« Quatre Sœurs T3 : Bettina » par Cati Baur [d’après Malika Ferdjoukh] et « Astrid Bromure T2 : Comment atomiser les fantômes » par Fabrice Parme

Chef d’œuvre de la bande dessinée chorale et familiale, la tétralogie « Quatre Sœurs » plonge le lecteur au cœur d’une fratrie de cinq filles de 9 à 23 ans. Les petites joies du quotidien, une mélancolie douce-amère d’orphelines et la sensibilité à fleur de peau d’adolescentes font tout le charme de cette sensible chronique contemporaine d’une grande justesse.

       Bettina

Nous avons déjà évoqué, sur BDzoom.com, tout le bien que nous pensons des tomes 1 (« Enid ») et 2 (« Hortense ») de la série « Quatre sœurs ». Les romans de Malika Ferdjoukh connaissent un énorme succès, aux éditions L’École des loisirs, depuis leur première parution en 2003. Après un premier volume paru aux éditions Delcourt, c’est Rue de Sèvres (filiale BD de L’École des loisirs), qui édite l’intégralité de ces bandes dessinées adaptées des romans par Cati Baur.

« Quatre sœurs », c’est l’histoire de cinq sœurs, âgées de 9 à 23 ans, orphelines depuis moins de deux ans et la mort dans un accident de voiture de leurs deux parents. Les cinq filles Verdelaine (Enid, Hortense, Geneviève, Bettina et Charlie) vivent dans une grande maison en bord de mer et tentent, tant bien que mal, de joindre les deux bouts. C’est Charlie, l’aînée âgée de 23 ans qui a abandonné ses études de médecine pour s’occuper de la famille, qui gère un budget forcément serré, malgré l’aide d’une aide un peu intrusive.

                                                    Quatre sœurs, les protagonistes

Elle est secondée par la très réservée Geneviève qui à 16 ans et qui a parfois besoin de la boxe pour se défouler. Du haut de ses 14 ans, Bettina connaît ses premiers tourments amoureux, alors que la secrète Hortense ne se confie, à 11 ans, qu’à son journal intime. Enid, la petite dernière, se passionne pour les animaux qui peuplent le jardin. Une grande complicité unit toutes les sœurs, toujours protégées par les fantômes bienveillants de leurs parents. Toutes les voient, mais aucune n’ose en parler aux autres.

                                                              Quatre sœurs T3 page 47

Le printemps, saison du renouveau et des amours, agite tous les étages de la Vill’Hervé. La rousse Bettina se languit de Merlin qu’elle a pourtant rejeté quelque temps plus tôt. Après beaucoup d’hésitations, elle prend un billet de train pour une visite surprise pendant les vacances de printemps. Elle veut fuir un temps une villa qui subit les cris et les bêtises de Harry et Désiré, deux petits cousins métis.

Pour résoudre des problèmes financiers récurrents, sur injonction de leur aînée, les sœurs Verdelaine acceptent de prendre un locataire. Ce sera le beau et célibataire Tancrède. Le jeune homme va vite tourner la tête de la pourtant sérieuse et fiancée Charlie. De son côté, Hortense, 11 ans, écrit des mails à son amie Huguette, toujours hospitalisée pour une maladie orpheline, mais celle-ci ne répond pas. Des drames, grands et petits, couvent dans le havre de paix qu’est toujours la maison familiale… et la vie continue, sous le regard affectueux de parents, spectres fantaisistes et protecteurs.

                                                         Bettina amoureuse

Cati Baur a mis en images les aventures des cinq sœurs Verdelaine dans un style délié, semi-réaliste, doux et coloré. On retrouve, dans sa bande dessinée, ce qui fait le charme des romans : des personnages aux sentiments et émotions complexes, la fraîcheur des aventures féminines de cinq sœurs étalées de l’enfance au début de l’âge adulte, une bonne humeur mêlée d’un peu de mélancolie et des intrigues emmêlées qui ne se résolvent qu’en fin d’album. Le prochain et dernier volume de la série sera consacré à la douce Geneviève.

                                                         Astrid Bromure glisse

Toujours aux éditions Rue de Sèvres, signalons la sortie du deuxième volume des aventures de l’enjouée et débrouillarde Astrid Bromure. Le tome 1, « Comment dézinguer la Petite Souris », nous avait enchantés. Le tome 2 est du même niveau, rien que le titre est alléchant : « Comment atomiser les fantômes ».

                                                 Astrid Bromure et les fantômes

Astrid Bromure impassible

Rappelons qu’Astrid est une jeune fille, fort délurée, qui habite avec ses parents dans un gigantesque appartement au dernier étage d’un immeuble de New York. Dans cet environnement luxueux des années 1920, digne d’un roman de F. Scott Fitzgerald, Astrid s’ennuie. Dans ce nouvel opus de la série, Astrid réussit à convaincre ses parents de l’inscrire au pensionnat de Canterville. Elle va y partager sa chambre avec des jumelles qui n’ont pas froid aux yeux. Les deux sœurs seront d’une grande aide certaines nuits, car selon la légende, Canterville est truffé de fantômes…

Cette série joyeuse et loufoque est toujours menée tambour battant, portée par un humour constant, une grande délicatesse et le fabuleux dessin de Fabrice Parme, stylisé, fin et aéré. Ses à plat pastels contribuent au côté vintage d’une fable morale donnant la parole à des fantômes, pour mieux dénoncer un enseignement trop formaté. Les jeunes lecteurs, dès 7-8 ans, peuvent continuer de s’amuser des (mes)aventures de la malicieuse et tenace Astrid.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Quatre Sœurs T3 : Bettina » par Cati Baur [d’après Malika Ferdjoukh]

Éditions Rue de Sèvres (15 €) – ISBN : 978-2-36981-128-2

« Astrid Bromure T2 : Comment atomiser les fantômes » par Fabrice Parme

Éditions Rue de Sèvres (10,50 €) – ISBN : 978-2-36981-168-8

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>