Bye bye Mister Steve Ditko, and thank you for all the amazing things…

Un géant des comic books est parti, au talent tutoyant celui de Jack Kirby. Steve Ditko était un scénariste hors pair, un maître du storytelling, du dessin et du design, bref, un auteur complet, avec une idéologie forte marquant son œuvre. Il avait 90 ans. Son importance est restée injustement occultée dans l’histoire des Marvel Comics et des comic books en général…

Steve Ditko, naît en 1927 à Johnstown (Pennsylvanie). Il grandit en lisant « Prince Valiant » d’Hal Foster, « Batman »de Bob Kane et « The Spirit » de Will Eisner. Durant son service militaire en Allemagne, il élabore ses premières BD pour une revue militaire. De retour à la vie civile en 1950, il s’inscrit à la School of Visual Arts de New York où Jerry Robinson (l’un des premiers artistes de « Batman ») enseigne.

Black Terror de Jerry Robinson dans Exciting Comics n°66 (Nedor), encré par Ditko ?

Ses premières BD réalisées en 1953 (western, romance, horreur) lui ouvrent les portes du Studio de Simon et Kirby. Ditko devient l’assistant de Marvin Stein. D’abord encreur (« Captain 3-D »), on lui confie rapidement des histoires dans Black Magic (Prize Publications). Mais en 1954, atteint de tuberculose, il cesse un temps ses activités…

Captain 3-D

En 1956, il réalise en free-lance pour Atlas (l’ancêtre de Marvel) des récits de science-fiction et d’horreur (notamment dans Strange Tales), jusqu’à ce que l’éditeur perde son distributeur et manque de disparaître.

Journey into Mystery n°33

En 1958, il crée un studio avec l’artiste Eric Stanton, s’aidant mutuellement jusqu’en 1968, dessinant notamment les aventures érotique de « Sweeter Gwendoline »…

Chez Charlton, Ditko et le scénariste Joe Gill créent « Captain Atom » dans Space Adventures.

En 1961, Ditko revient chez Atlas, entre-temps devenu Marvel. Il retrouve Kirby et l’encre à plusieurs reprises (histoires de guerre, de monstres…), ajoutant au dynamisme du King son propre sens du design et l’élégance de sa plume et de son pinceau.

Battle 70

Avec le directeur de publications Stan Lee, il reprend Amazing Adventures à Kirby, réalisant des petites histoires dans la lignée de la « Quatrième Dimension ». Dans le numéro 15 de la revue devenue Amazing Fantasy, avec Stan Lee, il modifie complètement Spiderman, un personnage de Jack Kirby ressemblant un peu trop à The Fly (le super-héros concurrent de MLJ), pour créer la série « Spider-Man » et s’incarner totalement dans son alter ego Peter Parker.

Amazing Adult Adventures

Travaillant selon la Marvel Method, suite à des discussions brèves avec Stan Lee, Ditko écrit et dessine seul les épisodes, par la suite dialogués par Lee… Le succès est immédiat et « Spider-Man » obtient rapidement sa propre revue, The Amazing Spider-Man, qui rivalise avec les ventes de la revue-phare de l’éditeur, Fantastic Four.

Spider-Man

En parallèle, il travaille toujours pour Charlton chez lequel il adapte les films de monstres anglais « Gorgo » et « Konga »

Mais, chez Marvel, c’est avec le personnage de Doctor Strange dans Strange Tales en 1963 que Ditko donne la pleine mesure de son immense talent, lançant le Sorcier Suprême dans des aventures fantastiques, voire psychédéliques… Il donne également à l’armure d’Iron Man ses couleurs définitives (Tales of Suspense n°48).

Toujours pour Marvel, il amène un look immédiatement reconnaissable aux revues grâce aux cartouches avec les personnages en haut à gauche des titres, facilitant la reconnaissance des revues sur les présentoirs.
Il reprend à Kirby la série « Hulk » dans Tales to Astonish et crée en 1964 le personnage du Leader, premier adversaire récurrent du géant vert.N’obtenant pas d’intéressements de l’éditeur suite à la vente des droits de « Spider-Man » à la société de dessins animés Grantray-Lawrence, Ditko quitte abruptement Marvel en 1966.
Il retourne chez Charlton sur Captain Atom, Blue Beetle et The Question et participe aux séries Tower (« Thunder Agents », « Dynamo »).

Il dessine également d’extraordinaires histoires en lavis pour les magazines noir et blanc de Warren (Creepy, Eerie).

À partir de 1967, il rejoint Wallace Wood sur Witzend, démarrant « Mister A », une série teintée d’objectivisme, la philosophie individualiste d’Ayn Rand qu’il a adoptée suite à la lecture de Atlas Shrugged (« La Grève »).

En 1968, chez DC Comics, il crée les personnages de The Creeper et Hawk and Dove (dans la revue Showcase), mais se brouille avec ses collaborateurs et quitte la société en 1969.

