17 BD jeunesse comme idées de cadeaux de rattrapage pour Noël ou pour les étrennes…

Ne cherchez plus pour vos ultimes cadeaux de l’année ou pour vos premiers de 2020. Nous vous présentons ici dix-sept bandes dessinées pour des jeunes de la maternelle au lycée. De quoi trouver votre bonheur et faire celui de plus jeunes et, ainsi, commencer les années 2020 avec de bonnes lectures.

Procédons par âge, des tous petits aux adolescents.

Entre album jeunesse et bande dessinée, « Arthur et la corde d’or » s’adresse aux jeunes enfants à qui l’on conte des histoires et aux primo-lecteurs.

Ils se plongeront avec délectation dans le premier volume d’une saga viking qui commence en terre d’Islande. Le petit Arthur aime s’aventurer au cœur de la forêt afin d’en rapporter d’étranges objets magiques jusqu’au jour où il voit un horrible loup noir, …

La collection BD Kids des éditions Bayard révèle bon an mal an de bien belles séries pour la jeunesse.

Nous avons remarqué deux nouveautés de qualité pour les jeunes lecteurs. Parues cet automne « Tilda sur les toits » et « Le Zoo de Zazie » raviront les enfants du cycle 1 (CP et CE 1). Tilda est une princesse désobéissante le jour qui devient une justicière masquée la nuit.

Une série plaisamment décalée pour les amateurs d’aventures survoltées, de princesses réfractaires et bien sûr d’affreux monstres.

Ceux qui préfèrent les animaux liront les aventures de la dynamique Zazie dont la famille recomposée vit dans un zoo. Une famille pas comme les autres au cœur d’une ménagerie à apprivoiser !

Supers T 5 personnages

En bande dessinée jeunesse, il y a bien évidemment des best-sellers. La série « Mortelle Adèle » en fait partie intégrante avec plus de deux millions d’exemplaires vendus. Dans sa première histoire longue « Adèle au pays des contes défaits », la princesse envoyée au pays des contes de fées pour apprendre les bons usages n’en fait évidemment qu’à sa tête. Dans un concours de vacheries entre princesses, pas question pour elle d’arriver deuxième !

La série « Supers » qui a reçu le prix ACBD jeunesse en 2016, accroît son audience à la parution de chaque nouveau volume.

Elle est même traduite aux États-Unis depuis deux ans. Le cinquième volume clôt un cycle de façon magistrale avec une aventure qui interroge intelligemment les notions de pardon, de vengeance et de ce que représente la famille.

Un petit mot maintenant de séries que nous avons particulièrement appréciées sur BDzoom.com. Vous pouvez retrouver dans une intégrale les trois volumes de « L’Envers des contes » dont nous disions ici le plus grand bien :

« Les romans écrits par l’anglaise Claire Pyatt, puis dès le tome 3 par sa traductrice, la Québécoise Catherine Girard-Audet, en sont déjà au volume 7. Ils décrivent avec un humour décalé le destin méconnu des personnages secondaires des contes. On en apprend ainsi de belles sur la demi-sœur finalement sympathique de Cendrillon ou sur le pauvre Pinocchio dont le nez s’agrandit même s’il ne ment plus ! Gihef a repris la trame des romans pour des bandes dessinées dont on peut lire les volumes indépendamment les uns des autres. Ces récits denses, à l’humour frais omniprésent – l’univers des contes se prête à de multiples clins d’œil amusés -, sont mis en images de manière dynamique par Rachel Zimra. Son trait coloré, inspiré du manga (grands yeux des personnages, utilisation du « Super Deformed » …), donne vie et chair à un monde contemporain, avec voitures et psychiatres, décalqué de l’univers des contes de Grimm et de Perrault. »

cendrillon et sa marâtre

C’est pour s’ouvrir à un jeune public féminin qu’Olivier Sulpice avait demandé, en 2008, à son scénariste maison Christophe Cazenove et au jeune dessinateur William de créer des personnages sur mesure. Douze ans plus tard, « Les Sisters » est une série au large lectorat. Dans le quatorzième volume de leur aventure, Wendy, la jeune ado, et Marine sa petite chipie de sœur, s’affrontent sur le terrain du mensonge, et cela prend d’énormes proportions, aucune licorne en peut confirmer leur dire, c’est dire !

