« Boule de feu » : une parodie d’heroic-fantasy loufoque et kitschissime …

Dans un univers parallèle au notre, une boule de feu magique protège un sympathique et paisible village, or elle s’affaiblit dangereusement. Pour sauver la communauté de dangereux barbares, le mage Pueblo envoie Fernando dans le monde des hommes à la recherche du sage Patrix, lui seul peut les sauver d’une apocalypse imminente. La mission n’est-elle pas trop compliquée pour le naïf Fernando ?

Niché dans une clairière, un village abrite une pacifique communauté d’animaux anthropomorphes. Une barrière immatérielle les protège des agressifs Maruflans, un peuple barbare qui ne pense qu’à tuer et piller. La menace d’invasion est bien réelle depuis que la boule de feu qui génère la barrière s’affaiblit inéluctablement. Le sage Patrix est le seul être capable de la réinitialiser or, les Maruflans ont réussi à l’exiler dans le monde des hommes. Le mage Pueblo convoque donc Fernando pour lui confier une mission de la dernière chance ; passer par un portail inter-monde vers cet univers parallèle pour y débusquer le sage Patrix et revenir avec lui pour lutter contre les Maruflans.

Fernando et le mage Pueblo

La maison du chef

L’invocation de la grenouille aux grandes jambes qu’est Pueblo permet l’apparition d’un pigeon constructeur qui bâtit en quelques minutes une porte transdimentionnelle. Fernando la franchit avec pour unique consigne de reconnaître Patrix à l’aura qui se dégage de lui.

Le candide petit chien en salopette arrive ainsi, seul, au milieu d’un rond-point urbain orné d’une gigantesque saucisse plantée sur une pomme-de-terre. Il est bien désemparé avant d’apercevoir un quinquagénaire chauve en jogging qui sort avec son petit chien d’un magasin sur-éclairé de luminaires. Pas de doute ; c’est le sage Patrix ! Il repart vers les Vertes vallées avec Didier, malgré les dénégations véhémentes du célibataire sédentaire.

Le passage inter-monde

Le chef se fait refaire le museau !

Fernando, Didier et son chien forment un trio improbable qui doit surmonter moult épreuves avant d’atteindre leur village assiégé par les Maruflans.

Après avoir survécu à la condamnation à l’écartèlement de la reine des chevoules, affronté une famille d’araignées géantes et traversé les marécages de brume, les trois compères se doivent de ranimer la boule de feu, mais Didier est-il vraiment le sage Patrix, seul apte à cette mission, devenu amnésique ?

Occuper un rond-point !

Vous aurez reconnu dans l’odyssée de Fernando et Didier, les étapes de tout bon récit d’héroic-fantasy. Les deux auteurs s’amusent avec les poncifs d’un genre très codé dans une géniale parodie loufoque et jubilatoire.

Laissons Anouk Ricard nous expliquer comment ils ont travaillé ensemble avec Étienne Chaize :

« On a élaboré une trame à partir du titre qu’a trouvé Etienne et du personnage moustachu à l’origine de l’idée de l’album. J’ai improvisé le récit, les personnages, le découpage et les dialogues. On a dû revenir parfois sur de petites choses parce que la trame manquait de précision ou de cohérence.  Au-départ, je pensais qu’on ferait un album pour les adultes, et au fur et à mesure de l’écriture, je me suis rendue compte que ça devenait un album tout public, peut-être aussi parce que je me suis retenue sur les blagues trop potaches. »

Boule de feu page 24

Les images infographiées d’Étienne Chaize, aux mille détails amusants et aux couleurs saturées, résonnent de manière surprenante avec les personnages au dessin simplifié d’Anouk Ricard. Ce travail à quatre mains, en toute amitié, a permis aux deux univers de s’enrichir l’un l’autre. Ils sont ainsi les heureux parents d’un bel et grand album, superbement publié par les éditions 2024, dont l’humour iconoclaste ne laisse personne indifférent, des jeunes du niveau collège à leurs parents.

La reine des chevoules assiste à l’écartèlement de Fernando

Post-scriptum : Nous aimons depuis longtemps dans cette chronique le travail d’Anouk Ricard, cet article sur « Anna et Froga » en fait foi.

Boule de feu page 51

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Boule de feu » par Étienne Chaize et Anouk Ricard

Éditions 2024 (24,50 €) – ISBN : 978-2-901000-05-1

le marécage du chougnoufle

Galerie

Les commentaires sont fermés.