Avec Wally Wood, il collabore aux deux numéros de Heroes, Inc. Presents Cannon, un comic book destiné aux militaires américains stationnés à l’étranger.
Il reste chez Charlton Comics jusqu’en 1975, créant « Liberty Belle » et « Killjoy ». Puis, il participe à l’aventure éphémère d’Atlas Seaboard de Martin et Chip Goodman, imaginant « The Destructor » (avec Archie Goodwin) et
« Tiger Man » (avec Wally Wood).

Il retourne ensuite chez DC Comics et signe « Shade The Changing Man », « Stalker » (avec Wood) et reprend « The Creeper » (en back-up de World’s Finest Comics). Il travaille ensuite sur Legion of Super-Heroes de 1980 à 1981.

En 1979, il revient en free-lance chez Marvel, y conclut le « Machine Man » de Kirby et reprend « Micronauts ».

En 1982, il retrouve Kirby chez Pacific Comics, sur des back-ups de « Captain Victory » et « Silver Star ». De 1984 à 1988, il travaille à nouveau pour Marvel, dessinant « ROM » et inventant « Speedball ».

En 1993-1994, il dessine la série « Jack Kirby’s Secret City Saga » chez Topps et travaille épisodiquement chez Eclipse jusqu’en 1998, année où il annonce sa retraite.


Depuis, il poursuit une carrière indépendante pour l’éditeur Rob Snyder avec des revues aux petits tirages (« Mr. A », « Ditko Presents », « Ditko Package »…), mettant en images sa philosophie objectiviste…

Il est retrouvé mort chez lui par la police le 29 juin dernier, victime d’un malaise cardiaque.
Steve Ditko était inscrit depuis 1990 au Jack Kirby Hall of Fame et, depuis 1994, au Eisner Award Hall of Fame.

Jean DEPELLEY, avec l’« Amazing » complicité de Franck GUIGUE

De nombreux articles et dossiers concernant Steve Ditko ont déjà été publié sur BDzoom.com. Nous vous invitons à les redécouvrir :

http://bdzoom.com/123935/actualites/hommage-anniversaire-a-mister-steve-ditko-avec-deux-titres-rares-en-francais%e2%80%a6/

http://bdzoom.com/50263/comic-books/a-l%e2%80%99occasion-des-50-ans-du-personnage-l%e2%80%99origine-de-spider-man-1ere-partie/

http://bdzoom.com/50451/comic-books/les-debuts-de-spider-man-a-marvel-2e-partie/

http://bdzoom.com/50620/patrimoine/a-l%e2%80%99occasion-des-50-ans-de-spider-man-%e2%80%93-3eme-partie-steve-ditko-vs-jack-kirby-sur-spider-man/

http://bdzoom.com/50768/comic-books/a-l%e2%80%99occasion-des-50-ans-de-spider-man-%e2%80%93-4eme-partie-steve-ditko-et-jack-kirby-sur-spider-man/

http://bdzoom.com/106310/comic-books/%c2%ab-docteur-strange-l%e2%80%99integrale-1963-1966-%c2%bb-par-steve-ditko-et-stan-lee/

http://bdzoom.com/55214/comic-books/%C2%AB-creepy-%C2%BB-t1-et-%C2%AB-eerie-%C2%BB-t1-par-archie-goodwin-co/

http://bdzoom.com/66487/comic-books/%C2%AB-the-silver-age-of-dc-comics-1956-1970-%C2%BB-par-paul-levitz/


Galerie

4 réponses à Bye bye Mister Steve Ditko, and thank you for all the amazing things…

  1. Michel Dartay dit :

    Bravo pour ce bel article, bien dense (il fallait quand même résumer plus de soixante ans de carrière, avec de multiples allez-retour entre les différents éditeurs.

  2. Crissant Clavier dit :

    Ditko avait chez lui pour plusieurs centaines de milliers-de millions?- de dollars de planches originales emblématiques pour l’histoire de la BD, empilées négligemment dans un coin.Certaines lui servaient même de support en tant que planches à découper.
    Sa philosophie de vie faisait qu’il refusait de les vendre ou autre.Surtout celles avec Spider-Man parce qu’il ne voulait pas quel’on résume sa carrière à ce personnage.

    Qu’est-ce que ces planches vont devenir? Attention au pillage.

    • Crissant Clavier dit :

      Encouragé par l’editor Ralph Macchio,Steve Ditko devait revenir sur Spider-Man dans les années 90,pour reprendre l’histoire -scénario et dessin-là où il l’avait laissée à son départ de la série en raison de désaccords avec Stan Lee.
      Ditko était enthousiaste,à sa manière,à l’idée de ce retour finalement avorté,où il comptait se pencher avant tout sur la vie de Peter Parker,Spider-Man au civil.

  3. Henri Khanan dit :

    Je crois bien qu’il n’avait plus que trois épisodes de Spider-Man. Attention aux nombreux vautours de la BD……L’idéal serait qu’un musée récupère ces planches.