Les Sisters T 14 page 3

Nous vous avons beaucoup entretenu l’an dernier du talent de Léa Mazé, notamment pour le premier volume de « Les Croques », prix jeunesse de l’ACBD. Le tome 2 « Oiseaux de malheur » vient de sortir. Voilà ce que nous écrivions pour le premier volume : « Une excellente BD jeunesse portée par un dessin stylisé, semi-réaliste, un séquençage dynamique et l’utilisation de toute une gamme de couleurs qui permet à l’autrice de faire évoluer ses personnages dans des ambiances très particulières ; de la noirceur inquiétante de la nuit quand les jumeaux recherchent leur trésor au sépia pastel de la scène imaginée par Poussin pour divertir ses jeunes admirateurs. »

La mère de Léna

Nous nous limitons à une chronique par semaine. Nous n’avons donc pas pu aborder dans cette rubrique dédiée à la bande dessinée jeunesse d’excellentes sériées parues cet automne.

Pour nous faire, un peu, pardonner nos oublis, distinguons parmi elles « Lulu et Nelson », le très beau premier volume d’une série contemporaine contant la rencontre de Lucia, jeune italienne et de Nelson, Sud-africain pauvre, en 1964 au temps de l’apartheid.

Aventures, émotions et même pédagogie innovante sont au programme d’une œuvre dessinée par Aurélie Neyret, l’autrice de la série « Les Carnets de Cerise ».

 « Léna, rêve d’étoile » est l’adaptation fidèle en BD de la série animée diffusée sur Disney Channel et France 4.

Le mystérieux voyage dans le temps d’une danseuse russe de 1905 à aujourd’hui. De quoi vivre bien des péripéties temporelles.

« Taonga » est un conte du Pacifique dans lequel une jeune fille maorie passionnée par les vieilles légendes de son peuple voit un beau jour surgir une île en face de son village côtier. L’exploration de ce nouveau territoire révélera de nombreuses surprises jusqu’à réveiller d’antiques malédictions.

Plus connu, car prépublié dans le journal « Spirou », « Le Royaume de Blanche-Fleur » est un one-shot, spin-off de la série « Le Royaume ».

Aventures virevoltantes, rebondissements médiévaux et humour sont les maîtres mots de cet album féministe et enjoué.

Jetons un coup d’œil maintenant sur des albums pour les plus grands de nos jeunes lecteurs. Un détournement amusé du mythe d’Ulysse tout d’abord.Dans « L’Odyssée de Pénélope », c’est la fougueuse Pénélope qui erre sur les mers, de la grotte du cyclope au refuge du dieu Éole, à la recherche d’un Ulysse martyrisé à Ithaque par des jeunes femmes qui veulent l’épouser.

Plus sombre, le cinquième volume de la série « Harmony ». Nous écrivions ici à propose de la série : « Mathieu Reynes conduit son récit d’une main de maître du suspense et des ambiances oppressantes. Il mêle sur un rythme haletant et avec un grand savoir-faire des thématiques fantastiques, de science-fiction, mais aussi policières ou de récit d’initiation. Son dessin est au niveau de ce scénario subtil : dynamique dans les séquences d’actions, attentif aux expressions dans les scènes de huis clos. Sa mise en scène rejoint celle des meilleures séries télévisées contemporaines qui nous arrivent depuis une quinzaine d’années des États-Unis. »

