Spécial éditions Bliss

Pour cette dixième chronique, qui conclue mon premier mois de reprise de la rubrique « Comic Books », alors que vient de paraître le quatrième tome de la série « Bloodshot Reborn », profitons-en pour nous arrêter à nouveau sur l’activité éditoriale débordante de cette jeune structure d’édition, avec deux albums et un comics spécial.

« Bloodshot Reborn T4 : Bloodshot Island » par Mico Guayan, Jeff Lemire & Co

 Jeff Lemire est un stakhanoviste du scénario et « Bloodshot Reborn » est le titre qu’il écrit pour l’univers Valiant. Une série noire captivante, magnifiquement dessinée, en majorité sur ce tome, par Mico Suayan, que l’on avait déjà pu apprécier sur le tome 2, et dont les deux planches ci-dessous sont les oeuvres. Après « L’Homme analogique », tome 3 de transition, on retrouve notre anti-héros : Raymond Garnison,  perdu dans une forêt, sur une île au milieu du Pacifique. Rapidement, celui-ci se rend compte qu’il est pourchassé par une machine intelligente, à l’apparence humaine féminine. Cette machine semble invulnérable. Mais il n’est pas seul face au danger. Avec trois autres compagnons d’infortune, d’autres résultats antérieurs du projet Rising Spirit (1) il devra combattre, jour après jour. Tous trois se relevant après la mort, en ayant été « ressuscités » par les forces qui se jouent d’eux dans l’ombre, tel un jeu sadique, jusqu’à enfin trouver, peut-être, une issue à ce calvaire.

Cela ne vous rappelle rien ? Mis à part que dans ce récit, ces quatre hommes (et un chien blanc aux yeux rouges) vont lutter intelligemment ensemble pour en réchapper, et pas l’inverse, on trouve un peu le pitch du célèbre film « Hunger games », ou « Battle Royal », c’est selon.

Le quatrième chapitre est dessiné par Tomas Giorello, dont le style n’est pas sans rappeler Dough Braithwaite : un dessinateur qu’on apprécie tout particulièrement ici, pour son encrage très particulier, donnant l’impression d’un dessin au pastel de couleur.


Ce tome se conclut par un annual, avec 4 mini récits un peu loufoques, censés présenter des « dossiers déclassifiés, de certaines des opérations de Bloodshot avant “Reborn”. Opérations passées, présentes et futures ». (Notes de l’éditeur)

Toutes ne sont pas égales, et l’on préférera « Le Tueur de Silver Lake », hommage à Jason (le tueur du célèbre film d’horreur « Halloween »), dessiné par Kano, et « Jacob », magnifiquement peint par Ray Fawkes, aussi au scénario, dont le style peint japonisant exquis remémore celui de David Mack. « Secret Convergence War of Infinite Squirts » avec un style cartoony de Joe Bennett, Belardino Bravo et Jay Gabares est davantage basé sur l’humour, quant au « Cloud Infernal » écrit par Michel Fiffe et dessiné par Benjamin Marra dans un style grotesque un peu à la Rand Holmes, il est un peu too much à mon goût pour ce personnage. En même temps, le principe des annuals, c’est aussi ça : porter des regards décalés sur les séries. Une galerie de couvertures et de dessins en noir et blanc constitue le bonus de fin.


Un tome encore réussi pour cette série vraiment pêchue et haletante, dont on attend la suite directe, puisque nos personnages sont laissés en plan à la dernière page.

 « Book of Death T1 : Le Livre des géomanciens » par Dough Braithwaite, David Baron, Brian Refer, Robert Venditti et Robert Gill

« Book of Death », paru en avril, est un one-shot atypique par son propos, qui relie les différentes séries de l’univers Valiant.

L’introduction nous plonge directement à la suite des événements contés dans « The Valiant », précédemment chroniqué par ici : (http://leblogd-hectorvadair.blogspot.fr/2016/09/bliss-et-valiant-une-belle-histoire-un.html).

On retrouve la jeune géomancienne Tama aux côtés du guerrier éternel Gilad. Ceux-ci fuient, pourchassés par Unity, l’équipe des collègues super-héros de Gilad, persuadée que ce dernier protège une enfant responsable de meurtres et cataclysme aux États-Unis. En fait, le livre des géomanciens, détenu par Tama, est relié à un autre garçon, géomancien lui-même, qui a été kidnappé par une entité malfaisante, le contrôlant et cherchant à perdre Tama et la race humaine.

La particularité de ce recueil réside dans le fait qu’il découpe son propos en deux grandes parties mixées : 4 comics intitulés « Book of Death », scénarisés par Robert Venditi (« XO Manowar ») et dessinés par Robert Gil pour le présent et Dough Braithwaite pour les passages lus par Tama, et 4 autres, intitulés « The Fall of : Bloodshot, Ninjak, Harbinger, Xo Manowar », mettent en scène la mort de ces héros, si le livre des géomanciens avait été trouvé par l’entité malfaisante.

