Les Plus belles histoires de Pilote de 1960 à 1969 : les années 60 » collectif

Quelle bonne idée ont eue les éditions Dargaud en concoctant, pour embellir au mieux les devantures de vos librairies préférées en cette période de Noël, ce somptueux pavé de deux cents pages : sorte de best-of nostalgique et jubilatoire où l’on retrouve la crème des dessinateurs et des scénaristes qui ont fait la renommée de l’hebdomadaire Pilote, et qui ont révolutionné le 9e art francophone dans son ensemble !

Sous l’influence de René Goscinny, mais aussi, dans une moindre mesure, de Jean-Michel Charlier, la bande dessinée dite “adulte” s’est installée doucement dans les pages du « journal d’Astérix et d’Obélix » (grands absents de cette compilation puisque les célèbres gaulois d’Albert Uderzo et Goscinny ne peuvent plus être exploités, depuis belle lurette, par la filiale de Média-Participations).

Constatant que le lectorat vieillit et évolue au fur et à mesure du développement de leur magazine, les deux co-rédacteurs en chefs (en place depuis 1963) avaient ouvert la porte et montré la voie à de nombreux jeunes auteurs, venus d’horizons différents ; lesquels s’exprimaient, déjà, avec des styles graphiques ou narratifs souvent novateurs.

C’est ainsi qu’au cours de ces années soixante, ce journal qui, dans la décennie suivante allait « s’amuser à réfléchir », a accueilli Cabu, Guy Vidal, Jean Giraud/Moebius, Nitika Mandryka, Gotlib, Jean-Claude Mézières, Pierre Christin, Fred, Jean-Marc Reiser, Jean Mulatier, Alexis, Claire Bretécher…, auteurs bien représentés dans ce florilège des années 1960 à 1969 (les plus pointilleux remarqueront qu’il y manque toutefois, dans la même veine, des gens comme Jacques Lob, Hubuc, Georges Pichard, Pat Mallet ou Gébé).

Bientôt vont s’affirmer aussi les Philippe Druillet, Jacques Tardi, F‘Murrr, Jean Solé, Enki Bilal, Philippe Caza, Gérard Lauzier ou René Pétillon et le tout va former l’essentiel des auteurs qui forgeront la bande dessinée européenne de la fin du XXe siècle et porteront ce mode d’expression au rang d’art reconnu comme tel.

C’est aussi le parfait équilibre obtenu grâce aux goûts éclectiques de René Goscinny et ceux, plus traditionnels, de Jean-Michel Charlier qui a permis, à force de travail et d’idées souvent vraiment nouvelles, de forger cette réputation qu’à Pilote jusque dans l’inconscient collectif, en tant que périodique au contenu et au succès jamais égalé…On peut même rajouter que c’est dès les premières années de sa création (donc, à partir de 1959 et ce, jusqu’en 1968) que Pilote a fortement influencé le monde de l’édition de la bande dessinée en Europe !

D’un habile mélange de séries humoristiques et réalistes, d’emblée, a résulté un ton totalement neuf : les deux scénaristes ayant su s’entourer de la crème des illustrateurs de leur époque, mais aussi de la fine fleur des feuilletonistes et journalistes.

En découleront des créations de héros mythiques, dont certains sont bien mis en avant dans cette formidable anthologie, véritable bain de Jouvence où l’on retrouve, à travers divers récits complets « Barbe-Rouge » de Victor Hubinon et Charlier, « Tanguy et Laverdure » de Jijé et Charlier, « Blueberry » de Jean Giraud et du même Charlier, « Achille Talon » de Greg, « Lucky Luke » de Morris et Goscinny, « Iznogoud » de Jean Tabary et Goscinny, « Valérian » de Mézières et Christin…Évidemment, là encore, ceux qui ont encore une bonne mémoire vous diront qu’il manque, quand même, quelques têtes d’affiches comme « Jacques Le Gall » de MiTacq et Charlier, « Guy Lebleu » de Raymond Poïvet et Charlier, « Bob Morane » de Gérald Forton et Henri Vernes, « Tracassin » de Jean Chakir, « Valentin le vagabond » de Jean Tabary, « Buck Gallo » de Mic Delinx et Yves Duval, « Tony Laflamme » de Martial, « Norbert et Kari » de Christian Godard, « Archibald » de Jean Ache, « Rémi Herphelin » de Florenci Clavé et Gérard Pradal, « Goutatou et Dorochaux » de Guy Mouminoux, « Submerman » de Georges Pichard et Jacques Lob, « Ian McDonald » d’Antonio Parras et Guy Vidal…

