Armée de son grimoire, Elfie enchante un village de Provence…

Dans le deuxième volume de ses aventures, « Le Grimoire d’Elfie T2 : Le Dit des cigales », la jeune Elfie découvre un village provençal où un écrivain anglais est en panne d’inspiration. Il ne sait pas qui lui fait subir un harcèlement en règle. Une nouvelle enquête pour la jeune adolescente, avec l’apport non négligeable de son grimoire magique, à l’issue de laquelle elle en aura appris beaucoup sur la Provence et sa propre famille.

Nous avons fait connaissance avec Elfie et ses sœurs dans le premier volume de leurs aventures : « Le Grimoire d’Elfie T1 : L’Île presque ». Un album qui a rencontré en 2021 un succès public et critique en étant récompensé, notamment, par le Grand Prix des lecteurs du Journal de Mickey. Elfie n’est pas une jeune fille de 11 ans comme les autres ; son enfance a été marquée par l’incendie de la maison familiale lors duquel sa mère a perdu la vie. Sa tante Delphine l’a alors prise en charge avec sa sœur d’un an son aînée. Magda a perdu la jambe droite lors de l’incendie, elle porte depuis une prothèse. Tout change pour les deux filles quand Louette, leur grande sœur de 18 ans obtient leur garde. Elles partent alors toutes les trois dans un bus anglais, rouge évidemment, transformé en librairie ambulante au nom accrocheur : Le livre qui pue !

Le Grimoire d’Elfie.

Après un premier voyage en Bretagne, les trois sœurs décident de se rendre en Provence, plus exactement dans le Luberon. C’est dans le petit village de Gonerbes que réside Alistair Kinloch, un écrivain anglais, autrefois ami de leur mère.

Les retrouvailles sont émouvantes, Alistair accueille les orphelines avec bienveillance. Il leur narre ses déboires récents : depuis le vol de sa vieille machine à écrire Underwood n° 5, un cadeau de la mère d’Elfie, il a perdu l’inspiration. Impossible de donner une suite à son best-seller « Quatre Saisons en Provence ».

Ce n’est pas tout, des agressions anonymes et mystérieuses se sont multipliées : tirs de chevrotine sur son portail, des chats noirs qui envahissent sa maison, un pentacle maléfique dessiné au sang dans son salon, ou des traces de pattes de bouc sur sa terrasse… Qui en veut à ce point au pacifique Alistair ? Et pourquoi ?

Elfie ouvre derechef l’enquête.

« Le Grimoire d’Elfie T 2 : Le Dit des cigales » résumé du tome 1.

Pour mener à bien ses investigations Elfie bénéficie de l’aide opportune d’un cadeau posthume de sa mère : un grimoire magique !

Quand elle écrit des histoires sur ses pages blanches, il se charge de magie et les pierres de sa couverture se mettent à briller. Les origamis que plient Elfie à partir des pages du grimoire deviennent vivants et l’aident dans ses recherches.

Magie supplémentaire, les pages du vieux livre se remplacent toute seule.

C’est donc aidée de petites souris bavardes et impertinentes que la jeune fille questionne l’entourage de son ami écrivain, de Gonerbes jusqu’aux brocanteurs de la petite ville voisine de l’Isle-sur-la-Sorgue.

« Le Grimoire d’Elfie T 2 : Le Dit des cigales » page11.

La série « Le Grimoire d’Elfie » est une belle réussite de la bande dessinée jeunesse d’aujourd’hui. Nous la devons à des auteurs talentueux qui se sont associés pour bâtir un univers contemporain crédible mâtiné de merveilleux. Christophe Arleston, le créateur prolifique de séries comme « Lanfeust » ou « Ekhö » en a écrit le scénario avec la romancière Audrey Allwett qui s’était déjà essayé à l’écriture pour la bande dessinée avec « Princesse Sara ».

 Chaque album de leur nouvelle série est une histoire complète qui peut se lire indépendamment des précédentes. On y découvre des jeunes filles et des personnages attachants tous bien caractérisés. D’Elfie, l’héroïne enjouée mais marquée par la disparition de sa mère toute comme la plus secrète Magda, marquée dans sa chair par l’incendie meurtrier à Louette l’aînée que son rôle de mère de substitution a rendu plus mature. Les trois sœurs croisent dans ce volume un écrivain qui évoque ouvertement Peter Mayle, l’auteur du bestseller « Une année en Provence » ainsi qu’un conteur provençal haut en couleur, l’occasion d’aborder des coutumes ou expressions locales comme le langage des éventails ou fado, en provençal la fée, être fada c’est donc subir l’enchantement d’une fée.

Cette feel-good bande dessinée est portée par le graphisme pop tout en rondeurs, expressif et détaillé de Mini Ludvin, une dessinatrice qui a beaucoup travaillé pour le cinéma d’animation avant de s’essayer avec succès à la bande dessinée sur des séries comme « Je suis en CM ».

Elle magnifie et dynamise un récit bien construit qui sait ménager ses effets et apporte peu à peu des révélations sur le passé des trois sœurs et de leur mère, sans doute magicienne, elle aussi, ne se prénomme-t-elle pas Mélusine ? D’ailleurs qui sont les pères des trois sœurs ?

Alistair, Mélusine et l'Underwood n° 5.

Comme dans « Les Carnets de Cerise », le récit, toujours émouvant et maîtrisé, fait alterner faux journal intime illustré par une jeune fille et bande dessinée. Avec « Le Grimoire d’Elfie » nous avons aussi une excellente œuvre pour la jeunesse, tendre mais jamais mièvre, dans laquelle le merveilleux permet d’outrepasser les moments délicats de la vie : séparation, mort d’un être cher, handicap ou violence du quotidien.

Les thématiques traitées sont donc riches et variées du travail de deuil, à l’acceptation de la différence, du racisme ordinaire au besoin d’inclusion de tous, du côté ambivalent de la famille, à la fois protectrice et étouffante, et de l’amitié à entretenir aux secrets de la vie passée de ses parents. En cette période de fêtes de fin d’année, vous pouvez sans soucis offrir les albums de la série « Le Grimoire d’Elfie » à de jeunes et à de moins jeunes connaissances car on peut lire à tout âge des récits qui allient avec une grâce singulière modernité et nostalgie.

« Le Grimoire d’Elfie T 2 : Le Dit des cigales » page 24.

.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Le Grimoire d’Elfie T 2 : Le Dit des cigales » par Mini Ludvin, Audrey Alwett et Christophe Arleston

Éditions Drakoo (15,90 €) – EAN : 978-2-3823-3005-0

Parution le 17 novembre 2021

Galerie

Les commentaires sont fermés.