« Bugaled Breizh : 37 secondes » par Erwan Le Saëc et Pascal Bresson

L’histoire tragique du Bugaled Breizh est connue, mais les causes du drame pas officiellement reconnues. Qu’un chalutier disparaisse en 37 secondes noyant 5 pêcheurs a suscité des interrogations, des doutes, des hypothèses, des pistes et des fausses pistes, mais surtout une absence de conclusions officielles… Et c’est ce que raconte fort bien cet album qui, après nombre d’ouvrages et reportages, tente, en bande dessinée, de faire le point sur ce drame.

Pendant l’hiver 2004, le Bugaled Breizh fait naufrage. Tout marin connaît le risque, mais il est rare que par temps calme un navire en bon état puisse sombrer, et si vite, empêchant les marins d’enfiler les gilets de sauvetage. Juste un SOS du capitaine hurlant « On chavire ! », capté par un autre chalutier, puis plus rien. Sur place, des radeaux de survie flottent, mais personne à bord ! Comment expliquer la rapidité de l’événement sans imaginer une collision, un abordage accidentel ?

Pascal Bresson invente un journaliste local, marginal et marginalisé par sa rédaction : le genre qui n’a rien à perdre et qui peut se permettre de fourrer son nez là où ça ne sent pas bon. Les hommes disparus, il les connaît et il ne peut pas accepter l’idée d’une simple histoire de naufrage. Ce n’est ni plausible ni acceptable, alors Arthus Bossenec enquête.

De fait, par le biais de ce personnage de fiction haut en couleur, Bresson réussit à construire un récit passionnant, haletant. On en oublierait qu’il s’agit d’une histoire vraie tant les dialogues sont naturels et la progression narrative impeccablement montée. Reprenant chronologiquement les faits, le journaliste compare les témoignages et met en évidence les éléments troublants et les versions officielles successives pas vraiment convaincantes. L’idée du sous-marin est présente, insistante, et l’album commence d’ailleurs par cette version que la Marine nationale n’a manifestement pas envie, ni intérêt, à laisser se développer, préférant, et de loin, laisser à penser qu’un navire-voyou a éperonné le Bugaled Breizh, plutôt que de laisser apparaître que des manœuvres de l’OTAN pourraient être au cœur du mystère.

Non seulement le récit est convaincant, mais le travail d’Erwan Le Saëc, en noir et blanc et grisés, est d’une belle efficacité. Le Saëc a, en plus, le sens du portrait. Ses personnages, notamment son héros, barbu, buveur et bougon, sont parfaitement réussis. Rappelons que les auteurs se connaissent bien puisqu’ils ont adapté ensemble « Entre terre et mer » (ou « Le Grand Banc »), série de six épisodes de 90 minutes, créée et réalisée par Hervé Baslé (diffusée à partir de décembre 1997 sur France 2) et racontant au printemps 1920 l’arrivée d’un homme sur la côte bretonne près de Saint-Malo… (plus de détails sur la chronique correspondante).

Didier QUELLA-GUYOT  ([L@BD-> http://9990045v.esidoc.fr/] et sur Facebook).

http://bdzoom.com/author/didierqg/

« Bugaled Breizh – 37 secondes » par Erwan Le Saec et Pascal Bresson

Éditions Locus Solus (20 €) – ISBN : 978-2-36833-137-8

Galerie

Les commentaires sont fermés.