Décès soudain de François Corteggiani : le monde des « petits mickeys » sous le choc !

Le célèbre scénariste, dessinateur et érudit de la bande dessinée populaire, qu’était François Corteggiani est parti brutalement, hier soir (21 septembre 2022) ; alors qu’il fêtait ses 69 ans, à son domicile de Carpentras. Il était entouré de quasiment toute sa famille, à qui nous transmettons évidemment nos plus sincères condoléances. En attendant un plus détaillé « Coin du patrimoine » que nous lui consacrerons prochainement (François était non seulement un lecteur fidèle de BDzoom.com, mais aussi un ami proche d’une grande partie de la rédaction actuellement très affligée par l’annonce de cette disparition brutale), voici un bref résumé de son immense parcours : 50 ans de carrière allant de « Pif » à « La Jeunesse de Blueberry », en passant par « Pastis », « Marine », « Bastos et Zakousky », « Zorro », « De silence et de sang », « Capitaine Rogers », « Mickey », et tant d’autres…

Né le 21 septembre 1953 à Nice, François Corteggiani démarre sa carrière de dessinateur humoristique en 1971, dans le journal L’Espoir Hebdo. Après divers travaux publicitaires, il travaille pour les pockets de la SEPP :  petite maison d’édition lyonnaise pour laquelle il livre un peu plus de 1 000 planches en trois ans (de 1974 à 1976).

Puis, il est embauché chez Pif gadget en 1975, multipliant les dessins – et surtout les scénarios – pour la série fétiche du journal, tout en créant de nombreuses séries, seul (« Pastis », en 1979) ou avec ses amis dessinateurs : Pierre Tranchand qui signera plus tard Pica (« Marine » en 1979 ou « Smith et Wesson » en 1982 ; voir Du Tranchand d’avant Pica, mais en tirages très limités…), Philippe Bercovici (« Le Grand Panic Circus », en 1984) ou Dominique Hé (« Kid », en 1986).

S’il privilégie le registre comique, il ne dédaigne pas proposer quelques aventures plus réalistes comme « Noël et Marie » avec Jean-Yves Mitton, en 1988. À noter qu’il deviendra le rédacteur en chef BD de la nouvelle version de Pif gadget (de 2004 à 2008) et que dans cette même période, il lancera également un petit magazine pour la jeunesse axé sur le personnage Pifou : Glop Glop. Dans Super Pif, en 2015, il écrit à nouveau les scenarios des aventures de Pif dessinées par Richard Di Martino, reprend « Placid et Muzo » pour Netch, et crée « Kid Franky » dessiné par Herlé, avec qui il tenta de reprendre « Les Pieds nickelés » aux éditions de l’Opportun, en 2012.

Parallèlement, depuis 2011, il écrit et dessine le strip quotidien de « Pif le chien » dans le journal L’Humanité, sous le nom de Kort. En tant que dessinateur, il a participé aussi à Spirou (« Mucheroum » en 1976), à La Croix et aux éditions Milan (où il scénarise également pour Jean-Pierre Danard ou Curd Ridel dans Mikado, au début des années 1980), ainsi que chez Glénat : notamment « Hank et Tonky » en 1982, dans Gomme (voir Gomme ! : éphémère mensuel…). Il écrit des scénarios pour ce mensuel dès sa création en 1981, mais aussi pour les autres revues de cet éditeur : Circus ou Vécu (avec, entre autres, « De silence et de sang » dessiné d’abord par Marc Malès, en 1985).

On le retrouve également chez Fleurus (« Chafouin et Baluchon » et « Bastos et Zakousky » – voir « Bastos et Zakousky » : une incontournable réédition en noir et blanc ! - dans Djin, en 1979 et 1980, ou « Léontine et Bombardon » dans Triolo, en 1982), chez les Allemands de Koralle verlag en 1980 (« Sonny » avec Carlo Peroni ou « Peter O’Pencil » [« Silas Finn »] avec Giorgio Cavazzano et « Les Cro-Magnon » avec Guy Bara qui seront traduits en français dans Super As), puis chez Tintin avec Pierre Guilmard (« Les Frères Bross » en 1987), Je bouquine avec Bercovici (voir Je bouquine)…

À partir de 1984, il collabore au Journal de Mickey où il anime « Les Bébés Disney » avec Claude Marin, en 1986, et une kyrielle de personnages disneyiens : de Mickey à Donald, en passant par Dingo, Minnie, Clarabelle, Genius… (voir Picsou magazine invite François Corteggiani !).

