UNE EXPOSITION D’AQUARELLES DE DERIB : du 9 juin au 14 juillet 2011 à la galerie Napoléon (Paris IVe)

Alors que paraissent simultanément aux éditions Le Lombard le dernier volume de l’intégrale « Buddy Longway » et le très bel
album d’aquarelles « Les Saisons d’une vie », la galerie Napoléon (23 rue Charles V, Paris IVè) rend, à travers cette exposition éponyme de l’oeuvre de Derib, un hommage appuyé à l’un des grands noms du Neuvième Art.

Véritable épilogue à la saga « Buddy Longway », « Les Saisons d’une vie » est une évocation emouvante et poétique des personnages
qui ont accompagnés Derib pendant plus de vingt ans. L’exposition de ces aquarelles est une occasion unique de découvrir une nouvelle facette de l’artiste, dont on a que très rarement l’occasion d’admirer les originaux.

Les trente aquarelles réunies le temps de cette exposition-événement donnent à voir l’immense talent de Derib, auquel la galerie consacre l’intégralité de son espace, en une scénographie inédite. Outre ces originaux, le visiteur pourra également découvrir les dessins que des auteurs de premier plan, amis de Derib, lui ont dédiés à l’occasion de ce rendez-vous exceptionnel donné à tous les amoureux des arts graphiques.

L’auteur, qui sera présent au vernissage de l’exposition, le jeudi 9 juin, à partir de 18h, n’est autre que le célèbre créateur de la saga western « Buddy Longway » et le père du petit indien « Yakari ». Né en 1944, il rejoint le studio Peyo à l’âge de vingt ans, puis enchaîne avec sa première série réaliste, « Arnaud de Casteloup », avant de créer en 1967, avec Maurise Rosy, le personnage d’« Attila », le chien espion doué de parole – récemment réédité en Intégrale chez Dupuis. Les premières aventures de « Yakari », qui accompagnera des générations d’enfants et d’adolescents, paraissent en 1970.

En 1971 Derib anime avec Greg le western semi-réaliste « Go West », avant de créer, en 1972, au Lombard, les fameuses aventures
de « Buddy Longway », suivies en 1981 par la série réaliste qu’il consacre à la culture indienne : « Celui qui est né deux fois ».
En 1988, il en publie une sorte de suite avec la série « Red Road » chez Cristal BD, et signe en 1991 l’album « Jo ».

Générosité, optimisme et humanisme sont probablement les valeurs qui caractérisent le mieux l’oeuvre de Derib, que sa virtuosité graphique…

Pour en savoir plus sur l’oeuvre de Derib, on ne peut que vous conseiller de lire « Derib sous l’œil de Jijé et Franquin » (par Jean-Michel et Sonia Vernet, Pierre Yves Lador et Gilles Ratier, aux éditions Mosquito ; voir : http://bdzoom.com/8103/bd-de-la-semaine/sur-lactualite-de-mosquito-2/) ou le «  Coin du patrimoine  » que bdzoom.com lui a consacré : http://bdzoom.com/spip.php?article4031.

Galerie

Les commentaires sont fermés.