« La Craie des étoiles » T1 par Raphaël Drommelschlager

C’est bien connu, les voyages forment la jeunesse : de quoi se confronter à de nouveaux paysages, des personnes de cultures différentes et des animaux de tous les continents. Le jeune Max a de la chance, à l’aide d’une craie magique, il peut se déplacer d’un point du globe à l’autre sur les traces d’un mystérieux aïeul.

Max est un garçon sage, vraiment très sage, il adore par exemple passer ses grandes vacances dans la petite ferme de Mashka, son arrière-grand-mère.

Et là, sa pièce favorite c’est la bibliothèque familiale où il retrouve son Everest : une montagne de livres entassés sur des étagères jusqu’au plafond.

Cette année, c’est décidé, il monte jusqu’au sommet ! Et tout en haut des rangées d’ouvrages savants, il fait tomber un cahier personnel : le « Journal de bord de Théophile Loiseau, aventurier ».

La Craie des Etoiles page 4

Le petit blond se plonge dans le carnet de voyage d’un globe-trotter de 1850 qui explore les mystères des terres les plus reculées de la planète et qui, surprise, se révèle être l’arrière-grand-père de Mashka. Celle-ci lui indique qu’il reste des affaires de son aïeul dans une malle au grenier. Max trouve au fond de ce coffre couvert de poussières les objets laissés par Théophile : une vieille montre et une craie blanche. Il est déçu de ses trouvailles, mais dans le carnet trouvé précédemment il lit : « La craie ouvre la porte… et l’aventure s’arrête quand la montre sonne. » Étonné et dubitatif, Max trace une porte sur un mur du grenier ; elle s’illumine, il y passe un bras, puis le reste du corps, et se retrouve en Chine !

Commence alors un périple inattendu. À Guilin, dans la région chinoise de Zhuang, il sympathise avec la troublante Kim-Nuan en route pour la fête des lanternes de Beijing. En chemin, ils croisent des animaux doués de parole : un tigre végétarien amateur de concombres et un sage panda guérisseur. Avant leur séparation, Kim-Nuan confie à son nouvel ami une petite statuette d’un cavalier de la dynastie Tang. Stupeur de Max : il reconnaît ce même cavalier dans le carnet de voyage de Théophile. Théophile qu’il croit apercevoir déguisé en paysan dans une rizière, juste avant de passer par une nouvelle porte dessinée à la craie magique.

Max enchaîne alors un tour du monde aux étapes pleines de surprises. Au Nord du Canada, dans la région du Nunavik, Svend l’initie au traîneau tiré par des huskies, puis Max est sauvé de la noyade par un ours blanc. Au fond d’un igloo, on lui offre un couteau à la lame en ardoise : celui qu’il a vu dessiné dans le carnet de son ascendant ! Le mystère s’épaissit encore en Inde, puis dans les montagnes du Pérou où des singes, un condor, et un puma le dirigent sur les traces du grand secret de Théophile : peut-être un trésor… Les lecteurs en apprendront davantage sur Max et l’énigmatique Théophile dans le tome 2 de cette série d’aventures écologiques.

La Craie des Etoiles page 13

Raphaël Drommelschlager a construit, avec « La Craie des étoiles », une agréable série pour de jeunes lecteurs dès 10 ans. Il s’est inspiré de Maxence, son fils, pour son personnage central à la fois rêveur, curieux et décidé. Ses voyages tout autour de la planète sont l’occasion de découvrir des paysages remarquables et des animaux qui se déplacent dans leur territoire. Qu’ils soient singe chouette ou tortue, ces animaux parlent et délivrent moult informations sur leurs habitudes de vie.

Cette partie didactique de la bande dessinée, toujours précise et bien amenée, provient du partenariat entre le ZooParc de Beauval et l’éditeur. Un cahier de 8 pages, « Max au ZooParc de Beauval », complète utilement la bande dessinée en apportant des informations complémentaires sur les animaux croisés par Max lors de ses pérégrinations et en décrivant les différents rôles d’un zoo.

Avec son trait élégant, proche de la ligne claire, et sa mise en scène dynamique, Raphaël Drommelschlager insuffle poésie et rigueur dans cette bande dessinée à la fois sensible et pédagogique. De quoi attiser la curiosité, des plus jeunes lecteurs aux adultes sensibilisés aux thématiques environnementales.

Terminons cette chronique en signalant la sortie du septième volume d’une série qui nous suivons depuis ses débuts, la preuve ici et . Dans « Les Petits Mythos », Christophe Cazenove et Philippe Larbier revisitent l’enfance des héros de la mythologie grecque dans des gags en une planche ou des histoires courtes de quelques pages. Un humour malicieux et une bonne connaissance des mythes et légendes de la Grèce de l’Antiquité agrémentent cette bande dessinée au dessin souple, très lisible, que nous conseillons aux plus jeunes pour s’instruire en s’amusant.

Le septième volume de la série s’attarde sur les aventures du jeune Hercule. Le petit Héraclès n’arrive pas à réaliser un seul des douze travaux qui lui sont assignés. Il ferait n’importe quoi pour y parvenir. Heureusement ses amis : Atlas, le bouillant Minotaure dit Totor, la jolie Aphrodite, l’ostracisé Midas, la solitaire Méduse, le rusé Ulysse ou la déjà magicienne Circé, sont toujours présents à ses côtés pour l’aider ou pour travestir la vérité et raconter comment le bouillant Hercule a affronté ces épreuves impossibles. Un utile et didactique cahier de 8 pages, en fin d’album, apporte de nombreux détails et anecdotes sur la vie du demi-dieu et s’attarde sur chacun de ses douze travaux.

Les petits Mythos T7 Hercule

La semaine prochaine, nous vous parlerons d’une autre bande dessinée aussi pédagogique et amusante que « La Craie des étoiles » et « Les Petits Mythos ». Les premiers signes de la puberté de la jeune Lila, sujet délicat s’il en est, est traité avec délicatesse et humour par Séverine de la Croix et Pauline Roland.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« La Craie des étoiles » T1 par Raphaël Drommelschlager

Éditions Bamboo (10,90 €) – ISBN : 978-2-81893-475-3

« Les Petits Mythos T7 : Les Raclées d’Héraclès » par Philippe Larbier et Christophe Cazenove

Éditions Bamboo (10,60 €) – ISBN : 978-2-81894-017-4

Galerie

Les commentaires sont fermés.