Ils sont beaux mes ouvrages ! (ou Le papier fait de la résistance…)

Une fois n’est pas coutume, mais Noël oblige, penchons-nous sur ces beaux livres (intégrales, monographies, albums luxe et autres recueils de dessins franco-belges) qui, de plus en plus nombreux, enrichissent – parfois depuis quelques semaines déjà – les rayonnages de nos libraires et enseignes préférées. Une victoire en soi, à l’heure de la crise du papier et des défaillances des réseaux de livraison… La petite sélection qui suit devrait en conséquence et fort logiquement vous donner envie de compléter agréablement vos lectures… Reste à vous souhaiter collectivement de très bonnes fêtes. En attendant, dès la semaine prochaine, de vous permettre de découvrir – en avant-première – quelques belles couvertures des albums à paraître en 2022 !

Débutons notre liste sélective par quelques rappels : nous avons notamment déjà évoqué la monographie « Jacques Martin, le voyageur du temps », magnifique ouvrage réalisé par Patrick Gaumer, ainsi que la copieuse intégrale (1 000 pages !) de « Caroline Baldwin ». Bernard Joubert a pour sa part coordonné une nouvelle anthologie des « Trésors cachés de la BD érotique ». Enfin, Gilles Ratier avait chroniqué la republication en intégrale des mythiques « Pionniers de l’Espérance », série SF culte imaginée par Raymond Poïvet et Roger Lécureux.

Histoire, voyage, féminité et sensualité se retrouvent également chez Cosey, dont le personnage Jonathan n’a cessé (depuis son apparition dans Tintinen 1975) de nous faire partager ses découvertes. Avec « À l’heure où dorment les dieux » (rapidement évoqué ici Jonathan, le retour… et la fin !), Daniel Maghen livre l’un de ses beaux livres dont il a le secret : Grand Prix d’Angoulême en 2017, Cosey s’y dévoile au travers de ses innombrables carnets de voyages ; aide-mémoires et instantanés autant qu’aquarelles, crayonnés ou encres de Chine au pinceau, l’auteur fixe ainsi l’atmosphère d’une rue, les traits d’un individu ou la lumière d’une montagne. De l’Inde à la Grèce, de l’Espagne au Japon ou aux Alpes vaudoises, ces 300 pages subjuguantes nous fait aussi pénétrer dans le panthéon personnel de l’auteur : car, derrière Hokusai, Rembrandt, Hergé, les Stones, C.G Jung ou « Les Schtroumpfs », se devine aussi la genèse des différents tomes de « Jonathan ».

Cosey, page à page, de voyage en voyage... (Daniel Maghen, 2021).

Autre auteur, autre atmosphère : dans « Le Nageur solitaire : voyage en 2020, année hystérique », Olivier Grenson présente la somme d’une année complète de dessins. Sans plan ni scénario, mais au rythme d’une idée par jour, dans une année marquée à jamais par l’éruption de la pandémie de Covid-19. Au tout début 2020, alors même que le confinement n’est pas encore à l’ordre du jour en Europe, Grenson se lance un défi : remplir jour après jour les 350 pages de son agenda. Pris à son propre jeu, l’auteur ne s’attendait pas à voir l’actualité télescoper son projet initial. Pourtant, dans un agenda devenu inutile (dédicaces et festivals étant tous annulés jour après jour), le « Nageur solitaire » prenait tout son sens, dévoilant un rythme et finalement un récit particulier. Avec ses 392 pages, l’insolite ouvrage demeure une belle expérience de lecture.

Il nage bien, le Grenson ! (Kennes, 2021).

Du côté des intégrales, comment ne pas évoquer la très attendue compilation en noir et blanc des six premiers tomes d’« Undertaker » ? Paru dans la superbe collection La Grande Bibliothèque, initiée par Frédéric Niffle depuis janvier 2017, ce premier volume intégral devrait permettre aux aficionados du « meilleur western depuis Blueberry » de se replonger avec délectation dans le dessin nerveux de Ralph Meyer ; ce en attendant de découvrir le huitième volume de la série, toujours scénarisé par Xavier Dorison, probablement fin 2022.

« Undertaker » : la série qui enterre « Blueberry » ? (Niffle, 2021).

Une Grande Bibliothèque riche de grands classiques.

Restons dans les belles propositions d’intégrales en noir et blanc avec « Rahan », série culte de Roger Lécureux (1925-1999) et André Chéret (disparu le 5 mars 2020) actuellement republiée chez Soleil. Cette nouvelle intégrale (malheureusement dépourvue de tout dossier complémentaire), prévue en cinq volumes de 600 pages chacun (deux sont déjà parus ; format 21,8 x 29,7 cm) permettra indéniablement d’apprécier une nouvelle fois le trait exceptionnel de Chéret.

La série des âges farouches : couvertures pour les intégrales T1 et T2 (Soleil 2021).

Du noir et blanc, encore, avec la somptueuse édition prestige (grand format de 27,5 x 36,8 cm) du récent « Frankenstein » de George Bess. Après avec adapté « Dracula » l’an passé dans un album qui fera date, l’auteur récidive avec l’autre classique immortel du roman gothique (Mary Shelley, 1818). Où comment Robert Walton, explorateur polaire, rencontre par hasard l’infortuné Victor Frankenstein, scientifique damné pour avoir osé créer la vie de toutes pièces…

Les intégrales en couleurs fleurissent aussi lors des fêtes de fin d’année : citons ici « Le Décalogue » (560 pages réunissant les dix tomes ésotériques scénarisés par Frank Giroud chez Glénat entre 2001 et 2003), « Les Compagnons du crépuscule » de François Bourgeon (256 pages rassemblant les trois tomes médiévaux parus chez Casterman entre 1984 et 1990) et « Shi », série d’Homs et Zidrou actuellement présentée dans un magnifique coffret rassemblant les quatre premiers tomes et accompagné d’un ex-libris signé.

