Pierdec : classique et réaliste… (première partie)

Pierre Decomble, alias Pierdec, a réalisé des milliers de pages pour ce que l’on appelait, alors avec une certaine condescendance, les illustrés… ou encore la presse des jeunes. Il a pourtant parcouru l’Histoire, foulé toutes les routes de la planète, croqué les grands de ce monde d’hier à aujourd’hui de son trait réaliste et classique reconnaissable au premier regard. Ce portrait entend rendre justice à ce créateur talentueux, boudé comme bien d’autres par certains historiens de la bande dessinée…

Autoportrait dans Haga n° 25 (été 1975).

Pierre Decomble est né le 7 juin 1920 à Toulouse, où il décède le 3 juillet 2006.

Bien que souhaitant vivre de son crayon, ses parents lui font suivre des études de droit.

Son diplôme d’avocat en poche, il gagne Paris en 1946, non pas pour exercer cette profession, mais pour tenter d’y réaliser son rêve : devenir dessinateur.

Alors qu’il n’a  jamais suivi de cours de dessin, ses copieux dossiers lui permettent d’obtenir quelques travaux. Il réalise des albums de coloriages, des cahiers de devoirs de vacances, et même une méthode de tricot.

« Les Pirates sous-marins » dans Collection Vaillance (1er trimestre 1948).

« Les Troubadours de Saint Damien » dans Bayard n° 153 (06 /11/1949).

Il aborde la bande dessinée en 1947, en livrant deux récits complets pour la Collection Vaillance des éditions Marcel Daubin : « Un trésor s’évade » (n° 24) et « Les Pirates sous-marins » (n° 28).

Après de très brèves collaborations aux hebdomadaires Jeudi matinPierrotLisette…, il entre à la Maison de la Bonne Presse en 1949.

Le rédacteur en chef de Bayard, le père André Sève (par ailleurs scénariste de « Thierry de Royaumont » pour Pierre Forget sous le pseudonyme de Jean Quimper) lui apprend les bases du métier.

Sa première courte bande dessinée à suivre, « Les Troubadours de St Damien », est réalisée à l’ancienne, avec les textes placés sous les images : elle commence dans le n° 152 du 31 octobre 1949.

Conseillés par leur brave grand-mère, des enfants préparent un spectacle dans le cadre champêtre de St Damien.

Quelques semaines plus tard, le jeune dessinateur occupe la première page de l’hebdomadaire avec une véritable bande dessinée : « Mission au Kiang-Si », qui débute dans le n° 199 (24/09/1950).

Ce récit de 33 pages, situé en Chine, a pour héros le père Wathe : un missionnaire qui aide les paysans à combattre un mandarin ennemi des chrétiens.

« Mission au Kiang-Si » dans Bayard n° 176 (16 /04/1950).

Avec « Pirouli visite le zoo », lancé dans le n° 206 (12/11/1950), Pierdec publie la première double page d’une série plus ou moins régulière, laquelle lui permet d’exprimer sa passion pour le dessin animalier. Les dernières pages paraissent en 1955 : année où la Maison de la Bonne presse les réunit dans un album.

« Pirouli visite le Zoo » dans Bayard n° 213 (31/12/1950).

On lui doit aussi l’adaptation d’un film américain : « Quand les vautours ne volent plus », publiée du n° 318 (04/01/1953) au 348, l’histoire mouvementée de la création d’une réserve en Afrique. Elle permet encore au dessinateur de mettre en scène les animaux sauvages qu’il affectionne.

« Quand les vautours ne volent plus » dans Bayard n° 340 (14/06/1953).

Il dessine à l’ancienne, en 1954, « Un martyr de Corée » écrit par Claude Marin, puis sous forme de BD : « Les Prospecteurs du Xingu » (scénario de Tony Diaz), à partir du n° 465 (30/10/1956).

« Les Prospecteurs du Xingu » dans Bayard n° 470 (04/12/1955).

Il inaugure la nouvelle formule de Bayard avec une vie de Mozart (01/07/1956) qui se termine au n° 25.

« Mozart » dans Bayard n° 19 (04/11/1956).

« Corsica » dans Bernadette n° 174 (02/04/1950).

C’est sa dernière participation à ce journal dans lequel il a régulièrement publié des illustrations de nouvelles et de romans : « L’Expédition du Kon-Tiki » de Thor Heyerdahl (n° 291 à 327) et « Anders dans les glaces » de Per Weage (n° 426 à 445).

De Bayard à Bernadette, il n’y a qu’une cloison qui sépare les deux rédactions.

Il faut peu de temps à Pierdec pour se faire embaucher par l’hebdomadaire destiné aux fillettes.

Il y illustre des nouvelles et des romans : « Corsica » de Jean Rosmer en 1950, « La Nuit sans lune » de Christiane Aimery en 1952… et bien plus tard « L’Enfant du fleuve » de L.N. Lavolle en 1963.

Il commence par réaliser une cinématique (doubles pages bicolores richement illustrées sans bulle) : « Le Monstre des abîmes » écrit par Henriette Robitaillie à partir du n° 161 (02/01/1950).

Ces pages seront réunies, en 1951, dans l’album n° 45 de la collection Cinématic.

« Tombée du ciel » dans Bernadette n° 378 (28/02/1954).

Entre 1952 et 1971, il dessine plusieurs histoires à suivre le plus souvent à thèmes historiques.

