« Supers T1 : Une petite étoile juste en dessous de Tsih » par Dawid et Frédéric Maupomé

Une rentrée dans une nouvelle école avec les brimades de camarades chahuteurs est une épreuve forcément angoissante, mais cela n’est rien quand on doit grandir loin de ses parents. Heureusement, Mat, Lili et Benji forment une fratrie unie autour d’un lourd secret. Ils disposent de super pouvoirs, car ils viennent d’une planète lointaine, juste en dessous de l’étoile Tsih.

Quatrième de couverture Supers

 

Que ce soit pour le collège ou l’école primaire, la rentrée est source d’angoisses. Il faut se faire une place dans un lieu encore inconnu, construire de nouveaux liens d’amitié et apprendre à se méfier des éléments les plus provocateurs. Mat sait gérer tout cela, il prend sur lui pour ne pas répondre aux méchancetés du très mesquin Franck, tout en séduisant par sa douceur la jolie Jeanne. Pas de soucis non plus pour sa cadette, Lili sait se fondre parmi les nouveaux camarades de sa classe. En revanche, le déluré et ultrasensible Benji attire l’attention, car il est prêt à en découdre dès qu’on touche à l’honneur de sa famille.

Ses aînés doivent alors le calmer, il ne faut surtout pas qu’ils attirent l’attention sur eux. Les trois enfants habitent seuls un grand pavillon. C’est à l’abri de tout regard extérieur qu’ils peuvent laisser libre cours à d’étonnants pouvoirs : invisibilité, possibilité de voler, de communiquer par la pensée ou force surhumaine. Le trio, materné par un petit robot sensible, se retrouve le soir venu, sur la terrasse, à regarder, mélancolique, les étoiles.

Supers page 59 - haut

Mat, le plus âgé et qui assume le rôle de chef de famille, raconte alors, une nouvelle fois, aux plus jeunes les souvenirs qu’il a de ses parents retournés vers leur planète d’origine, dans la constellation de Cassiopée près de l’étoile qui s’appelle Tsih. Le plus petit veut qu’on lui raconte comment était sa maman et, au besoin, de l’inventer, ce n’est pas si grave…

Supers page 59 - bas

Difficile toutefois quand on est doté de super pouvoirs de passer totalement inaperçus auprès des jeunes de son âge et même des adultes, surtout quand ces gamins vraiment super sauvent des vies lors de l’incendie d’un immeuble.

Supers page 31

Ce premier volume d’une tétralogie annoncée étonne par sa qualité et sa profondeur. Frédéric Maupomé, le fin scénariste de la série « Anuki », s’adresse ici à un public plus âgé, de plus de huit ans. Il a bâti un récit d’une grande maturité, dans lequel après avoir présenté le contexte, un quartier pavillonnaire d’une ville moyenne ordinaire, il détaille, par petites touches sensibles, la personnalité de chaque protagoniste. De quoi développer, par le biais d’une histoire fantastique aux multiples rebondissements, des thèmes qui intéressent petits et grands : la naissance de l’amitié, les débuts de l’amour, le rôle protecteur de la famille, la solitude ressentie et la fragilité des enfants ou la quête de sa propre identité à l’adolescence et la volonté d’être comme tout le monde.

Supers page 43 - case 1

La thématique de la jeunesse de super-héros est utilisée à bon escient, avec humour et légèreté. Difficile de ne pas penser en lisant les (mes)aventures des jeunes « Supers », au petit Superman doté de superpouvoirs, car d’origine extra-terrestre, ou à Peter Parker condamné à cacher aux autres ses talents de Spider-Man.

Supers page 43 - cases 2 et 3

Le dessin rond, expressif et coloré, de Dawid est mis en valeur par une mise en page dynamique. Il n’y a aucune baisse de rythme tout au long des 112 pages d’un album qui alterne scènes d’action, séquences graves et émotionnelles à des passages drôles, légers, voire poétiques. « Supers » est une remarquable bande dessinée pour la jeunesse, c’est-à-dire pour les jeunes et ceux qui ont su rester jeunes. Elle est sensible, spirituelle et tendre. Les sujets abordés parleront à tous.

Supers page 75

Couverture Dessus-Dessous

Un dernier mot pour évoquer deux très beaux titres des éditions La Gouttière, parus du temps de la panne de notre site à la fin du printemps dernier. Tout d’abord, le dernier volume de la série muette « Anuki » scénarisé par Frédéric Maupomé, nous avons déjà évoqué ici tout le bien que nous pensons de cette série. Enfin « Dessus dessous », dessiné par Dawid, est un très beau récit, muet là encore, sur le destin tragicomique d’une taupe dans un jardin familial. Des idées cadeaux pour le Noël prochain, sans aucun doute !

Laurent Lessous (l@bd)

Couverture Anuki T5

« Supers T1 : Une petite étoile juste en dessous de Tsih » par Dawid et Frédéric Maupomé

Éditions La Gouttière (19 €) – ISBN : 979-10-92111-25-5

« Dessus-Dessous » par Dawid et Delphine Cuveele

Éditions La Gouttière (9,70 €) – ISBN : 979-10-92111-064

« Anuki T5, Grand-Pied » par Stéphane Sénégas et Frédéric Maupomé

Éditions La Gouttière (9,70 €) – ISBN : 979-10-92111-23-1

Galerie

Les commentaires sont fermés.