Sur les traces de « Nahik » à travers le temps, de 2001 jusqu'en l'an 622 (Glénat 2021).

Un Moyen Âge réaliste, cruel et merveilleux (Delcourt 2021).

Visuel du coffret « Shi », série initiée en 2017 (Dargaud, 2021).

Chez Champaka Brussels, les monographies prestigieuses s’enchaînent dans la collection Une vie en dessins : après « Frank Pé », « Yves Chaland », « François Walthéry » et avant de retrouver « Batem – Le Marsupilami » et « Victor Hubinon » début 2022, voici « Marcel Gotlib », génial auteur qui – une fois n’est pas coutume – ne peut être rattaché aux éditions Dupuis, si ce n’est par le biais d’un unique album (« Allez coucher, sales bêtes ! ») dessiné par le talentueux René Hausman en 1991. De « La Rubrique à brac » jusqu’à « Rhââ lovely » en passant par « Gay Luron » ou « Pervers Pépère », Gotlib, maître incontesté de l’humour, se dévoile sur 384 pages au travers de plus de 250 fac-similés et d’originaux. Jean-Louis Gauthey, créateur des éditions Cornélius et proche de l’auteur, commente et analyse avec brio le trait d’un géant, également dévoilé via quelques documents familiaux inédits.

Gotlib, le chantre du signe (Champaka Brussels 2021).

Passons aux (très…) luxueuses éditions en compagnie de « Gil Jourdan », héros emblématique créé en septembre 1956 par Maurice Tillieux dans les pages de Spirou. Pour la première fois, les planches originales du mythique premier album sont reproduites en fac-similés, au format original (58,7 x 45,6 cm) ! « Libellule s’évade » prépublié dans Spirou de septembre 1956 à mars 1957 (album en 1959) voit Gil Jourdan se confronter à un trafic de drogue orchestré par le gangster Malabarte et par Palankine, propriétaire d’un château près de Rambouillet et grand amateur d’art. Limité à 700 exemplaires numérotés, l’ouvrage est déjà devenu un objet difficilement trouvable, même pour les collectionneurs les plus fortunés.

Gil Jourdan, un héros plus grand que jamais (Dupuis, 2021)

Difficile d’évoquer les éditions Dupuis sans revenir – pour clôturer cette sélection – sur « Spirou et les petits formats », génial récit court concocté à quatre mains par Franquin et Roba en 1960. L’œuvre, qui lance assez conventionnellement le héros (aidé du Marsupilami) à la recherche de son ami Fantasio, nous revient en édition de 136 pages. La version classique de l’histoire (30 pages) est recolorisée minutieusement par Frédéric Jannin tandis que les planches originales (60 pages avec une demi-planche ou un fac similé) sont commentées pas à pas par le duo Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault. Calot sur le groom, outre un dossier éditorial, les lecteurs pourront découvrir en complément le récit sous sa forme originelle, en fac-similé de sa publication (20 pages de six strips) dans Le Parisien libéré. Finalement tout sauf un petit format !

Un animal qui voit les choses en petit (Dupuis, 1960-2021).

Philippe TOMBLAINE

« À l’heure où dorment les dieux » par Cosey
Éditions Daniel Maghen (49,00 €) – EAN : 978-2-356-74107-3
Parution 04 novembre 2021

« Le Nageur solitaire : voyage en 2020, année hystérique » par Olivier Grenson
Éditions Kennes (32,00 €) – EAN : 978-2380755176
Parution 03 novembre 2021

« Undertaker : intégrale » T1 par Ralph Meyer et Xavier Dorison
Éditions Niffle (49,00 €) – EAN : 978-2505113430
Parution  03 décembre 2021

« Rahan : intégrale noir et blanc » T1 par André Chéret et Roger Lécureux
Éditions Soleil (39,95 €) – EAN : 978-2505113430
Parution 17 novembre 2021 (T2 le 08 décembre)

« Frankenstein » par George Bess
Éditions Glénat (39,00 €) – EAN : 978-2344050446
Parution 1er décembre 2021

« Le Décalogue » par Frank Giroud et collectif
Éditions Glénat (59,00 €) – EAN : 978-2344050156
Parution 08 décembre 2021

« Les Compagnons du crépuscule : édition intégrale » par François Bourgeon
Éditions Delcourt (39,50 €) – EAN : 978-2413038719
Parution 1er décembre 2021

« Shi : coffret » T1 à T4 par José Homs, Picksel et Zidrou
Éditions Dargaud (58,00 €) – EAN : 978-2505087861
Parution 04 décembre 2021

« Gotlib : une vie en dessins »
Éditions Champaka (55,00 €) – EAN : 978-2205083965
Parution 26 novembre 2021

« Libellule s’évade : édition prestige » par Maurice Tillieux
Éditions Dupuis (199,00 €) – EAN : 9791034761029
Parution : 26 novembre 2021

« Spirou et les petits formats » par André Franquin, Jean Roba, Frédéric Jannin, Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault
Éditions Dupuis (28,95 €) – EAN : 978-2-8001-5411-4
Parution : 11 novembre 2021

Galerie

Les commentaires sont fermés.