Entre la peste, le choléra et le coronavirus, le choix peut être vite fait !

L’homme est victime de pandémies depuis la nuit des temps. Si la Covid-19 touche durement nos sociétés depuis un an avec un bilan planétaire de plus de 1 150 000 décès à ce jour, certaines maladies ont été davantage meurtrières. Ainsi, les épidémies de peste ont provoqué des dizaines de millions de morts et marqué en profondeur l’humanité. Une petite bande dessinée didactique, drôle et bien faite, nous en apprend beaucoup sur le sujet. De 7 à 77 ans suivons le cours illustré d’Ariane et Nino sur le sujet.

Ariane et Nino sont une fratrie agréable et de bonne composition. Quand le jeune garçon s’interroge sur quelque chose, sa grande sœur l’éclaire sur le sujet de manière claire et attrayante.

Ainsi lorsque Nino essaye de l’effrayer avec une araignée, son ainée lui explique calmement que de toutes petites bêtes peuvent provoquer de graves maladies et qu’on parle alors de danger biologique. L’un des plus importants de ces dangers biologiques provient d’un organisme microscopique transmis aux humains par des puces qui se déplaçaient sur des rats.

Trois formes de pestes ont ainsi par vagues successives provoqué la mort de dizaines de millions de personnes : la peste bubonique, la peste septicémique et la peste pulmonaire.

La Peste, histoire d'une pandémie page 3

Ariane illustre vite son propos en contextualisant les vagues épidémiques qui ont frappé l’humanité depuis l’antiquité, de la peste de Périclès en 429 avant J.-C. jusqu’à celle qui touche Marseille en 1720 en passant bien sûr par la terrible pandémie de 1348–1352 qui frappe toute l’Europe. Entre un tiers et la moitié de la population du continent disparait alors. Après le XIVesiècle, la peste devient endémique. Elle existe en permanence, fait des poussées jusqu’à la découverte en 1894 du bacille de la peste par Alexandre Yersin, un disciple de Pasteur. Au XXIe siècle, il y a encore quelques cas mais pas de pandémie, seulement 50 000 malades signalés depuis 1990.

Pestis veut dire fléau en latin : une grande catastrophe.

Comme à leur habitude pour les titres de cette collection, Fabrice Erre et Sylvain Savoia ont bien travaillé.  Après 34 pages de bandes dessinées qui répondent à la problématique posée, un court dossier en fin d’ouvrage permet d’en apprendre davantage sur un sujet abordé de façon on ne peut plus rigoureuse.

Les jeunes lecteurs – de la fin du primaire à la fin du collège et même davantage pour les plus curieux – sont pris en considération ; ils peuvent se frotter hardiment à la complexité du monde. De quoi s’interroger sur la pandémie actuelle en la comparant à celles du passé.

1347, les débuts de la grande peste.

Nous vous avions déjà entretenu des qualités des titres de la collection Le Fil de l’histoire raconté par Ariane & Nino dans deux articles.

Dans celui-ci, Henri Filippini caractérisait ainsi la collection : « Contrairement aux ouvrages des éditions du Lombard, La Petite Bédéthèque des savoirs où les collaborateurs sont nombreux, deux auteurs seulement signent ces albums : Fabrice Erre (docteur en Histoire et professeur d’histoire-géographie, scénariste et dessinateur bien connu dans les pages de Fluide Glacial, dessinateur pour Fabcaro de « Walter Appleduck » et de « La Page 2 » dans l’hebdomadaire Spirou) écrit les textes d’une façon claire et vivante, accessible aux jeunes lecteursSylvain Savoia, dessinateur de « Nomad » et « Al’Togo », puis de « Marzi » avec sa compagne Marzena Sowa, illustre cette encyclopédie d’un trait lisible et précis. »

Dans cet article plus récent nous rappelions que : « Certaines séries dépassent l’adage mille fois rabattu qui rappelle qu’il est plus facile d’apprendre en s’amusant. Au-delà de ce lieu commun, quand des albums BD offre le fond – de solides connaissances, précises et concises – sous une forme agréable, amusée et amusante, force est de reconnaitre la réussite d’un projet éditorial ambitieux.  C’est le cas de Le Fil de l’histoire raconté par Ariane et Nino, une colection qui offre aux plus jeunes, et pas seulement, l’occasion de mieux comprendre certains épisodes de notre passé. ».

Le sentiment de vivre la fin du monde !

Enfin dans un entretien sur le site Cases d’histoire, Fabrice Erre confiait sa méthode documentaire : « Je multiplie les sources autant que possible : des ouvrages pour les enfants, car je dois m’adapter à un certain niveau de langage auquel je ne suis pas tellement habitué, mais aussi des livres de chercheurs, des sites d’information, tout ce qui peut me permettre de faire la sélection la plus pertinente d’informations, et de croiser les regards. Il y a une recherche d’anecdotes bien sûr, pour de temps en temps fixer l’attention, mais j’essaie, comme en classe, d’en faire simplement un moyen d’aller vers un fond plus solide. »

La peste devient endémique.

En ces temps de confinement et de couvre-feu nous ne pouvons que vous conseiller la lecture de ce très instructif petit album. Le dessin clair et inventif de Sylvain Savoia dynamise un récit toujours alerte, au service d’une vulgarisation scientifique fort bien documentée et présentée avec ce qu’il faut d’humour pour intéresser des plus petits aux plus grands.

Les grandes pandémies de l'histoire.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Le Fil de l’histoire raconté par Ariane et Nino T18 : La Peste, histoire d’une pandémie » par Sylvain Savoia et Fabrice Erre

Éditions Dupuis (5,90 €) – ISBN : 978-2-3903-4073-7

Galerie

Une réponse à Entre la peste, le choléra et le coronavirus, le choix peut être vite fait !

  1. EC Comics fan dit :

    Super , car très intéressant pour ma petite dernière de 9 ans á qui je vais acheté ce  » livre-bd  »
    merci …