Tout est bon dans le Dupuis, surtout ses intégrales patrimoniales !

Les éditions Dupuis ont vraiment réussi, en l’espace d’à peine huit ans, à imposer une autre façon de consommer la bande dessinée d’autrefois, grâce à leur maîtrise des dossiers et du passé de leur emblème (le journal Spirou) ou aux choix de leurs collaborateurs : que ce soit pour la maquette, la direction éditoriale ou l’écriture d’une présentation respectueuse des événements éditoriaux et de la chronologie. Ainsi, les spécialistes reconnus de l’histoire de la bande dessinée populaire que sont Patrick Gaumer, Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault, José-Louis Bocquet, Didier Pasamonik, Hugues Dayez, Philippe Capart, Alain De Kuyssche, Morgan Di Salvia…, ou même un certain Gilles Ratier, ont eu amplement l’occasion de laisser exprimer leur passion dans des dossiers conséquents, d’une cinquantaine de pages pour chaque recueil ; ce qui permet aussi de mettre en exergue des pages ou dessins inédits peu connus réalisés par les auteurs concernés. Et les dernières productions en ce domaine, que ce soit « Poussy », « Les Schtroumpfs », « Johan et Pirlouit », « Spirou et Fantasio », « Buck Danny » ou « Câline et Calebasse », ne dérogent pas à cette formidable alchimie… (1)

Ces derniers mois, l’éditeur de Marcinelle a surtout donné la vedette au grand Pierre Culliford, plus connu sous son nom d’artiste : Peyo (2). Tout d’abord avec une épatante intégrale de « Poussy », sympathique petit chaton gaffeur que le créateur des « Schtroumpfs » avait proposé dans une suite de quatre images publiée en 1949, dans les pages du quotidien bruxellois Le Soir, et qu’il va animer dans différents supports comme Spirou, pendant plus de quarante ans. L’intégralité de tous ces amusants gags, dont cent deux étaient totalement inédits en albums, est présentée dans un ordre chronologique de parution, pour la première fois, dans ce joli petit volume de plus de quatre cent dix pages au format à l’italienne. Enfin, grâce au dossier de présentation érudit — mais qui reste toujours très agréable à lire — d’Hugues Dayez, on apprend pourquoi Peyo a toujours gardé pour ce gentil félin une tendresse particulière, malgré le triomphe de ses petits hommes bleus qui ont fini par vampiriser toute son énergie. Et puis, quoi qu’on en pense, « Poussy » est loin d’être une œuvre mineure ! D’ailleurs, on apprend, entre autres, dans ce très intéressant dossier, qu’on lui doit aussi la naissance de « Benoît Brisefer »…

Le journaliste de la RTBF qu’est Hugues Dayez connaît bien l’œuvre de Peyo, n’oublions pas qu’il est l’auteur de la biographie « Peyo, l’enchanteur » parue chez Niffle en octobre 2003, laquelle fait référence en la matière ! Il est donc tout à fait normal que les éditions Dupuis lui aient également confié les dossiers de présentation de l’intégrale des « Schtroumpfs », dont le deuxième volume vient de sortir. Toutes les longues aventures (« Le Faux Schtroumpf », « Le Centième Schtroumpf », « Les Schtroumpfs et le Cracoucass », « Un Schtroumpf pas comme les autres », « Le Cosmoschtroumpf » et « Le Schtroumpfeur de pluie ») — ou histoires plus courtes — réalisées avec l‘aide de ses assistants François Walthéry et Gos entre 1967 et 1969 y sont compilées. C’est l’époque où « Les Schtroumpfs » commencent à devenir des stars, étant de plus en plus plébiscités par les lecteurs du journal de Spirou. Ils sont même, alors, les vedettes de plusieurs contes pour la Collection du Carrousel, albums pour enfants publiés par Dupuis et dont la direction éditoriale était assurée Will (le dessinateur de « Tif et Tondu »), les images étant dues à l’illustrateur Michel Matagne : bref, voilà encore un achat indispensable ! (3)

En revanche, ceux qui ont déjà acheté les recueils de l’intégrale « Johan et Pirlouit » peuvent se dispenser de la réédition récente des tomes 1 et 3 (sur les quatre parus chez Dupuis, le cinquième étant labellisé au Lombard), dans une présentation en dos rond plus conforme à la collection actuelle. En effet, les dossiers signés par Alain De Kuyssche, l’ancien rédacteur en chef du journal de Spirou, ne diffèrent pas de la première édition. Cela dit, si vous ne les avez pas encore, c’est une belle occasion pour vous les procurer !

