Rencontre avec Margaux Motin (« La Tectonique des plaques ») et Pacco (« Pacco fait son show : Boys Vs Girls »)

Ma première a triomphé tout l’été sur la grande scène du 9e art. Mon second a décidé de mettre en forme un stand-up en bande dessinée : une première ! Mon tout est un couple à la ville, se nourrissant d’influences réciproques dans leur travail : Margaux Motin et Pacco. Rencontre avec des auteurs issus de la génération blog qui ont délaissé le numérique au profit de l’édition papier.

« Le blog est une super plate-forme pour apprendre, se faire du lectorat et attirer les éditeurs », nous expose Pacco. « Au début, tout le monde a refusé « La BD de Mae ». Comme j’avais une véritable volonté de monter ce projet, j’ai publié mon travail sur un blog (mae-bd.fr) et plusieurs éditeurs s’y sont ensuite intéressés, ce qui était mon objectif. »

Le point de vue de Margaux Motin est un peu différent, dans la mesure où elle n’a créé un blog (http://margauxmotin.typepad.fr/) que « pour mettre mes dessins professionnels en ligne. Je trouve que c’est un formidable outil de progrès qui permet de travailler le trait avec beaucoup de liberté, mais ça prend un temps de malade pour un travail non rémunéré. C’est donc devenu une activité marginale ; mais je me laisse le luxe d’y revenir quand je veux. Les internautes qui me suivent ont très bien compris ça. »

Pour Margaux, le succès est très rapidement au rendez-vous. La jeune femme fédère, avec ses récits humoristiques mettant en scène le quotidien d’une jeune trentenaire, tout un lectorat féminin de cette tranche d’âge : « C’est nouveau pour elles, elles ressentent un vrai souffle libérateur », nous indique l’auteur(e). Entre ses lectrices et elles, un rapport affectif s’est d’ailleurs instauré : « Nous avons grandi ensemble, par l’intermédiaire du blog. D’ailleurs, lors de mes premières dédicaces », se souvient-elle, « le fait de se rencontrer suscitait énormément d’émotion, pour elles comme pour moi. » Dans la continuité du succès du blog, les albums de Margaux Motin atteignent rapidement des sommets de vente, jusqu’au dernier en date, « La Tectonique des plaques », déjà commercialisé à plus de 120 000 exemplaires. Cette réussite ne soumet pourtant pas la dessinatrice à une pression particulière : « Je le vis super bien. Je suis très fière du ressenti des lecteurs par rapport à l’authenticité de mon propos. Si je le fais, c’est parce que j’estime avoir des choses à dire avec l’envie d’être entendue. La seule pression qui s’exerce sur moi est celle de l’exigence, qui m’oblige à réfléchir au message que je vais porter et pas simplement à ce que je ressens, sans plus. » Et Pacco d’enchérir : « Un artiste doit toujours se demander pourquoi il fait les choses. Se faire croire que c’est pour les autres est se mentir à soi-même : je le fais pour moi et si je le fais bien, ça pourra servir aux autres. Il faut toujours donner le meilleur de soi-même et travailler pour construire de l’excellence ».

À l’image de sa compagne, Pacco publie toujours, mais très irrégulièrement, sur son nouveau blog (pacco.fr) : « Mais maintenant, j’ai envie de développer des projets dans le domaine de la bande dessinée qui ne s’adapteraient pas dans un format blog. Par ailleurs, j’arrête « Mae » et « Une semaine sur deux », car je n’ai plus rien à raconter. »

Il faut dire que l’auteur fourmille d’idées, la dernière éditée en date, « Pacco fait son show », ne consistant en rien d’autre que de transposer un one-man-show en BD ! : « Dans le cheminement, j’ai d’abord eu envie d’écrire des textes de stand-up. N’étant capable que de dessiner, car je ne suis pas acteur, j’ai eu envie d’illustrer ce texte et d’en faire une bande dessinée. C’est alors que je me suis rendu compte que ça n’a jamais été fait, en tout cas, je n’en ai jamais vu ». Encore faut-il arriver à construire un ensemble cohérent : « Je me suis appliqué à  transposer tous les codes du stand-up à la bande dessinée, en utilisant tous les moyens dont je disposais, comme les couleurs. Même si c’est un pastiche ou, disons, un hommage un peu détourné, je me suis imposé de travailler dans les règles de l’art, des arts même ! En premier lieu, j’ai décidé de construire la bande dessinée comme si j’avais réalisé une captation vidéo d’un one-man-show, idée utilisée jusqu’au packaging de l’album qui fait référence à une jaquette de DVD. Je me suis donc penché sur la grammaire des shows et j’ai écrit les sketches dans une thématique générale. Un stand-up est animé par une personne sur scène, dont il faut illustrer les attitudes, ce que j’adore. Cet acteur joue des saynètes qui font rire. J’ai donc dessiné ces dernières comme des courts récits. Tout ça correspond finalement assez bien à ce que je faisais avant. »

Pour l’élaboration de cet exercice de style figuratif, Pacco ne souhaitait pourtant pas en rajouter : « Comme j’arrivais sur une forme nouvelle, j’ai eu envie d’un fond trivial et très fédérateur. Je me suis fixé une contrainte d’ouverture au grand public en évitant une thématique trop personnelle. » Pour cette grande Première, sous titrée « Boys Vs Girls » Pacco s’amuse et nous amuse donc sur le thème des relations hommes – femmes. Après cette expérience, remontera-t-il sur scène ? : « Je me suis vraiment amusé à faire ce projet et j’aimerai poursuivre dans cette voie. Il y a tellement de choses à explorer et, avec le temps, je pourrai raconter des trucs plus pointus. »

En les entendant, on ressent toute la complicité liant Margaux et Pacco. Complémentaires dans leurs propos, ils le sont également dans leur méthode de travail, partageant le même lieu pour mettre en forme leurs projets : « C’est le principe des vases communicants appliqué au quotidien », disent-ils. « Nous vivons ensemble aux sens personnel et artistique et nous partageons tout. Sur nos albums, l’un ou l’une est le premier lecteur, critique et conseiller de l’autre. »

On imagine aisément les deux auteurs poursuivre leur collaboration commune, entamée avec « Very Bad Twins » : « J’aimerais bien finir « Very Bad Twins », nous dit Pacco, « mais je ne sais pas comment faire. Les droits du titre appartiennent à un éditeur et nous avons beaucoup de projets chez un autre. Mais nous avons très envie de réaliser autre chose ensemble. Nous fourmillons d’idées, nous en avons même 50 milliards », «  En ce moment », appuie Margaux Motin, « nous avons, par exemple, très envie de parler de notre vie commune, envie de faire rigoler par rapport à ça, notamment sur les familles recomposées. »

Laurent TURPIN

Retrouvez, sur bdzoom, les précédentes interviews de Pacco et de Margaux Motin, réalisées en 2009 par Coline Bouvart.

« La Tectonique des plaques » par Margaux Motin

Éditions Delcourt – Collection Tapas :-* (22,95 euros) – ISBN : 978-2-7560-4195-7

« Pacco fait son show » par Pacco

Éditions Delcourt – Collection Tapas :-* (14,95 euros) – ISBN : 978-2-7560-4209-1

Galerie

Les commentaires sont fermés.