Citons, par exemple, « La Vie de Savorgnan de Brazza » à partir du n° 284 (11/05/1952), « Tombée du ciel » d’Albert Bonneau du n° 372 (17/01/1954) au n° 387, « La Découverte de la Terre » à partir du n° 474, « Mapéro des Grands Lacs » écrit par Geneviève de Corbie à partir du n° 141 de la seconde série (08/03/1959), « Delangle et La Pérouse » avec Henriette Robitaillie.

Enfin, il illustre trois évocations de vies d’hommes célèbres avec Geneviève de Corbie au scénario : « Marco Polo » du n° 195 (01/01/1960) au n° 224, « René Caillé » à partir du n° 237 et enfin « Roald Amundsen » du n° 60 au n° 71 de la troisième série.

« René Caillé » dans Bernadette n° 249 (02/04/1961).

Tout au long de ces années, il met en images une vingtaine de récits complets écrits par Henriette Robitaillie, André Chosalland, Isabelle Gendron… (« À la recherche de Livingstone », « Madeleine Harlouin », « La Vocation d’Hélène », « La Neuvaine d’Ibrahim »…). Pierdec quitte les pages de Bernadette, devenu Nade, lorsque le journal fusionne avec Lisette en novembre 1964.

« La Neuvaine d’Ibrahim » dans Bernadette n° 147 (02/02/1964).

Comme beaucoup de ses confrères de la Bonne Presse, Pierdec démarre une longue collaboration avec les éditions de Fleurus : catholiques, elles aussi, mais rivales.

Ses premiers dessins sont proposés dans Fripounet et Marisette, dès 1951.

Il illustre « Hurruguec le naufrageur » : un roman de R. D’Arnould publié du n° 1 au n° 24 de l’hebdomadaire.

Toujours dans le même domaine, il illustre « L’Ours » de H. Millet en 1955, « Le Blockhaus sur la colline » de McClau en 1956, « Le Secret de la dune bleue » de G. Travelier en 1959…

« Le Plus Court Chemin » dans Fripounet et Marisette n° 41 (1954).

Il réalise régulièrement des couvertures jusqu’en 1966 et des illustrations jusqu’en 1962.

Ce qui ne l’empêche pas de livrer de nombreux récits complets, de 1956 à 1969, écrits par Rose Dardennes, Henriette Robitaillie, May d’Alençon, Guy Hempay, Claire Godet, Monique Amiel…

Pas loin d’une cinquantaine d’histoires d’une à trois planches.

Il aborde avec aisance tous les genres : « Traqués par les loups », « Lumières de Noël », « Le Lion de Brocéliande », « La Chasse au dahu », « Noël en Corée », « Rik Van Looy », « Lionel Terray », « Roger Bambuck »… et le dernier : « Albert Issartel », publié dans le n° 29 de 1969.

« Le Lion de Brocéliande » dans Fripounet et Marisette n° 31 (1960).

On lui doit aussi plusieurs récits à suivre dès 1952 (« Les Prisonniers du silence », « Émile Coupet, paysan de France »…),

« Émile Coupet » dans Fripounet et Marisette n° 1 (1956).

et surtout entre 1965 et 1969. Il dessine sept histoires dans le genre western sans héros récurrents écrites par Georges Fronval, un spécialiste du genre : « La Mine de Sonora-Valley »,

« La Mine de Sonora-Valley » dans Fripounet et Marisette n° 2 (1965).

Un autre autoportrait de Pierdec.

« L’Étalon blanc », « Western Union », « Alerte au chemin de fer », « Les Aventuriers du Rio Grande », « Le Placier de la dernière chance »…

Il quitte Fripounet en 1969, son trait réaliste devenant trop classique en des temps où la modernité était plus de rigueur.

À suivre…

Henri FILIPPINI

Relecture, corrections, rajouts et mise en pages : Gilles RATIER

Cahier de croquis de pierdec.

N’hésitez pas à consulter nos autres récents « Coins du patrimoine » consacrés aux auteurs oubliées de la bande dessinée française des années cinquante-soixante : Yvan Marié : la bande dessinée au féminin…, Solveg : le mystère Solange Voisin…Robert Moreau : la rondeur et l’humour…Dut : la modestie d’un grand… (première partie)Dut : la modestie d’un grand… (deuxième partie)Janine Lay : profession dessinatrice…Jacques Devaux : le dessinateur masqué !Marc-René Novi : une carrière contrariée… (première partie)Loÿs Pétillot : Bayard fut son royaume…Jan-Loup : un dessinateur aussi mystérieux que talentueux…Jacques Blondeau (première partie) : dessinateur au quotidien…Jacques Blondeau (deuxième partie) : de la presse quotidienne aux revues pour la jeunesse…D’Arabelle à Pat’Apouf : Jean Ache (première partie)D’Arabelle à Pat’Apouf : Jean Ache (deuxième partie)Érik le prolifique ! (première partie)Érik le prolifique ! (deuxième partie), etc.

Galerie

2 réponses à Pierdec : classique et réaliste… (première partie)

  1. Hubert HOLLE dit :

    Pour Gwenaël et Gilles, sachez mes petits camarades que j’ai connu brièvement Pierdec, étant ami avec son frère Gérard, vitrailliste rue du Canal à Limoges. Bon souvenir.

  2. Dernier rédacteur-en-chef d'Haga dit :

    Monsieur Pierdec, était un homme délicieux et très attentionné aux autres.
    Toujours élégant.
    Ses nombreux carnets de croquis, qu’il conservait dans une grosse armoire, regorgeaient de dessins somptueux et savoureux, très vivants et éclatants.
    Merci monsieur Filippini pour ce bien bel hommage. Vivement la suite…
    Voici ce lien pour prolonger le plaisir :
    http://pierdec.blogspot.com

Répondre à Hubert HOLLE Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>