Et pour les inconditionnels de Peyo, signalons aussi la très belle édition de la dixième aventure médiévale de ces deux piliers de Spirou (« La Guerre des 7 fontaines ») dans la sobre et élégante collection 50/60, initié par Frédéric Niffle, l’actuel responsable éditorial du magazine des Dupuis. Dans un format presque carré (25×25,5 cm) on y retrouve les pages d’incontournables de la bande dessinée franco-belge des années cinquante ou soixante en noir et blanc, dans une forme proche de la planche originale : le tout accompagné de courts, mais souvent passionnants, commentaires sur pas plus de quatre lignes par page, ce qui ne gène en rien la seule lecture du récit. Ils sont dus à l’incontournable Hugues Dayez, certainement le mieux placé dans ce cas-là pour éclairer le lectorat cultivé de la BD, afin qu’il saisisse au mieux les tenants et les aboutissants de ce chef-d’œuvre paru dans Spirou à partir du 2 avril 1959. Pour information, sachez que le prochain grand classique à intégrer cette luxueuse collection au prix abordable sera « La Mauvaise Tête » : une grande histoire avec Spirou et Fantasio concoctée par André Franquin et datant de 1954. Ce sera le 7 novembre prochain, date où les Dupuis proposeront aussi la réédition du livre d’entretiens avec Franquin et Jijé, « Comment on devient créateur de bandes dessinées » !

Puisqu’on parle du « Spirou et Franquin » de Franquin, ne ratez pas l’édition particulière de « La Quick Super » : court épisode de dix-huit pages publiées en 1955 dans Spirou.

Les éditions Dupuis proposent ici une autre approche, destinée particulièrement aux amateurs, avec les pages de la bande dessinée remastérisée et recolorée (par Frédéric Jannin) que l’on peut comparer aux reproductions des pages originales agrémentées de photos ou d’illustrations peu connues (animations pour le rédactionnel, publicités, couvertures des reliures Spirou…) et commentées par le duo de connaisseurs José-Louis Bocquet et Sergio Honorez, les principaux responsables éditoriaux de Dupuis).

Même si, au bout du compte, les aficionados n’apprendront pas grand-chose de nouveau dans cette habile revisitation des petits trésors réalisés par André Franquin entre deux grandes histoires de Spirou et Fantasio, il convient de saluer comme il se doit cette intéressante vulgarisation basée sur une bonne documentation, laquelle participe, à sa façon, à la transmission des connaissances et du patrimoine de la bande dessinée franco-belge.

Autre monument du journal Spirou, les aventures passionnantes de l’aviateur Buck Danny continuent, elles aussi, d’être proposées dans une intégrale de référence, à coups de quatre épisodes par album.

Dans le tome 10, récemment mis en vente, il s’agit des épisodes réalisés entre 1965 et 1970 par Victor Hubinon au dessin (remplacé sur quelques pages de « L’Escadrille de la mort » par Claude Pascal) et Jean-Michel Charlier aux scénarios (4), gratifiés d’un impressionnant dossier de présentation dû à l’encyclopédiste Patrick Gaumer : cinquante-huit pages bourrées d’informations, et même de révélations, judicieusement illustrées par une quantité de documents rares.

On était habitué à l’excellence de son travail, mais là, c’est vraiment du haut de gamme : chapeau m’sieur Patrick !

Par ailleurs, l’ami Gaumer continue de valoriser remarquablement le patrimoine des éditions Dupuis en expliquant, dans une autre indispensable intégrale, les développements d’une amusante série de Spirou pourtant bien moins connue (5), car elle n’eut droit qu’à très peu d’albums à son époque, malgré son omniprésence dans le journal dans les années 1970 et 1980 : « Câline et Calebasse » par Luc Mazel et Raoul Cauvin.

