Toxic planet, la belle réussite de David Ratte

Dans une époque proche, sur une terre envahie par la pollution, le port du masque à gaz est de rigueur, alors que c’est l’armée qui doit intervenir pour protéger l’Antarctique et que les gros mammifères ne sont plus évoqués qu’en simulations holographiques.

 

 

Mais peu à peu, une opposition d’abord discrète et isolée, puis plus enhardie, se manifeste par des tags fleuris, dans la tradition de la contestation hippie.

 

Voici posé le thème général d’une nouvelle série d’anticipation humoristico-écologique, dans laquelle l’auteur manifeste une perception aiguë des enjeux liés à la situation contemporaine de la planète, décrivant sur un mode humoristique et gentiment corrosif, des problèmes graves : perturbations climatiques, manipulations génétiques, fonte des glaces, disparition de la biodiversité, manque d’eau, déforestation, épuisement des ressources énergétique, destruction de la couche d’ozone, il n’est pas un grand thème d’inquiétude actuel qui ne soit pas évoqué ici. Avec en arrière plan, l’évocation discrète d’un régime autoritaire, intolérant et manipulateur, qui remet en question l’attitude de toute une classe politique, plus habile dans la communication que dans la mise en œuvre de solutions. A ce propos, le bonus final indique clairement, en guise de coup de pied de l’âne, que cet album ne relève pas de la pure science fiction mais se veut avant tout un constat sur les déficiences actuelles (et la figure du président, petit, arrogant, cynique et beau parleur, fera peut-être penser à quelque personnalité …).

 

Après un premier tome remarqué et prometteur, le doute n’est plus de mise tant ce second tome confirme tout le bien que l’on pensait dès le premier opus. Auteur complet, oeuvrant à la fois au dessin et au scénario, David Ratte développe un récit enlevé et riche, qu’une première lecture n’épuise pas. Le découpage, en planches autonomes, mais liées par une progression rigoureuse, permet à l’album de jouer sur les deux tableaux, de la planche à chutes assurant un rythme dynamique sur un ton pétillant, mais aussi du pamphlet, dégageant une réflexion lourde comme une instruction à charge, le tout conjuguant les qualités propres à la caricature et celles relevant d’une démonstration en forme de dénonciation. Car derrière le ton drôle et les gags cocasses, passe un message explicite contre une humanité dépassée et inconséquente. Mais c’est bien notre génération, et non celle de nos enfants ou petits-enfants décrite dans l’album, qui est ici visée. On sent bien à chaque page, sur chaque problème, que c’est avant qu’il fallait agir, et que les héros, terriblement humains et démunis, restent finalement innocents de la tragédie environnementale qu’ils subissent en héritage, autant sinon davantage qu’ils ne l’entretiennent. Le tout permet à David Ratte de dresser un constat alarmant, tout en restant léger, ce qui n’en donne que plus de force à son message.

 

Avec un dessin au trait extrêmement efficace, révélant une réelle aisance dans le rendu des attitudes et postures, l’auteur fait preuve d’un grand sens du montage apportant dynamisme et mordant à l’album. Sous les dehors d’une facilité graphique qui donne un grand naturel à une figuration semi-réaliste relevant de la nouvelle manière franco-belge, l’ensemble se révèle très élaboré et d’autant plus percutant.

 

Une belle réussite qui donne de la vitalité au neuvième art, et qui présente l’écologie comme un véritable enjeu, incontournable et urgent, et non comme une option politicienne parmi d’autres. Salvateur comme une bouffé de cet oxygène devenu si rare dans le monde imaginé par David Ratte.

 

Joël Dubos

 

 

 

David Ratte, Toxic planet, t2, Espèce menacée, Paquet, 10 euros

 

 

 

 

 

 

Galerie

Les commentaires sont fermés.