Toujours dans le registre fantastique deux séries sortent du lot pour nos adolescents du collège et du lycée : « Klaw » et « Ninn ». « Klaw » a su se démarquer de la production ordinaire de bandes dessinées d’action pour la jeunesse par l’inventivité du scénario d’Antoine Ozanam et la qualité du dessin de Joël Jurion. Antoine Ozanam articule chaque volume autour de deux intrigues emmêlées, celle de combattants issus des signes astrologiques chinois et la vie compliquée d’un adolescent puis jeune adulte qui ne doit pas laisser transparaître ses pouvoirs à tous les gens ordinaires qui l’entourent. Le trait enlevé, entre la vigueur des comics états-uniens et le dynamisme du manga, de Joël Jurion fait merveille dans les scènes de combats aux multiples détails. Son découpage nerveux et la puissance de son trait participent à la réussite d’une série fantastique originale, offrant d’excellents moments de divertissements et quelques séquences d’émotions, toujours bien amenées. Des scènes qui touchent forcément des adolescents qui doivent domestiquer leur « démon » intérieur pour terminer leur initiation au monde adulte.

Ninn t 4 bandeau

Eponine

La saga « Ninn » est un petit bijou dont nous vous avons déjà entretenu dans cet article.

Le succès public et critique — le premier tome a reçu le Prix du conseil départemental de Loir-et-Cher au festival bd BOUM 2016, le second le prix des Collégiens au festival d’Angoulême 2017 —, est mérité, tant pour son scénario intelligent qui ménage rebondissements audacieux, dialogues amusants bien troussés, personnages attachants par leurs épaisseurs psychologiques ou éléments fantastiques originaux, que pour le dessin de Johan Pilet, réaliste et poétique pour le métro et le Paris d’aujourd’hui, verdoyant ou au contraire ténébreux dans de grandes compositions aérées pour les espaces intemporels et menaçants des Grands Lointains.

Azimut : l'Arracheur de temps

Terminons cette chronique du temps des fêtes sur une série qui nous époustoufle à chaque volume. Le cinquième et dernier tome de « Azimut » est à la hauteur des précédentes aventures de Manie Ganza liée par un odieux accord à la banque du temps. La série foutraque de Lupano et Andreae est une des réussites les plus intrigantes du moment. Nous écrivions ici à propos du volume précédent :

« Le scénariste de « Les Vieux Fourneaux » mêle avec un talent consommé diverses influences d’« Alice aux pays des merveilles » de Lewis Carroll à « Peter Pan » de J. M. Barrie, pour créer un univers personnel particulièrement inventif marqué par l’absurde et le non-sens. Il y ajoute ses propres obsessions sur la fuite du temps, la peur de la mort et du vieillissement et la finitude de tout amour, même immortel.

Lupano maîtrise toutes les subtilités de son art avec des actions parallèles qui se rapprochent tellement qu’elles sont imperceptiblement en train de se rejoindre. Le graphisme de Jean-Baptiste Andreae magnifie un récit d’une grande intelligence.

Le Bordelais travaille à l’ancienne, avec du papier et des encres acryliques qu’il dilue pour éclaircir. D’où des couleurs subtiles, parfois improbables, sur des dessins d’une grande finesse avec moult détails qui se révèlent, au fur et à mesure du récit, significatifs. »

C’est tout pour aujourd’hui et pour cette année. La rubrique jeunesse de BDzoom.com se referme sur ces 17 coups de cœurs. Bientôt les années 20 et de nouvelles bandes dessinées pour la jeunesse dans notre chronique hebdomadaire.

À très vite.

Blanche-Fleur

Ninn et son tigre

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Arthur et la corde d’or » par JoeTodd-Stanton

Éditions Sarbacane (13,50 €) – ISBN : 978-2-37731-307-5

« Tilda sur les toits T1 : Le Masque et la fée » par Ced et Karine Bernadou

Éditions Bayard, collection BD Kids (9,95 €) – ISBN : 978-2-4080-1551-0

« Le Zoo de Zazie T1 : Drôles de zébres » par Clotka, Galatée et Pierre Oertel

Éditions Bayard, collection BD Kids (9,95 €) – ISBN : 978-2-4080-1625-8

« Mortelle Adèle au pays des contes défaits » par Diane Le Feyer et Mr Tan

Éditions Tourbillon, collection Globulle (12,90 €) – ISBN : 979-1-0276-0774-7

« Supers T5 : Retrouvailles » par Dawid et Frédéric Maupomé

Tilda

Éditions La Gouttière (18,00 €) – ISBN : 978-10-92111-97-2

« Lulu et Nelson T1 : Cap sur l’Afrique » par Aurélie Neyret, Charlottte Girard et Jean-Marie Omont