Le troisième et ultime tome de ces enthousiasmantes aventures de mousquetaires, à la bonne humeur contagieuse, reprend toutes les planches — dont une majorité inédite en albums — réalisées entre 1985 et 1992, période où le dessinateur, qui avait été aussi sollicité pour reprendre les séries « Spirou et Fantasio » ou « Marsupilami » (histoire d’avoir un aperçu des nombreux scoops contenus dans l’introduction gaumerienne), a également pris en main les scénarios de ce qui va s’appeler alors, tout simplement, « Les Mousquetaires ».

Voilà donc de quoi patienter en attendant que Philippe Tomblaine vous parle prochainement d’une autre intégrale Dupuis qui démarre ces jours-ci (celle de « Billy the Cat » par Stéphane Colman et Stephen Desberg, avec un dossier dû à Didier Pasamonik) dans un prochain « Coin du patrimoine » et que vous découvriez les dernières nouveautés en ce domaine à paraître chez Dupuis, d’ici la fin de l’année : le tome 3 de l’intégrale « Sophie » de Jidéhem et Vicq le 14 novembre (avec un dossier signé par le couple Pissavy-Yvernault), « Le Grand Bestiaire » de René Hausman et « Le Marsupilami de Franquin » dans la collection Version originale de leur filiale Marsu le 21 novembre, ou encore le très attendu tome 1 de l’intégrale « Les Tuniques bleues » (avec encore un dossier en béton signé Patrick Gaumer) le 28 novembre.

Gilles RATIER

(1) « Poussy : l’intégrale » par Peyo

Éditions Dupuis (32 €) – ISBN : 9782800160979

« Les Schtroumpfs : l’intégrale » T2 par Peyo

Éditions Dupuis (28 €) – ISBN : 9 782 800 160 962

« Johan et Pirlouit : l’intégrale » T3 par Peyo

Éditions Dupuis (24 €) – ISBN : 9 782 800 161 990

« La Guerre des 7 fontaines » par Peyo

Éditions Dupuis (28 €) – ISBN : 9 782 873 930 608

« La Quick Super » par André Franquin

Éditions Dupuis (24 €) – ISBN : 9782800162577

« Buck Danny : l’intégrale » T10 par Victor Hubinon et Jean-Michel Charlier

Éditions Dupuis (24 €) – ISBN : 9 782 800 160 764

« Câline et Calebasse : l’intégrale » T3 par Luc Mazel et Raoul Cauvin

Éditions Dupuis (28 €) – ISBN : 9 782 800 161 006 

(2) Pour en savoir plus sur Peyo voir nos « Coins du patrimoine » « Johan et Pirlouit » et « Les Schtroumpfs » de Peyo.

(3) Toujours pour être le plus complet possible, notez bien, qu’aujourd’hui, « Les Schtroumpfs » sont édité par Le Lombard, lequel propose diverses collections : celle d’origine avec de nouveaux épisodes supervisés par le fils du créateur (Thierry Culliford) assisté des dessinateurs Jeroen De Coninck ou Pascal Garray et du scénariste Alain Jost ou des compilations de travaux réalisés pour l’Allemagne comme « 300 gags des Schtroumpfs » et « L’Univers des Schtroumpfs » (le dernier en date s’intitule « Les Schtroumpfs fêtent Halloween »), dont certains scénarios ont été assurés par l’ancien assistant du maître : Marc Wasterlain (voir Marc Wasterlain).

(4) Profitons de cette allusion à Jean-Michel Charlier pour vous donner des nouvelles du front. Tout d’abord, si le tome 4 de l’intégrale « Barbe-Rouge » paraît bien, comme prévu, avant la fin de l’année chez Dargaud (le 21 novembre), les deux premiers de celle de « Tanguy et Laverdure » — avec des dossiers de présentation assurés par Patrick Gaumer et Gilles Ratier — sont reportés au 25 janvier 2015.

