale, cela de façon quotidienne. Mais je lis aussi de nombreux autres sites plus en phase avec l’actualité éditoriale, comme actuabd par exemple, et je ne peux tout mémoriser de façon intégrale. Voyez vous à plus de soixante-cinq ans, les nouveaux souvenirs que j’accumule dans ma mémoire ont tendance à vite s’y estomper, à croire que le disque dur commence à être sérieusement saturé.