« Sant-Fieg T2 : Armel » par Stéphane Heurteau

En Bretagne, ils ont des chapeaux ronds, des bonnets rouges… et le bonnet (rouge peut-être) des travailleurs immigrés qui y trouvent le climat humide et frisquet. C’est le cas de Rachid venu là trouver du travail, en 1963, c’est-à-dire peu après les accords d’Évian (18 mars 1962)…

Rachid arrive dans la presqu’île de Crozon sous une pluie battante et trouve un petit hôtel. On est peu après la guerre d’Algérie mais les « Anciens » n’ont pas tout digérer de ce pays qui a retrouvé son indépendance. Au bar de l’hôtel, Kilian fait partie de ces jeunes qui ne supportent pas les « bougnoules » et joue les meneurs de bande pour conquérir le cœur de Maëlle, laquelle va faire la première grosse bêtise de sa vie : tomber amoureuse de Rachid ! Et elle a bien raison, pourtant : Rachid est travailleur et gentil, ce qui aux yeux de kilian Meriadec, fils du maire, et de sa bande, tient de la provocation. Pire, Rachid s’installe, s’incruste, là, à Saint-Fiacre, alors que certains indépendantistes bretons aimeraient bien comprendre comment ils ont fait, eux, les Algériens, pour obtenir leur indépendance. Il y a peut-être des leçons à tirer… à condition de les entendre de la bouche d’un Arabe. En Bretagne, tout le monde n’en est pas capable. Certains préfèrent les ratonnades plutôt que d’accepter de donner la parole aux étrangers.

En fait, Rachid n’a pas débarqué là par hasard. Il est venu sur ces terres pour comprendre ce qui est arrivé à son père, qui servait l’armée française et qui y fut tué par les Allemands en 1939. Ces secrets de l’histoire et de famille, c’est ce que va découvrir finalement beaucoup plus tard Armel, jeune orphelin de 16 ans, d’origine arabe, quand il hérite d’une maison à Saint fiacre. Et ce nouvel arrivant va déranger involontairement bien des secrets et des rancœurs…

Le tome 1, publié en début d’année) est préfacé par le chanteur Idir qui voit avec justesse dans cette histoire une histoire d’amour et une l’histoire sur l’intolérance et le racisme tandis que Gilles Servat qui introduit le second tome souligne bien l’atmosphère particulière des années 60 où la Bretagne se considérait comme une colonie et se battait contre les colonisateurs qui condamnaient notamment la langue bretonne.

Heurteau réalise là, en noir et blanc, de son trait souple et chaleureux, un récit qui fait voyager en pays breton, mais surtout au fil du temps. Il sait comme nul autre dessiner une vieille bâtisse, esquisser un bateau, poser un décor qui sent la vie et l’authenticité et croquer des personnages avec lesquels il fait bon partager une histoire.
Alors, bon voyage…
Didier QUELLA-GUYOT ([L@BD->http://www.labd.cndp.fr/] et sur Facebook).http://bdzoom.com/author/didierqg/
« Sant-Fieg T2 : Armel » par Stéphane Heurteau
Éditions Coop Breitz (12€) – ISBN : 978-2-8434-6626-7
Rappelons les précédents titres de Stéphane Heurteau chroniqués sur BDzoom.com : « Fanch Karadec » T2 (« L’Affaire malouine ») par Sébastien Corbet et Stéphane Heurteau et « Hyde » par Stéphane Heurteau.

Galerie

Une réponse à « Sant-Fieg T2 : Armel » par Stéphane Heurteau

  1. heurteau dit :

    merci
    très belle chronique!
    heurteau