Pat’Apouf : détective d’un autre temps !

Né dans les pages du très catholique Le Pèlerin, en mars 1938, Pat’Apouf est l’archétype des héros qui ont fait la joie des lecteurs de temps aujourd’hui révolus. La réédition chronologique de ses enquêtes inédites en albums par les éditions du Triomphe, depuis 2005, permet aux lecteurs d’hier nostalgiques et aux curieux d’aujourd’hui de renouer avec ce héros qui a survécu avec une belle régularité de parution dans les pages du Pèlerin magazine jusqu’en 1990. La publication d’un nouvel opus nous permet de revenir sur le personnage, mais aussi son créateur : Gervy.

Pat’Apouf le célèbre détective et son inséparable Jacky quittent Paris pour le Tampico, où ils souhaitent passer leurs vacances. Ce pays imaginaire d’Amérique du Sud est voisin de la tout aussi imaginaire Boldovie, où ils ont vécu de passionnantes aventures. Curieux, notre détective est intrigué par une série de décès déclarés accidentels, dont la ville de Belsito est la victime. Toujours flanqué du jeune Jacky, notre rondouillard héros gagne la petite cité balnéaire située à la frontière de la Boldavie. C’est l’occasion de retrouver son ami l’inspecteur Mérinos, alors que la série d’accidents mortels se poursuit. Ils sont rejoints par Morriss, inspecteur de Scotland Yard, et par le bouillant colonel Grononos. La chasse à l’homme tatoué est lancée…

Entre burlesque et aventure dramatique, ce récit est typique de la bande dessinée d’une époque où le lecteur est prêt à accepter comme crédibles les situations les plus invraisemblables : Pat’Apouf vit bien au-dessus des revenus d’un simple « privé », il est accompagné par un adolescent adopté en 1956 ce qui semble normal, tout comme son flegme lorsque le garçon découvre un cadavre en sa compagnie…

Épatante bande dessinée de papa, voire de grand-papa, qui permettait à ses auteurs d’imaginer sans hésiter l’imaginable, de créer des personnages sans carcan, sans règle, et de parcourir un monde encore vierge, inconnu pour la plupart de leurs jeunes lecteurs. Bref, de les faire rêver sans contrainte de documentation ni de pagination. Pat’Apouf créé par Gervy, poursuivi par Jean Ache, Michel Conversin et enfin Ballofet, a été l’exemple parfait pendant plus de 50 ans de cette bande dessinée décontractée qui a passionné plusieurs générations de lecteurs.

Ce dix-septième album reprend des pages inédites sous cette présentation, puisque parues dans Le Pèlerin du 21 février au 23 octobre 1960. Réalisé par Dominique Petitfaux, cet ouvrage propose les 36 pages de l’épisode (à l’époque sans titre), qu’il a baptisé « L’Empreinte du tatoué », et un dossier fort instructif consacré aux albums pirates de cette série.

Né à Blaye en Gironde, le 12 mai 1908, Yves Desdemaines-Hugon suit les cours de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux, tout en proposant ses premiers dessins, en 1926, dans Le Combat périgourdin. Il multiplie ses collaborations dans Ric et Rac, Guignol, Pierrot, Benjamin, LisetteEn 1936, il entre à la Maison de la Bonne Presse où il dessine pour Bayard « Le Trésor du vieux cerf », avant de réaliser « Paulo au Far-West » qui, plus tard, devient « Alain au Far-West », puis « Miette et son amie Totoche » dans Marie-France et Bernadette. En 1938, il crée « Pat’Apouf » dans Le Pèlerin, personnage dont il poursuit les enquêtes jusqu’à son départ à la retraite, en 1973. Il trouve encore le temps de travailler pour l’éditeur catholique belge Averbode où il dessine pour les journaux Petits Belges, Tremplin… créant diverses séries : « Klik », « Wisky et Boule », « Ritou »… On rencontre aussi sa signature dans Goupil, Wrill, Fripounet et Marisette… Gervy est décédé le 16 février 1998 à Périgueux.

Scénariste de la plupart de ses histoires, il s’inscrit parmi les meilleurs créateurs de l’époque, campant des personnages sympathiques pouvant voyager libres de toutes contraintes. Entre le pionnier Alain Saint Ogan et l’école belge d’après-guerre, il modernise les antiques histoires en images, tout en leur conservant une bonne dose de naïveté. Ayant animé « Pat’Apouf » pendant 35 ans, cette longue série permet de suivre son évolution tant scénaristique que graphique.

Henri FILIPPINI

P.-S. Pour lire d’autres articles sur « Pat’Apouf », voir Pat’Apouf et Cie : le patrimoine BD à l’honneur au Triomphe !« Pat’Apouf » et « Sylvain et Sylvette » : exemples du riche patrimoine chrétien en BD…Gervy et Wininger : deux albums pour ne pas les oublier…Pat’Apouf et Cie au Triomphe…« Pat’Apouf » de Gervy, une bande dessinée typique de son temps : première partie« Pat’Apouf » de Gervy, une bande dessinée typique de son temps : deuxième partieEt Pat’apouf adopta Jacky !Trois classiques du patrimoine chrétien…Encore, et toujours, de belles rééditions patrimoniales…Des nouveautés franco-belges venant directement du passé !« Pat’Apouf détective » à Angoulême !Dernières nouvelles du passé ! et « Pat’ Apouf détective ».

« Pat’Apouf T17 : L’Empreinte du Tatoué » par Gervy

Éditions du Triomphe (15, 90 €) — EAN : 9 782 8437 8695 2

Parution 29 avril 2022

Galerie

Les commentaires sont fermés.