ENCORE BEAUCOUP D’ERREURS DANS LE DERNIER HORS-SÉRIE DE BEAUX ARTS MAGAZINE CONSACRÉ À LA BANDE DESSINÉE AMÉRICAINE…

C’est ce que nous signale le spécialiste Jacques Dutrey dans un article, évidemment, hyper-documenté, comme lui seul sait les faire ! Moralité, ce n’est pas encore ce coup-ci que Beaux Arts va remonter dans notre estime !

PETITES REMARQUES ENTRE AMIS

Il traîne encore, dans le numéro de Beaux Arts consacré à la bande dessinée américaine (septembre 2010), une erreur factuelle que Gaines et Feldstein ont répétée dans leurs interviews depuis un demi siècle et qu’ont repris en chœur tous les pseudo-critiques de pictérature qui ne prennent pas la peine de vérifier leurs sources :

Non ! Gaines et Feldstein n’ont pas été les premiers à rapprocher le nom d’Alfred E. Neuman du visage du gamin au sourire idiot qui est devenu la mascotte du magazine Mad, comme vous pouvez le vérifier sur le scan ci-dessous.

Feldstein lui-même a été très étonné quand je le lui ai prouvé dans un courriel ! Voici sa réponse :  » Dear Jacques,
My sincere and humble apologies.
I cannot believe it, but… after all these years… I have now discovered that I was under a totally wrong impression!

And up to this point in time, no one…NO ONE has ever cited to me any evidence of a direct connection between the face and the name in
Mad ( prior to #29…when I used it in an ad ) until now.

I have been duly admonished, educated and knocked off my high horse with the overwhelming evidence :  » Mad Awards…  » …and Harvey’s calling the ‘Oscar-Like’ images, « Alfred E. Neuman » statuettes…in issue #25.
From now on, I will have to limit my claims to: I was the one who ordered the definitive portrait of Alfred E. Neuman and made the fortuitous decision to use him as our Official Mad Cover Mascot/Logo.
Mad-ly yours,
Al

Cet oubli était d’autant plus curieux que cette statuette d’Alfred E. Neuman comme Oscar sera réutilisée bien plus tard sur une couverture de Mad (n°231, juin 1982).

De plus le  » what me worry kid  » était déjà sur la couverture du premier recueil de poche The Mad reader (décembre 1954), sur la couverture de Mad (comic book) n°21 (de mars 1955), sur celle de Mad nouvelle formule et des numéros suivants, respectivement dessiné par :
Kurtzman (n°24 à 26),


Elder (n°27-28),


Davis (n°27)

et même en mini poster par Elder (n°27) !

Gaines et Feldstein n’ont donc pas inventé grand chose…
Sinon faire appel au peintre Norman Mingo pour les couvertures à partir du n°30.

De plus ce n’est pas le n°28 que Feldstein a achevé, mais le 29, quoiqu’il en dise. Au n°28, Kurtzman était encore aux commandes, et il est même resté des histoires scénarisées par Kurtzman et finies par Elder jusqu’au n°30 !

Rendez à Gaines et Feldstein ce qu’ils méritent, mais pas plus. Ils ont fait fortune avec, c’est déjà pas mal.

Enfin, dire qu’Alfred « ne quittera plus jamais la couverture » me paraît un peu excessif :

couverture du n°115 déc.’67


couverture du n°161 sept.’73


et celle du n°166 avr.’74

…Non?

Autres bêtises, même article : Terry Gilliam ne pouvait pas être rédacteur en chef de Help ! au n°8 (mars 1961) car il n’était pas encore arrivé à New York. Il était encore étudiant en Californie.

Il n’a d’ailleurs jamais été rédacteur en chef de Help ! non plus, mais simplement assistant d’Harvey Kurtzman, et ce à partir du n°17, après les départs et en remplacement de Gloria Steinem et de Chuck Alverson.

Quant à Crumb, il n’apparait dans Help ! qu’au n°22 de janvier 1965.

Jacques DUTREY

(1) Le pompon avait quand même été atteint avec leur hors-série «  Les Secrets des maîtres de la BD « , lequel avait suscité nombres de réactions sur notre site ; voir : http://bdzoom.com/spip.php?article3914 !

Galerie

Une réponse à ENCORE BEAUCOUP D’ERREURS DANS LE DERNIER HORS-SÉRIE DE BEAUX ARTS MAGAZINE CONSACRÉ À LA BANDE DESSINÉE AMÉRICAINE…

  1. Bdzoom dit :

    Ce qui est merveilleux avec ce numéro de Beaux Arts c’est que c’est un merveilleux terrain de jeu des 10 000 erreurs : je ne reconnaissais pas le chapeau du pseudo Mr Natural de Crumb page 8. Et pour cause : c’est pas lui ! Et ils sont payés pour ça ?

    Rien que dans ces pages 8-9 de ce Beaux Arts Hors série « un siècle de BD américaine » de septembre 2010, on peut aussi noter les erreurs suivantes :
    - Verbeck ne prend qu’un « e »
    - Nancy n’a pas été créée par John Stanley mais par Ernie Bushmiller (dans « Fritzi Ritz »)
    - Ce beau barbu n’est pas Mr Natural de Crumb mais l’auto stoppeur anonyme de « The Squirrel Cage » de Gene Ahern.

    … ainsi que les omissions (ou ignorances ?) de :
    - Mr O’Malley dans « Barnaby » de Crockett Johnson
    - « Barney Google » de Billy DeBeck
    - « The Squirrel Cage », donc
    - « Bunky » de Billy Debeck
    - « Buck Rogers » de Phil Nolan et Dick Calkins
    - « Little Orphan Annie » d’Harold Gray (et son chien Sandy)
    - « Count Screwloose » de Milt Gross (et son chien Iggy)
    16. « Happy Hooligan » de Frederick Hopper

    …fallait le dire, car ça me chagrinait…

    Jacques Dutrey