Pascal Garray a rejoint son maître…

Mardi matin 17 janvier 2017, un autre dessinateur des « Schtroumpfs », Pascal Garray, s’en est allé rejoindre Peyo…

Photo de Pascal Garray © Charles Robin - Le Lombard.

Né à Liège le 12 décembre 1965, Pascal Garray suit les cours de l’Institut Saint-Luc de cette ville.

Après avoir dessiné les voitures d’une aventure de « Broussaille » de son ami Franck Pé, il rejoint en 1990 le studio Peyo où, pendant deux années, il apprend à dessiner les petits lutins bleus sous le regard de leur créateur.

Deux ans plus tard, Peyo lui propose de reprendre « Benoît Brisefer », dont la publication a été interrompue à la suite du succès planétaire des Schtroumpfs : 28 ans plus tôt !

Le premier album, « Hold-up sur pellicule », écrit par Dugomier et Thierry Culliford (fils de Peyo) sort en 1993. Il sera suivi par « L’Île de la désunion » (dont il est le coscénariste) en 1995, « La Route du Sud » en 1997, « Le Secret d’Églantine » en 1999, « Chocolats et coups fourrés » en 2002 et « John-John » en 2004 (scénario de Frédéric Jannin et Thierry Culliford).

« John-John » en 2004.

S’en suit une nouvelle hibernation, pour le petit garçon qui perd ses pouvoirs lorsqu’il s’enrhume, laquelle permet à Pascal Garray de travailler sur « Les Schtroumpfs », d’autant plus qu’Alain Maury, le dessinateur en titre de la série, vient de quitter brutalement le studio Peyo.

Après avoir signé « On ne schtroumpfe pas le progrès », en 2002 (avec Philippe Delzenne et Thierry Culliford au scénario et le concours de Ludo Borecki au dessin), il anime seul « Les Schtroumpfs et le livre qui dit tout », en 2008.

Suivront « Schtroumpfs les bains » en 2009, « La Grande Schtroumpfette » en 2010, « Les Schtroumpfs et l’arbre d’or » en 2011, « Les Schtroumpfs de l’ordre » en 2012 et « Les Schtroumpfs à Pilulit » en 2013.

Il revient ensuite à « Benoît Brisefer » avec la publication en 2015 de la quatorzième aventure : « Le Gorille blanc » (scénario Luc Parthoens et Thierry Culliford). Hélas, l’échec du film lancé la même année met un terme aux aventures de Benoît. Revenu aux « Schtroumpfs », il venait de terminer, peu avant son décès, l’album n° 35 à paraître en septembre prochain : « Les Schtroumpfs et les haricots mauves ».

« La Grande Schtroumpfette » en 2010.

Recherches de Pascal Garray pour « Benoît Brisefer ».

C’est Jeroen De Coninck qui poursuivra les aventures des « Schtroumpfs ». Bien entendu, Pascal Garray a régulièrement mis son talent au service de diverses activités du studio : publicité, animation, récits complets…

Pascal Garray, qui avait un faible pour « Benoît Brisefer », avait réussi à poursuivre l’œuvre de Peyo de son trait plein de fraîcheur, sans pour autant se contenter de la copier. On peut savourer son travail en relisant ses histoires dans les albums publiés par les éditions du Lombard.

Henri FILIPPINI 

Galerie

10 réponses à Pascal Garray a rejoint son maître…

  1. PATYDOC dit :

    Meurt-on jeune quand on est dessinateur de BD ? Quelle série impressionnante vit- on ces dernières années! Comme les dessinateurs restent accrochés à leur table à dessin ( avec un boulet au pied, comme le dessine Hergé), ils ne devraient pas hésiter à faire du sport, voyager, rencontrer des amis et aller aux festivals .. Sinon, c est le cholestérol, les maladies cardio-vasculaires, la crise cardiaque etc… ( A moins que les éditeurs ne les traumatisent jusqu’à leur fin tragique)? C’est tout de même étonnant , quand on sait que les grands ancêtres artistes peintres, eux, vivaient longtemps ( malgré l’inhalation continuelle des pigments toxiques) …

    • Mamyboc dit :

      Je sens poindre une légère nausée en lisant ce commentaire si opportun et plein de tact… Puisque vous semblez nanti de solides notions de médecine, sauriez-vous m’indiquer comment m’en départir ? Pour de bon si possible, afin de ne plus jamais me fader vos com’ dignes d’un Pincemi…

    • Garray Virginie dit :

      Mon frère ne restait pas accroché à sa table à dessin comme un forçat. Il faisait du sport, allait à des festivals, ne fumait pas, ne buvait pas et ne faisait aucun excès. Alors votre commentaire plein de tact, vous pouvez vous le garder !!!!!

      • Kroustilyion dit :

        Ayant connu Pascal, je peux ajouter qu’il était très liant, et à l’écoute des bons conseils des confrères -dont je fais partie-, jeunes ou moins jeunes (donc passé 35 ans, fumeurs sédentarisés ou non…). Au revoir mon cher Pascal, tu manques. Tu étais un vrai gentil, comme on aime. Bizouilles schtroumpfantes à tes proches.

  2. Le prénom flamand de Joren De Coninck est Jeroen.

  3. julien dit :

    Le premier album de Benoit Brisefer fut-il scénarisé par Peyo en partie ?
    Sur quel album de Broussaille a-t-il travaillé ?

    • Gilles Ratier dit :

      Bonjour Julien !
      Pour « Broussaille », il s’agit de « La Nuit du chat ». Quand à « Benoît Brisefer », son premier album date de 1993 (« Hold-up sur pellicule ») et est crédité Thierry Culliford et Vincent Dugomier pour le scénario (Peyo est décédé en décembre 1992).
      Bien cordialement
      La rédaction

  4. Ping : News Review January 2017 | Comics Forum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>