« Les Incroyables Aventures de l’enfant plume T3 : Prisonnier » par Jorge Corona

En moins de six mois, les éditions Vents d’Ouest nous ont offert les trois volumes d’un étrange et beau conte initiatique. La trilogie dystopique se clôt sur un épisode maîtrisé de bout en bout qui révèle beaucoup sur les personnages de la série et la ville où ils résident. Beaucoup, mais pas tout ! Il demeure certaines interrogations sur les motivations des héros du Vénézuélien Jorge Corona ainsi que sur la dynamique d’un univers marqué par une sanglante fracture sociale. De quoi nourrir une suite aux aventures de Poe et Bianca, bientôt, sans doute…

L'enfant plume

Au printemps dernier paraissait le premier volume de la trilogie « Les Incroyables Aventures de l’enfant plume ». On y découvrait Poe, un jeune héros surnommé Plume car recouvert d’un étrange plumage noir. Abandonné à la naissance, recueilli par un vieil homme protecteur, Poe devenu adolescent, vit reclus par peur de la réaction des autres habitants de la ville, notamment des enfants, si cruel envers ceux qui sont différents.

Pouvant planer au-dessus des toits, il parvient cependant à aider de jeunes gamins des rues, appelés les Souris, en but aux arrestations de policiers brutaux, que l’on dénomme les Tours, dans les quartiers pauvres. C’est au hasard de l’une de ses visites diurnes, en dehors de l’appartement familial, qu’il croise la route de Bianca, une fille de haute naissance partie explorer la ville basse de manière très intrépide. C’est le début d’une amitié forte et chaotique.

Les Incroyables Aventures de l'enfant plume T3 page 3

Poe et Bianca découvrent toute la violence induite par la séparation de la ville en deux, de part et d’autre d’un mur quasi infranchissable. D’un côté la Cité, peuplée des plus riches et protégée par une police vigilante, de l’autre le Labyrinthe, constitué de ruelles étroites et insalubres qui zigzaguent au milieu de ghettos d’une population de miséreux. Leur surprenante amitié va mettre à mal un ordre établi injuste et violent.

Poe

Dans notre article du 10 mai dernier, voilà résumé, toute le bien que nous pensions de ce premier volume prometteur :

« C’est un récit initiatique à mi-chemin entre les romans de Dickens (« Oliver Twist ») et ceux de J. M. Barrie (« Peter Pan »). Cette fable mêle à un décor et des ambiances victoriennes, une galerie de personnages forts dominée par celui de Poe. L’enfant plume est en effet un jeune héros complexe, très attachant par son envie de vivre, de découvrir les autres malgré sa différence marquante.

Espiègle mais de nature inquiète, il se détache peu à peu, et avec beaucoup de scrupules, d’un père adoptif très (trop ?) protecteur pour partir à la découverte d’un monde inconnu avec la très vive Bianca. Entre les deux enfants si différents, se noue graduellement une tendre amitié des toits du Labyrinthe à ceux de la Cité.

Le scénario qui pourra sembler convenu à certains, est dynamisé par le graphisme vitaminé de Jorge Corona. Son travail dans le monde du comics lui donne de l’assurance pour jouer (avec quelle maestria !) avec les cases et le cadre de ses planches et pour donner une grande expressivité à tous ses personnages. »

Après avoir recommandé la lecture du deuxième tome dans cet article conseillant 25 titres jeunesse pour l’été, nous ne pouvons que vanter la qualité du dernier opus de la trilogie. On y retrouve Poe et Bianca en fâcheuse posture face au Fantôme, un homme de haute taille qui séquestre les enfants après les avoir envoutés. Dans le repaire de ce triste sire, l’affrontement est inévitable, ultime étape pour les deux jeunes héros dans leur passage vers l’âge adulte.

Les Incroyables Aventures de l'enfant plume T3 page 16

En effet au-delà d’un récit d’aventures dans un monde victorien inspiré des romans de Dickens, « Les Incroyables Aventures de l’enfant plume » portent des pistes de réflexions utiles pour les citoyens en devenir que sont les jeunes lecteurs ; de l’affirmation de ses différences à l’acceptation de celles des autres, ou de la nécessité de s’affranchir de la protection de ses parents pour voler des ses propres ailes, au propre – pour Poe – comme au figuré à l’obligation de regarder le monde tel qu’il est et de s’indigner d’inégalités sociales préjudiciables au bon fonctionnement de toute société humaine, que ce soit dans l’Angleterre du XIXe siècle ou dans le monde d’aujourd’hui.

Sans spoiler le déroulement de l’intrigue, la trilogie se termine de curieuse façon, la conclusion est ouverte. Il est donc possible que l’on retrouve Poe et Bianca dans de nouvelles aventures, dans quelques temps, pour le plus grand plaisir de leurs lecteurs, de tout âge.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Les Incroyables Aventures de l’enfant plume T3 : Prisonnier » par Jorge Corona

Éditions Vents d’Ouest (10,95 €) – ISBN : 978-2-7493-0890-6

 

Galerie

Les commentaires sont fermés.