« La Guilde des voleurs T2 : Messes basses à Arken » par MC et Manuro

La série télévisée « Kaamelott » nous a rappelé qu’on pouvait s’amuser de la vision décalée d’un univers médiéval fantaisiste. Si l’on ajoute, à ce côté burlesque, quelques trolls et elfes, ainsi qu’une intrigue policière moyenâgeuse fort bien dessinée, on retrouve tous les ingrédients qui font de « La Guilde des voleurs » une sympathique bande dessinée jeunesse, à découvrir.

Vitali Da Panicale

Il y a un an, paraissait le premier volume de l’univers de « La Guilde des voleurs ». Dans « Armures de cuir et vieilles capuches », on découvrait la ville d’Arken-la-Haute où sévit Randall, dit le Hibou : un aigrefin talentueux qui entend dépouiller les riches de leurs trésors, avec l’aide de sa joyeuse bande dont tous les membres respectent un code d’honneur bien établi. Dans ce nouveau volume, que l’on peut lire indépendamment du premier, tout commence par une nuit sans lune : trois voleurs aux sacs emplis de leurs larcins croisent près d’une auberge la route de Vitali Da Danicale, joueur professionnel malchanceux, bretteur de renom et espion de qualité… selon le panégyrique qu’il s’est lui-même écrit !

                                                                       La Guilde des Voleurs page 3

Il intègre la guilde des voleurs, alors que celle-ci traverse un moment délicat. Les tunnels, dans lesquels elle a établi son nouveau quartier général, sont bloqués par des occupants aux activités trop secrètes pour être honnêtes. Ces intrus semblent avoir partie liée avec les servants d’une nouvelle religion autorisée par le duc d’Obarrion. Religion étrange et inconnue autour d’un dieu unique. Dans le même temps, des vols de miracles ont lieu sur tout le pourtour de la Cour des Dieux ; l’hydromel a perdu sa vertu sacrée, impossible de communier avec le dieu de l’ivresse, les beignets ont un goût infâme, les prières à Djäbeth, dieu vénéré du sucre ne fonctionne plus !

                                                                         La Guilde des Voleurs page 4

Commence alors un jeu de dupes entre plusieurs groupes de cette cité d’heroic-fantasy : la police des rues de la très jolie capitaine Ovidie Tallender, les sicaires de la rusée Zélatrice Telkhyn, grande prêtresse d’un dieu unique, adepte de la formule tout-en-un et la guilde des voleurs renforcée par un troll de plus de deux mètres trente, accepté dans la bande à la suite d’un vote pour l’intégration des minorités au sein du groupe.

Les 48 pages de ce sympathique thriller au fantastique médiéval sont menées tambour battant. Le récit fonctionne bien, alimenté par de nombreux coups de théâtre, des dialogues parodiques amusants, entre absurde assumé et second degré, et une enquête policière vite troussée. Le graphisme réaliste, aux couleurs et à l’éclairage soignés, de MC participe grandement à la qualité de ce one-shot. Pour les lecteurs attentifs, le dessinateur a parsemé ses planches de nombreux détails croustillants, drôles ou finement référencés.

                                                                      Hocus & Pocus page 1A

Signalons, dans un genre totalement différent, par le même scénariste et chez le même éditeur, la sortie d’un nouveau volume de la collection La BD dont vous êtes le héros. Nous avons déjà signalé, dans cet article, tout le bien que nous pensons des albums de cette collection originale. Ce sont des livres-jeu composés de bandes dessinées interactives sur des thèmes variés. Après les chevaliers, les pirates, ou les zombies, c’est la thématique du conte qui est ici explorée.

                                                             Hocus & Pocus page 1B

« Hocus & Pocus » commence par une courte bande dessinée qui présente la base de l’intrigue. Deux élèves d’une école de magie qui possèdent le don précieux de se lier d’amitié avec des animaux extraordinaires : les Fabulins, doivent retrouver deux enfants, Jeannot et Margot, perdus au fin fond du bois de Grimm.

Ils croiseront une maison en pain d’épices, une jeune fille habillée de rouge, sept enfants perdus dans les bois… La réussite de cette mission dépendra du choix du lecteur, car le héros, c’est lui, qui adopte d’entrée son Fabulin et son personnage, Hocus ou Pocus. Et c’est parti pour une belle aventure interactive avec feuille de route et étoiles en cas de bonne action ou de réflexion maline !

Les auteurs ont ainsi caché des indices et des énigmes, dans le dessin des cases, que le lecteur découvre suivant les décisions qu’il prend. Le scénario de Manuro est malin : il permet au jeune lecteur de s’immerger dans un univers de conte et d’incarner un ou une détective intrépide muni d’un animal magique.

En fin d’album, une fois la quête terminée, il est temps de savoir qui de Hocus ou de Pocus a gagné. Pour cela, rendez-vous à l’épilogue. En cas de défaite, le jeune lecteur peut recommencer l’aventure avec un autre Fabulin ou avec le héros qu’il n’a pas encore incarné.

                                       Rouge et la sorcière d’(automne page 4

Terminons cette chronique par un coup de cœur pour un album destiné aux tout jeunes lecteurs. Après « Petite Princesse punk », c’est déjà la deuxième aventure de Rouge dans « Rouge et la sorcière d’automne ». Cette espiègle princesse aux cheveux pourpres découvre dans un vieux parc, caché par un passage secret, un puits qui mène dans le royaume des Obscurs.

Il faudra qu’elle se méfie, les apparences sont trompeuses dans ce pays souterrain. Telle cette petite fille accueillante, qui est en fait une mesquine sorcière prisonnière ici-bas, tel ce monstre effrayant, comme le kraken, qui la sortira de bien mauvais pas.

Le récit, très inventif, se nourrit du détournement de contes et légendes. Il est régulièrement pimenté par de petits jeux

Rouge au passage secret

amusants qui amènent un peu d’interactivité dans le cheminement de Rouge et de ses amis.

Avec son trait caustique, nerveux et coloré, Jehan Troïanowski s’amuse, ainsi, à rendre attachants les méchants attitrés de nos peurs enfantines, tout en mettant en avant des valeurs comme la solidarité, le courage ou l’altruisme.

Pour des lecteurs un peu plus grands que ceux de « Rouge », nous nous intéresserons, la semaine prochaine, à un collège noir et un œil qui voit tout !

Laurent LESSOUS (l@bd)

« La Guilde des voleurs T2 : Messes basses à Arken » par MC et Manuro

Éditions Makaka (14,00 €) – ISBN : 978-2-917371-80-0

« Hocus & Pocus T1 : L’Épreuve des Fabulins » par Gorobei et Manuro

Éditions Makaka (19,00 €) – ISBN : 978-2-917371-72-5

« Rouge T2 : Rouge et la sorcière d’automne » par Johan Troïanowski

Éditions Makaka (17,00 €) – ISBN : 978-2-917371-78-1


Galerie

Les commentaires sont fermés.