Bonne nouvelle, cependant : après plusieurs mois d’absence en librairie, la Collection Charlier devrait prochainement être relancée chez un nouvel éditeur qui souhaite publier en priorité les séries ou titres jamais repris en albums de ce grand scénariste (« Thierry le chevalier », « Simba Lee », « Michel Brazier » — séries publiées à l’origine dans Spirou —, deux épisodes de « Guy Lebleu », etc.), nous vous en dirons plus en temps voulu…

(5) Il faut quand même savoir que certains petits éditeurs méritoires tentent, dans la mesure de leurs moyens, de faire revivre eux aussi d’autres séries beaucoup moins célèbres du journal Spirou : celles qui n’ont pas eu la chance de profiter de l’exemplaire démarche patrimoniale des éditions Dupuis où le marketing fait quand même loi.

C’est le cas, par exemple, du Coffre à BD (http://coffre-a-bd.com) qui vient de terminer l’intégrale des « Marc Lebut » de Francis et Maurice Tillieux (onze tomes, voir « Marc Lebut et son voisin » par Francis et Maurice Tillieux) et des « Sandy et Hoppy » de Willy Lambil (douze volumes, voir Willy Lambil), de beaux albums avec un court dossier de présentation replaçant les récits dans leur contexte historique et éditorial, dû à votre serviteur !

Galerie

8 réponses à Tout est bon dans le Dupuis, surtout ses intégrales patrimoniales !

  1. Renaud045 dit :

    Bonjour à tous

    Tous des grands auteurs, mais la planche de Franquin ça éclabousse ! Ca mitraille ! Ca claque à la face ! Quelle splendeur…Quel immense talent…On l’a dit mille fois, mais tant pis…

  2. lk4605 dit :

    …Quelle bonne idée que toutes ces integrales !!!!

  3. denis dit :

    C’est pas un peu gênant l’auto promo et le copinage ?

    • Gilles Ratier dit :

      Si vous voyez de l’auto promo et du copinage dans cet article, monsieur Denis, c’est que vous avez un bien mauvais esprit ! Je ne me cite que dans la liste des collaborateurs aux intégrales Dupuis (en fait, je ne travaille que sur une seule intégrale : « La Patrouille des Castors ») pour donner la liste de ses collaborateurs (je ne vois pas pourquoi je m’oublierais), mais les titres dont je parle ensuite ne me concernent pas et je ne suis « copain » avec personne de chez Dupuis. J’apprécie leur travail et, en ce qui concerne l’intégrale « La Patrouille des Castors » je suis satisfait de leur façon de travailler, donc je le dis et je l’écris : il y a un mal à ça ?
      Bien cordialement
      Gilles Ratier

  4. Fraiture David dit :

    Bonjour Messieurs les spécialistes,

    Pouvez-vous me dire si il est prévu chez Dupuis des intégrales des séries Marc Dacier et du Vieux Nick ?
    merci et bonne continuation.
    David Fraiture

    • Gilles Ratier dit :

      Bonjour David.
      En ce qui me concerne, comme je ne suis pas dans le secret des dieux (rires), je ne peux que vous dire que ces projets ont bien été envisagés à une époque, mais qu’aujourd’hui je ne sais pas où cela en est…
      Peut-être que d’autres spécialistes en savent plus…
      Bien cordialement
      Gilles Ratier

  5. Michel Dartay dit :

    Il me semble que les Marc Dacier ont déjà connu plusieurs rééditions, chez Deligne tout d’abord (noir et blanc broché, mille exemplaires), puis par Dupuis, en broché puis en cartonné couleurs. Ces livres se trouvent assez facilement pour pas très cher (le prix d’une nouveauté?).
    Pour le Vieux Nick et Barbe-Noire, c’est plus compliqué…. Ces albums sont épuisés chez Dupuis, mais les ayant-droits de l’auteur refusent toute réédition et une bonne partie des planches originales a été vendue. Donc Dupuis ne les rééditera pas dans l’immédiat, ni même le Coffre à BD, ou toute autre structure. Le mieux est d’essayer de se les procurer en boutiques ou sur ebay….tant que c’est encore possible!