Le racisme ordinaire dénoncé à travers une relation mère/fille dans le nouvel album de David Ratte…

L’auteur engagé du « Voyage des pères » aborde, avec sensibilité et justesse, la difficile question de la discrimination raciale au sein de la vie de tous les jours, dans « Ma fille, mon enfant » publié par le label Grand Angle : en plus de 90 pages, toutes en couleurs.

Dans la cuisine de l’appartement familial — situé dans un village de montagne méridional —, Chloé, 17 ans, annonce à Catherine, sa mère, que son petit copain, dont elle est raide dingue amoureuse, est un Arabe… et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette dernière le prend plutôt mal, s’écriant « Et il s’appelle Abdelaziz, en plus ? », tandis que l’adolescente lui répond « T’aurais voulu qu’il s’appelle Jean-Marie ? »

Eh oui, les préjugés ont la peau dure, surtout dans la sphère privée !Au fil de l’album, malgré les tentatives de conciliation du père, les relations entre les deux femmes se détériorent vite et deviennent quelques fois violentes, autant dans les mots que dans les gestes : Catherine refusant toujours d’accepter l’amour qui rapproche sa fille et son petit ami, au prétexte que celui-ci est d’origine maghrébine et de culture musulmane. Cependant, elle se défend d’être raciste : d’ailleurs, elle a même un collègue qui est… arabe !Avec son dessin au trait clair, semi-caricatural et tout en douceur, et avec ses dialogues incisifs, drôles et poignants à la fois, David Ratte (dont le père est guadeloupéen, la mère franc-comtoise et la femme d’origine espagnole par ses parents) dépeint avec finesse la réaction excessive de cette mère qui accumule les préjugés sur le pourtant gentil et poli Abdelaziz. Et lorsqu’un évènement tragique va le frapper, Catherine voudra bien entendu soutenir sa fille, mais le lien est rompu…Depuis le début de sa carrière dans Lanfeust Mag, puis aux éditions Paquet, cet auteur écolo aime traiter des thèmes d’actualité, avec des sujets de société qu’il teinte toujours d’humour, essayant de ne pas avoir un ton trop moralisateur : que ce soit quand il aborde la pollution sur la Terre avec les trois recueils de « Toxic Planet » (de 2006 à 2008), la religion avec les deux cycles du « Voyage des pères » (2007-2017) ou le choc des cultures avec la trilogie « Mamada » (entre 2013 et 2019), et bientôt la crise des réfugiés climatiques dans son prochain album.

Gilles RATIER

(1) Sur David Ratte, voir sur BDzoom.com : Akouna… Mamada ?« Mamada T1 : Époustouflante migrante » par David RattePlus de lectures BD du 4 mai 2009 ou Toxic Planet : la belle réussite de David Ratte.

 « Ma fille, mon enfant » par David Ratte

Éditions Grand Angle (18,90 €) — ISBN : 978-2-8189-6906-9

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>