Claude Laverdure : disparition d’un modeste…

Le dessinateur Claude Laverdure est décédé hier matin (le 17/08/2020), à la suite d’une longue maladie. Il faisait partie de ces auteurs qui ont œuvré à l’ombre des grands, avec discrétion et efficacité. Pour tous ceux qui l’ont connu, il restera un confrère agréable sur lequel on pouvait compter.

Claude Laverdure posant pour le quotidien L'Avenir à côté de la caricature d'Édouard Aidans à la Galerie Aarnor, à Spy, lors du vernissage de son exposition, le vendredi 31 janvier 2020.

Né à Buta au Congo (alors encore belge, et aujourd’hui Zaïre) le 19 avril 1947, Claude Laverdure reste dix ans en Afrique. Sa famille s’installera en Belgique dans la région de Namur qu’il ne quittera plus.

Il étudie le métier de graphiste à l’IATA : Institut des arts et techniques artisanales. Après avoir effectué son service militaire, il entre en 1967 aux éditions Wesmael-Charlier de Namur où, jusqu’en 1973, il cumule les fonctions de dessinateur, photograveur, metteur en pages, graphiste et même cartographe.

Pendant un temps dessinateur dans une société de supermarchés, il devient dessinateur indépendant en 1974, tout en continuant à collaborer avec Wesmael-Charlier. Il assiste Mazel sur le western animalier « Chacal Bill » que le dessinateur des « Mousquetaires » réalise pour Pif gadget.

Une planche originale de « Chacal Bill » où Claude Laverdure assistait Mazel.

Une planche originale de « Tony Stark » où Claude Laverdure assistait Édouard Aidans.

Aux côtés de Marc Hardy, Magda et d’autres, il entre en 1979 au studio d’Édouard Aidans où il travaille surtout sur les premiers « Tony Stark » (dont la plupart des scénarios ont été écrits par Jean Van Hamme).

Il réalise décors, encrages et couleurs de cette série d’aventure destinée au magazine allemand Zack (en France dans Super As) : voir Le Grand Magazine de bande dessinée européenne : à l’origine était Zack !, Le Grand Magazine de bande dessinée européenne : et Super As arriva !, et Le Grand Magazine de bande dessinée européenne : l’agonie de Super As !.

C’est là qu’il rencontre Chris Lamquet qui l’aide à dessiner, en 1981, l’ouvrage « 150 ans d’avatars de la province de Namur » écrit par Alain Streng.

À cette occasion, il crée le personnage de Grognon le Nuton  : mascotte du Namurois pendant plusieurs décennies. Cet album sera réédité en 1997, chez Hélyode (sous le titre « Les Avatars de la province de Namur : 1830-1996 »), avec 24 nouvelles pages.

« 150 ans d’avatars de la province de Namur ».

En 1986, il publie chez Bédescope, toujours avec Alain Streng, « La Mémoire albinos » : le premier épisode d’une trilogie intitulée « Le Syndrome des sorciers ».

« Le Syndrome des sorciers T1 : La Mémoire albinos ».

Le second épisode, pourtant réalisé, ne sort pas à cause de la faillite de leur éditeur.

Les pages seront publiées en noir et blanc dans le fanzine L’Inédit, ainsi que d’autres travaux, comme « Les Aventures du baron Prosit » créé en 1982 et destiné à l’origine à Spirou.

Puis, il illustre des romans pour la jeunesse écrits par Christian Piscaglia.

Le duo publie, en 1987, le premier épisode des « Chroniques de l’impossible » chez Dargaud, suivi de deux autres volumes en 1988 et 1990.

Un quatrième album, à l’état de projet, ne sortira pas lui non plus.

Extrait du tome 3 des « Chroniques de l’impossible ».

En 1990, il démarre chez Claude Lefrancq une adaptation par Luc Dellisse du « Fantomas » de Souvestre et Allain. Deux autres albums sont publiés en 1991 et 1995.

« Fantomas » d'après Souvestre et Allain.

Entre temps, avec le même scénariste, il adapte « Voyage au centre de la Terre » de Jules Verne, publié en deux volumes en 1993 et 1997. Le projet d’un « Michel Strogoff » ne voit pas le jour, à la suite de la fermeture des éditions Lefrancq.

« Voyage au centre de la Terre » T2.

En 2002, pour la collection Biggles racontedes éditions du Lombard, il réalise un « Saint-Exupéry ». Le projet d’un second ouvrage consacré à « Charles Lindberg » (scénario de Francis Bergèse) est abandonné.

« Saint-Exupéry ».

Secoué par le décès de son fils, déçu par ses diverses expériences éditoriales, Claude Laverdure revient à son métier d’origine, sans pour autant quitter complètement le monde de la BD : en 2006, il publie, aux éditions Miklo, une remise en couleurs de « Voyage au centre de la Terre » (couverture de René Follet) et, en 2013, il met en couleur « Les Indes noires » pour les éditions Sphinx des glaces.

Il s’occupait aussi de la scénographie du musée de la Fraise de Wépion.

Une exposition consacrée à ses travaux a été proposée à la galerie Aarnor à Spy, au début de cette année.

Le dernier ouvrage mis en pages par ses soins, « Signe du zodiaque » du peintre Marcel Lucas, sortira en cette fin d’année.

Sans avoir eu la chance de flirter avec le succès, Claude Laverdure a réalisé son rêve : devenir auteur de bande dessinée.

Joyeux compagnon auprès de ses confrères, père de famille attentionné, il mérite sa place au sein de la grande famille BD. C’est vers sa propre famille que vont nos pensées.

 Henri FILIPPINI

Relecture, corrections, rajouts et mise en pages : Gilles RATIER

La photo de Claude Laverdure en Une de l’article est de Nicolas Anspach, merci à lui.

Détail de l’affiche de l’exposition à Spy.

Galerie

3 réponses à Claude Laverdure : disparition d’un modeste…

  1. Wurm Philippe dit :

    Merci pour ce panorama très complet (comme toujours) du travail de Claude Laverdure. Je découvre un certain nombre de travaux que je ne connaissais pas et je me rends davantage compte de la quantité et de la qualité de ses réalisations. J’ai eu le plaisir de le rencontrer à plusieurs reprises pendant notre passage aux éditions Lefrancq et il était un charmant camarade, malgré l’ épreuve qu’il avait dû surmonter, restant toujours positif et de très bonne compagnie. Mes pensées vont à sa famille.

  2. philippe Larbier dit :

    Au fond, ce que j’aimais, j’aime et j’aimerai dans la BD, ce sont ces « petites mains » qui ont su me faire rêver quand j’étais jeune lecteur. Merci de leur rendre hommage, Henri.

  3. Christian Denayer dit :

    J’ai l’excellent souvenir d’un homme chaleureux et classe. Il m’a aidé de manière ponctuelle sur le Tome 4 de Gord « la neige rouge » il y a dessiné deux ou trois avions Dakota. Un modèle qu’il affectionnait. Et m’a aidé également à terminer deux ou trois planches de Wayne Shelton T8 ( fin d’album). Je l,ai Appelé à l’aide les deux fois et il a répondu avec efficacitè et enthousiasme.
    Je l’aimais bien, tout simplement.de tout cœur,je suis avec lui
    Chr, denayer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>