Éditions Soleil, collection Métamorphose (14,95 €) – ISBN : 978-2-3020-7896-3

« L’Envers des contes T1 à 3 » par Zimra et Gihef

Éditions Kennes (19,95 €) – ISBN : 978-2-8758-0815-8

« Léna, rêve d’étoile T1 : Les Voyageurs du temps » par Michela Cacciatore et Jean-Charles Gaudin

Éditions Soleil (10,90 €) – ISBN : 978-2-3020-7892-5

 « Les Sisters T14 : Juré, craché, menti ! » par William et Cazenove

Éditions Bamboo (10,95 €) – ISBN : 978-2-81896-736-2

« Taonga T1 : L’île mystérieuse » par Simona Fabrizio et Nathaniel Legendre

Éditions Jungle (10,95 €) – ISBN : 978-2-822-22904-6

 « Les Croques T2 : Oiseaux de malheur » par Léa Mazé

Éditions La Gouttière (13,70 €) – ISBN : 979-10-92111-93-4

« La Royaume de Blanche-Fleur » par Benoît Feroumont

Éditions Dupuis (19,95 €) – ISBN : 979-1-0347-3743-7

 « Harmony T5 : Dies Irae » par Mathieu Reynes

Éditions Dupuis (12,50 €) – ISBN : 979-1-0347-3695-9

« L’Odyssée de Pénélope T1 : Premier chant » par Christian Paty et Bernard Swysen

Éditions Soleil (10,95 €) – ISBN : 978-2-302-08031-7

« Ninn T4 : La cathédrale de fer » par Johan Pilet et Jean-Michel Darlot

Éditions Kennes (15,95 €) – ISBN : 978-2-8758-0846-2

« Klaw T11 : Coma » par Joël Jurion et Antoine Ozanam

Éditions Le Lombard (12,45 €) – ISBN : 978-2-8036-7444-2

« Azimut T5 : Derniers frimas de l’hiver » par Jean-Baptiste Andrae et Wilfrid Lupano

Éditions Vents d’Ouest (14,50 €) – ISBN : 978-2-7493-0888-3

Lulu et Nelson T1 page 2

Galerie

4 réponses à 17 BD jeunesse comme idées de cadeaux de rattrapage pour Noël ou pour les étrennes…

  1. Gilles dit :

    LES SISTERS : « C’est pour s’ouvrir à un jeune public féminin qu’Olivier Sulpice avait demandé, en 2008, à son scénariste maison Christophe Cazenove et au jeune dessinateur William de créer des personnages sur mesure. »

    Je propose une autre présentation :

    « C’est pour s’ouvrir à un jeune public féminin qu’Olivier Sulpice… accepte en 2008 le projet BD « Les Sisters » de William, jeune père de deux filles et dessinateur aguerri (3 albums dessinés + 4 coloriés), mais en lui adjoignant Christophe Cazenove comme scénariste ».
    http://wilmaury.over-blog.com/pages/Bio_Wil-734957.html

    « Rendez à César… » ;-)

    • Laurent Lessous dit :

      Bonjour Gilles,

      Votre présentation de la genèse de la série est bien plus précise que la mienne.
      Rendons à William ce qui ne vient de (saint) Sulpice ;)

      Bien cordialement,

      Laurent

  2. bonjour,

    comme toujours , que du manga.

    • Laurent Lessous dit :

      Bonjour Frédéric,

      En effet, pas de manga jeunesse dans notre liste de fin d’année cette fois-ci, mais il y en avait en 2018 et les années précédentes ( http://bdzoom.com/?p=136964)

      Pour les productions asiatiques, le rubrique Manga de mon collègue Gwenaël Jacquet s’enrichira de nombreux titres dès le mois de janvier.

      Bien cordialement,

      Laurent