N’en jetons plus ! Espérons simplement qu’ils seront simplement au sommaire de prochains volumes qui seront aussi copieux et variés que celui-ci ! Bref, dans Pilote, on a toujours senti un fourmillement de talents et une émulation rarement rencontrée dans une revue consacrée à la bande dessinée ; du moins si l’on compare avec ses prédécesseurs et concurrents qu’étaient Spirou, Tintin, Vaillant…, où l’on retrouvait pourtant, à quelques noms près, les mêmes signatures !Signalons, enfin, que la plupart des histoires complètes mettant en scène les héros retenus pour cet opus proviennent de l’éphémère supplément trimestriel de poche (18,5 x 12,5 cm) Super Pocket Pilote, lequel fut publié entre juin 1968 et octobre 1970. Si la plupart sont respectueusement restaurées et proportionnellement agrandies (pour être en adéquation avec le format beaucoup plus grand de cet album), ce n’est malheureusement pas le cas pour la « Première mission » des chevaliers du ciel (où le talent de Joseph Gillain alias Jijé éclate pourtant à chaque case), pour les premiers exploits du « Démon des Caraïbes » et pour « Le Secret de Blueberry » où les responsables éditoriaux ont préféré réutiliser des versions remontées et, hélas, amputées de nombreuses cases, déjà présentes dans les albums publiés chez Dargaud auparavant : ceci, certainement, pour justifier un gain de temps et d’argent… Dommage, cela aurait pu être la cerise sur le gâteau ou, plus à propos, le père Noël en plastique sur la bûche !Joyeuses fêtes quand même !!!

Gilles RATIER

PS : Pour en savoir plus sur l’aventure Pilote, lire l’indispensable « Les Années Pilote : 1959-1989 » de Patrick Gaumer, aux éditions Dargaud, ou consulter nos différents « Coins du patrimoine » qui abordent le sujet : « Clairette » de Charlier et Uderzo, Pour se souvenir de Jean Giraud (alias Gir ou Moebius)… Raymond Poïvet (2ème partie), Hommage à Jean Tabary, Les contradictions du « Grand Duduche » de Cabu, Les premières BD « osées » de Jacques Lob, Fred, scénariste pour les autres, Alexis, Quand Pierre Christin signait Linus : 1ère partie, le rêve américain…, Quand Pierre Christin signait Linus : 2ème partie, scénariste à Pilote, Les pornos de Pichard, Entretiens avec Philippe Druillet (1ère partie), Jacques Tardi avant « Adèle Blanc-Sec »

« Les Plus belles histoires de Pilote de 1960 à 1969 : les années 60 » collectif

Éditions Dargaud (22,50 €) – ISBN : 978-2205070453

Galerie

3 réponses à Les Plus belles histoires de Pilote de 1960 à 1969 : les années 60 » collectif

  1. Arnaud de la Croix dit :

    Magnifique bouquet final !!!

  2. Pierre dit :

    J’ai le regret de signaler que les bandes publiées le sont à partir de 1967, occultant tout l’âge d’or de PILOTE, 1964-1967 et depuis sa création en 1959. Toute une série de collaborateurs importants sont ignorés, ce qui modère quelque peu l’intérêt de cette publication. Par ailleurs, j’ai même pu constater des planches manquantes pour cette réédition, incomplète.(ex :BLUEBERRY) . Ce qui est un comble!!!

    • Gilles Ratier dit :

      Euh… J’ai l’impression que vous n’avez pas bien lu mon article mon cher Pierre : c’est exactement ce que je dis, mais avec des mots moins rentre dedans ! Ceci dit, le tout reste très agréable sur un point nostalgique et permettra peut-être aux nouvelles générations de découvrir certains auteurs oubliés ou certaines facettes peu connues de grands du 9ème art.
      Bien cordialement
      Gilles Ratier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>