« Hoka Hey ! » : la colère de l’Indien !

Voici encore un titre remarquable publié au sein du Label 619 (1), la collection cornaquée par Run qui est, depuis juin 2021, passée dans le giron des éditions Rue de Sèvres : un western initiatique à grand spectacle de 224 magnifiques pages se déroulant en cinémascope dans les grands espaces de l’Ouest sauvage. Neyef, le dessinateur de « Puta Madre » et de divers courts récits pour les collectifs « DoggyBags » ou « Midnight Tales » (édités aussi sous le Label 619), lequel est ici également coloriste et scénariste, prend le prétexte d’une brutale histoire de vengeance et de haine pour mieux nous parler de transmission et d’assimilation culturelle entre les Blancs et les Indiens.

À partir de 1850, les jeunes Amérindiens étaient internés dans des pensionnats catholiques afin qu’on leur inculque les principes de la nation américaine et que l’on détruise toute trace de leur culture indienne. Georges est un enfant Lakota élevé par le pasteur Clemente : l’administrateur de sa réserve ; il l’a éduqué selon les préceptes chrétiens, pour le transformer en bon Blanc. Acculturé, car ayant peu à peu oublié ses racines, ce garçon — qui rêve aujourd’hui de devenir médecin — n’hésite pas à réciter l’Évangile pendant un pique-nique, devant le pasteur et une jolie dame convoitée par ce dernier.

C’est alors qu’arrivent trois étranges cavaliers, dont l’un s’appelle Little Knife : un Indien lakota froid et violent, habillé à l’Occidentale, qui recherche la piste de l’assassin de sa mère. Une fois l’information souhaitée obtenue, il tue l’homme de Dieu, blesse gravement la femme, et avec ses deux comparses (une Indienne portant un foulard par-dessus son nez et un cow-boy irlandais plutôt paumé) poursuit et rattrape Georges : seul témoin de la scène, mais qui s’était enfui. Après avoir hésité à s’en débarrasser, ils décident de lui laisser la vie sauve et de l’embarquer avec eux le temps que leur affaire soit terminée, ignorant qu’un redoutable chasseur de prime est à leurs trousses.

Au fil de leur chevauchée infernale, Little Knife et le garçon vont essayer d’en savoir plus l’un sur l’autre : le premier apaisant quelque peu sa colère en instruisant Georges sur la culture lakota, dont le sang coule également dans ses veines, et le second découvrant ses origines et son identité.

            Avec son trait inspiré, Neyef propose des personnages aussi attachants que hauts en couleur, dans ce formidable et touchant western cinématographique sur papier. L’auteur y réussit à trouver sa propre voie narrative, grâce à un original découpage séquentiel, autant porté par le souffle de la grande aventure que par des scènes très contemplatives. Manifestement, « Hoka Hey ! » est l’une des belles surprises de la très dense production éditoriale bédéesque de cette fin d’année.

Gilles RATIER 

(1)  Voir aussi sur BDzoom.com : « La Véritable Histoire du Dahlia noir » labélisée 619 !« Carbone & Silicium » : l’humanité augmentée selon Mathieu Bablet…« Mapple Squares », deuxième titre de la collection Doggy Bags One Shot : un caramel mou pour un polar qui décoiffe !« Midnight Tales » : les sorcières s’emparent du label 619 !

« Hoka Hey ! » par Neyef 

Éditions Rue de Sèvres/Label 619 (22,90 €) — EAN : 978-2-81020-229-4

Parution 26 octobre 2022

Galerie

Les commentaires sont fermés.