Scénariste prolifique dans cet hebdomadaire, il travaille aussi sur « Zorro » avec Raphaël Carlo Marcello (1975), puis sur « L’École Abracadabra » avec Tranchand, « Thimothée Titan » avec Cavazzano (ils créeront aussi ensemble « Capitaine Rogers » dans le magazine italien Il Giornalino, en 1985) ou sur « L’Archer blanc » avec Mitton en 1987. Il y collabore également avec Michel Faure, Gen-Clo, Bercovici et de nombreux dessinateurs italiens ou espagnols.

Depuis le décès de Jean-Michel Charlier, il reprend les scénarios de « La Jeunesse de Blueberry » chez Dupuis – puis Dargaud – avec Colin Wilson (1990), pour qui il créé la série « Thunderhawks » pour Soleil (1992), puis avec Michel Blanc-Dumont (1998).

Scénario dessiné pour « La Jeunesse de Blueberry ».

  Cet infatigable créateur a depuis multiplié les collaborations – avec ses dessinateurs habituels, mais aussi Victor de la Fuente, Alain Sirvent, Rachid Nawa, Norma, Michel Suro, Franz, Walther Fahrer, Félix Meynet, Emanuele Barison, Christian Maucler, Giulio De Vita, Dominique Cèbe alias Mankho (un « Zembla » et « Les Grands Peintres T5 : Pieter Bruegel » par Mankho et François Corteggiani), Frédéric Garcia, Claire Le Grand, Laurent Lefeuvre, Sergio Tisselli (voir Sergio Tisselli publie un western inédit chez Mosquito, scénarisé par François Corteggiani…), André Taymans ou Netch (reprises de « Sibylline », voir Sibylline revient pour de nouvelles aventures…), Marco Venanzi (un « Alix »)… – chez Glénat, Dargaud, Le Lombard, Flouzemaker, Le Triomphe, Mosquito, Hexagon Comics, Marvel, Sémic, Casterman (la reprise réussie de « Lefranc » en 2015 avec Christophe Alvès : Jacques Martin : 100 ans et toujours d’actualité ! ou « Lefranc T26 : Mission Antarctique » par Christophe Alvès et François Corteggiani)…

S’il a également été créateur et concepteur de figurines Kinder pendant dix ans, il travaillait beaucoup, ces derniers temps, pour les Néerlandais d’Egmont ou du Standaard (dont « Suske en Wiske » [« Bob et Bobette »], voir Un nouveau « Bob et Bobette » dans la mythique Série bleue, d’après un projet inachevé de Willy Vandersteen !).

Installé à Carpentras depuis 1987, il s’investissait depuis 2005 dans l’animation des « Bistros BD », où il invitait, à chaque fois, une vingtaine d’amis dessinateurs ou scénaristes pour qu’ils rencontrent le public de façon festive : le prochain devait se dérouler le 1er octobre, nul doute que, s’il a lieu, il sera le plus triste de tous….

Adieu, François, tu resteras toujours présent dans notre souvenir et dans nos cœurs, mais ton franc-parler (voir François Corteggiani condamné à Carpentras…), ta grande culture générale, et ton amitié vont nous manquer !

Adieu, François !

Galerie

5 réponses à Décès soudain de François Corteggiani : le monde des « petits mickeys » sous le choc !

  1. Henri Khanan dit :

    Nous sommes tristes! Un auteur à la carrière bien remplie, auteur complet et fidèle contributeur à Facebook sur plusieurs groupes BD!

  2. Camano JC dit :

    C’était un grand Monsieur… D’une folle érudition, ami de Tesuka, collectionneur émérite (avec une passion pour cette bande dessinée populaire dont il fut un des dignes représentant)… Nous pouvions échanger tout autant sur Cliff Sterrett, le génial Claude Marin que sur de petits maîtres italiens. Il avait eu la gentillesse de m’offrir des originaux de quelques une de ses BD (c’était un dessinateur que j’aimais beaucoup)… C’est une grande perte pour la BD… Sad Day :(

  3. Vincent dit :

    Franchement François tu nous a fait tellement mal au coeur ! On te parlait ce jour qui devait être n jour de fête et ton ultime blague fut de partir ! Tellement triste ! Retrouves là haut tous tes potes’ tes amis et ton frère ! Tu nous manques déjà tellement…

  4. laurent dit :

    Bonjour
    triste nouvelle en effet
    Pour Capitaine Rogers le scénariste est G.Pezzin
    Est ce un pseudo de François Corteggiani ?

    • Gilles Ratier dit :

      Bonjour Laurent !
      « Capitaine Rogers », dessiné par Cavazzano, a bien été créé pour le scénario par Giorgio Pezzin (qui n’est pas un pseudo de Corteggiani), mais François a aussi écrit de nombreux épisodes de cette série italienne.
      Bien cordialement
      Gilles Ratier