« Les Beaux Étés » : Les Faldérault enfin de retour !

Quel bonheur que de retrouver nos amis les Faldérault, après trois longues années d’absence ! Nous sommes en 1970, la famille compte encore cinq membres lorsque débute ce récit fait de tendresse, de sourires, de générosité. Une série réjouissante destinée à un large lectorat, signée par deux auteurs qui s’entendent à merveille : le Belge Zidrou et le Catalan Jordi Lafebre.

Bruxelles, 1970. Comme à son habitude Pierre Faldérault, dessinateur de bandes dessinées encore à la recherche du succès, retarde le départ en vacances avec sa famille le temps de boucler une biographie du père Damien pour les éditions du Bon Samaritain. Arrive enfin le moment où Mam’zelle Estérel, leur antique 4L qui affiche 100 000 kilomètres au compteur, finit par embarquer le quintette, direction une calanque située au bord de la Méditerranée où ils ont passé des vacances de rêve l’année précédente. Un objet perdu par un camion fait voler en éclat le pare-brise, stoppant net le voyage dans un coin perdu de Bourgogne. Pierre, Madeleine qui doit accoucher en octobre, Julie et les enfants Nicole et Louis sont généreusement hébergés aux Genêts par Esther et Estelle : deux charmantes « sœurs » vivant du produit de leur ferme. La calanque attendra leur arrivée, le temps pour le garagiste de récupérer un nouveau pare-brise. Les enfants savourent avec bonheur la vie à la campagne, tout en découvrant le secret que dissimulent leurs deux hôtesses : elles cachent leur histoire d’amour aux villageois, leurs clients. Lesbienne, en 1970, n’est pas une situation facilement avouable lorsque vous vivez à la campagne…« Pourquoi les gens ne doivent pas savoir que les deux madames, elles sont amoureuses ? Depuis quand s’aimer, c’est mal ? C’est vous les adultes qui compliquez toujours tout ! » : à travers les propos savoureux des enfants, Zidrou dénonce mieux qu’un long discours l’injuste procès fait à l’homosexualité. Un récit généreux sans être prétentieux, une belle leçon de vie, une histoire toute simple jamais ennuyeuse.C’est dans un joyeux désordre chronologique que Zidrou relate les vacances mouvementées de cette famille nombreuse attachante déjà croisée en 1973, 1969, 1962, 1980, 1979, enfin en 1970. Entre humour et réalisme, les dessins généreux de l’Espagnol Jordi Lafebre servent avec justesse un scénario cousu main. Les bouilles irrésistibles des enfants, la sympathie qu’inspirent les parents, les décors soignés d’un quotidien pas si banal qu’à première vue, invitent le lecteur à entrer dans cet univers à la fois familier et chaleureux, où il ne peut que se sentir chez lui.Zidrou, pseudonyme de Benoît Droussie, né en 1962 en Belgique, exerce la profession d’instituteur avant de se tourner vers l’écriture. En 1992, il imagine « L’élève Ducobu » pour Godi dans la revue Tremplin, suivi par « Tamara » pour Darasse, « Les Crannibales » pour Fournier, « Le Boss » pour Bercovici… dans Spirou, « Boule à zéro » pour Ernst chez Bamboo… À partir de 2009, il aborde une bande dessinée plus adulte avec « La Vieille Dame qui n’avait jamais joué au tennis & autres nouvelles qui font du bien » publié par Dupuis, dont l’un des dessinateurs est Jordi Lafebre. Suivent de nombreux ouvrages reconnus par la critique : « Shi », « La Peau de l’ours », « Natures mortes », « Les Folies Bergère », « L’Adoption »… On lui doit aussi des reprises fort réussies d’anciens succès : « La Ribambelle », « Clifton », « Ric Hochet »… Un scénariste multigenre parmi les meilleurs de sa génération. (1)Né en 1979 à Barcelone, élève de l’école Joso, Jordi Lafebre rencontre Zidrou qui réside en Espagne et lui confie quelques histoires courtes, avant de se lancer avec lui dans des ouvrages plus ambitieux : « Lydie » en 2010, « La Mondaine » en 2014, enfin « Les Beaux Étés » à partir de 2015. On lui doit aussi le one shot « Malgré tout » publié par Dargaud en 2020. (2)

Henri FILIPPINI

(1) Voir parmi les chroniques récentes de BDzoom.com : Des extinctions grosses comme des baleines !, Confinée depuis neuf ans dans un hôpital, Zita (dite Boule à zéro) continue d’affirmer sa soif de vivre…, Un « Bob et Bobette » décapant par Krings et Zidrou…, Zidrou flirte avec le fantastique dans « Les Mentors »…, « Les Nouvelles Enquêtes de Ric Hochet T3 : Comment réussir un assassinat » par Simon Van Liemt et Zidrou, « L’Obsolescence programmée de nos sentiments » par Aimée de Jongh et Zidrou, « La Petite Souriante » par Benoît Springer et Zidrou, « Emma G. Wildford » par Édith et Zidrou

(2) Voir sur BDzoom.com : « Malgré tout » : une histoire d’amour à rebours signé Jordi Lafebre !, « Les Beaux étés »… à Noël !, « Les Beaux Étés T3 : Mam’zelle Estérel » par Jordi Lafebre et Zidrou, « Les Beaux Étés T2 : La Calanque » par Jordi Lafebre et Zidrou, « Les Beaux Étés T1 : Cap au Sud ! » par Jordi Lafebre et Zidrou, Lydie« Les Beaux Étés T6 : Les Genêts » par Jordi Lafebre et Zidrou

Éditions Dargaud (14,50 €) — EAN : 978 2 5050 8935 3

           

Galerie

Les commentaires sont fermés.