Grégory Mardon croque l’« Amour cru » !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette œuvre érotique de 100 pages n’est pas une histoire ordinaire : elle nous interroge sur nos obsessions, nos fantasmes, nos expériences sexuelles et nos limites… Mais aussi sur notre définition personnelle de l’amour, avec un grand A, et du couple idéal… Quoi qu’il en soit, les auteurs — que ce soit l’incisif dessinateur Grégory Mardon ou l’efficace réalisateur Eldiablo et sa compagne Gyl-N au scénario — ont fait très fort avec cette bande dessinée contemporaine qui nous embarque d’emblée et qui réussit à nous fasciner jusqu’à un final étonnant, voire déroutant !

La brune élancée Mélina et la rousse gironde Charlie sont amies depuis l’enfance : depuis, elles sont inséparables. Cependant, leurs différences ne se limitent pas au physique. Si la première, éternelle enthousiaste, jouit au mieux de la vie en enchaînant les plans cul soirée après soirée, la seconde est au contraire plutôt timide et prudente : se réservant pour la rencontre avec le mec parfait…

            Et ce jour tant attendu va vite arriver ! En effet, Charlie vient de tomber amoureuse d’Alan : un homme élégant, qui, selon ses dires, est littéralement à croquer ! Évidemment, Mélina est très curieuse de découvrir au plus vite cet oiseau rare… mais, dès leur premier rendez-vous, elle va se méfier de ce galeriste aussi froid que louche, qui semble pourtant apporter à Charlie un bonheur sans pareil. D’autant plus qu’il habite désormais chez son amie de toujours, pratiquement quatre jours par semaine : alors que ce n’est vraiment pas le genre de Charlie de faire rentrer si rapidement le loup dans la bergerie !

            Certes, ce n’est pas le premier ouvrage érotique de Grégory Mardon : son amusant et léger « Madame désire ? », chez Fluide glacial en 2009, nous avait laissé un bon souvenir ; tout comme la plupart de ses autres bandes dessinées, de son intimiste « Vagues à l’âme » (hommage à son grand-père), en 2000, à son autofiction « La Femme papillon », 20 ans plus tard (1). Toutefois, là, avec son style spontané et coloré, il transcende parfaitement le scénario malin et bien barré de cette surprenante BD aux passages assez hard : elle est d’ailleurs incluse dans la sulfureuse collection Porn’Pop des éditions Glénat. 

Ce canevas aussi coquin qu’intrigant est notamment dû à l’animateur des séries « Lascars » et « Les Kassos » sur Canal +, par ailleurs scénariste punchy chez Ankama ou pour Fluide glacial. Tandis qu’opère, « dans l’ombre et à ses côtés », comme le signale dans son introduction la responsable éditoriale Céline Tran, « le magnifique cerveau de sa compagne Gyl-N, avec toute sa délicieuse perversité ». Car c’est elle, en effet, qui a eu l’idée du pitch de départ, ces petits camarades l’ayant ensuite savamment accommodé avec leurs talents narratifs. Ceci afin que vous n’ayez plus qu’à déguster ce récit sur certaines extravagantes pratiques alternatives troublantes, remarquablement mises en scène : mais, on vous prévient, il vaut mieux que vous le préfériez saignant que bien cuit !

Gilles RATIER

(1)  Voir aussi sur BDzoom.com « Votez Le Teckel » par Grégory Mardon et Hervé Bourhis« Les Poils : l’extravagante comédie du quotidien »Sarah Cole : une histoire d’amour d’un certain typeMadame désire ?

« Amour cru » par Grégory Mardon, Eldiablo et Gyl-N

Éditions Glénat (23 €) — EAN : 978-2-344-04484-1

Parution 16 février 2022

Galerie

Les commentaires sont fermés.