Celui de « Bloodshot Reborn » est scénarisé par Jeff Lemire et dessiné par Dough Brathwaite, celui de « Ninjak » par Matt Kindt et Trevor Hairsine. Concernant celui consacré à la série « Harbinger », scénarisé par Joshua Dysart et dessiné par Kana, il est le plus difficile à appréhender. Il nous emporte en effet dans un récit de science-fiction compliqué, réexpliquant la particularité du psiotique Peter Stanchek, personnage aux pouvoirs quasi divins, et le restituant au milieu de forces stellaires. Parsemé d’images galactiques et d’effets psychédéliques hauts en couleurs, ce n’est pas le passage le plus digeste.

« La Fin de Xo Manowar », scénarisé par Robert Venditti et dessiné par Clayton Henry, permet de retrouver les Vines : cette race extraterrestre qui avait kidnappé le Visigoth Alric de Dacia en faisant ce qu’il est aujourd’hui. Cet épisode introduit une fin et une lignée intéressante pour cette série, enfin… un futur éventuel, si… (les fameux genres de récits « What If… » américains, auxquels les univers DC ou Marvel nous ont habitués au fil du temps)

Le dernier chapitre « Book of Death » conclut magnifiquement le recueil, avec poésie, avant les bonus habituels : couvertures variant, dessins, études… etc.

Un superbe album, à la couverture magnifique et une explosion de talents à l’intérieur. Une marque de fabrique, je dirais, pour l’univers Valiant.

 « Unity : dans la toile du docteur Silk » (Free Comic Book Day France spécial) par Cafu et Matt Kindt

 Enfin, signalons l’édition du comics limité « Unity : dans la toile du docteur Silk » édité à l’occasion du Free Comic Book Day France. Bliss n’a pas lésiné pour sa deuxième participation à ce samedi de fête auprès des amateurs de comics, en proposant ce fascicule de 74 pages inédit, offert gracieusement dans les boutiques spécialisées ayant participé à l’opération. (2)

Ce récit prend place juste après les événements contés dans l’intégrale « Xo Manowar ». On retrouve l’agent Limewire à Taiwan, enquêtant sur un mystérieux crash au cœur de la jungle.

L’équipe Unity qu’elle constitue avec Alric, Ninjak, et Gilda (avant ces événements) devra combattre les expériences incroyables menées depuis des décennies par le docteur Silk, l’un des responsables de l’opération Rising Spirit. Ce dernier ayant développé, dès les années trente, un prototype de guerrier ultime, puis les nanites, il n’hésite pas à tuer ses propres collègues et à procéder à la réincarnation d’une partie de leur cerveau dans des corps différents. Il en a d’ailleurs fait de même avec lui, conservant son propre corps à l’abri de toute intrusion. Son délire ultime l’a conduit à mettre au point un virus implacable, qu’il tente de lancer sur le monde entier. L’équipe Unity n’aura de cesse de contrecarrer ses plans.

Un épisode très intéressant, facilement compréhensible, bien dessiné, qui ajoute à l’univers Valiant.

Bliss comics a tiré le bon cheval en misant sur la relance des éditions Valiant, et il est compliqué de trouver un mauvais titre parmi son catalogue, lequel grossit chaque semaine. À suivre donc… avec intérêt.

 Franck GUIGUE

(1) Rappelons que le projet Rising Spirit, lié à cette série, consiste à fabriquer des machines de guerre humaines. Raymond Garnison est un soldat à qui l’on a implanté au coeur du système sanguin des nanites, sortes de mini robots en forme d’insectes, qui le rendent quasi-invulnérable. Mais dans de précédents épisodes, une amie avait réussi à lui retirer ce pouvoir. Depuis, il cherche la rédemption pour tous ses crimes commis. Et les nanites sont revenues depuis…

(2) Pagination riche et non anodine, surtout sur un récit inédit. En 2016, les éditions Bliss avaient publié un comics de présentation de l’univers Valiant, de 64 pages.

« Bloodshot Reborn T4 : Bloodshot Island » par Mico Guayan, Jeff Lemire & Co

Éditions Bliss comics (19,95 €) — ISBN : 978-2-37578-021-7

« Book of Death T1 : Le Livre des géomanciens » par Dough Braithwaite, David Baron, Brian Refer, Robert Venditti et Robert Gill

Éditions Bliss comics (24,50 €) — ISBN : 978-2-37578-061-9

« Unity : dans la toile du docteur Silk » (FCBD France spécial) par Cafu et Matt Kindt

Éditions Bliss comics (inédit offert par votre libraire) – ISBN : 978-2-37578-097-8

Galerie

Les commentaires sont fermés.