« La Famille fantastique T1 : Le Prince Dévil » par Paul Drouin et Lylian et « Huck Finn » par Olivia Vieweg, d’après Mark Twain

Une famille on ne peut plus normale bascule soudainement dans un monde parallèle. Ses quatre membres devront se surpasser pour pouvoir quitter sains et saufs les guerres intestines de Fantastica. De l’action, des aventures surprenantes et des remises en question pour une famille qui se découvre vraiment fantastique dans un diptyque fort bien construit.

Adolescente ordinaire, Sarah est heureuse de la fin des cours en ce début d’été ensoleillé. Elle flirte gentiment avec Kévin avant de partir rejoindre son père en Russie, quand patatras, ses vacances de rêves s’effondrent. Devant son établissement scolaire déboulent, dans une voiture surchargée, le reste de sa famille recomposée : sa mère, Charles son beau-père et son jeune demi-frère. Ils embarquent une Sarah désappointée par une nouvelle promesse non tenue de son père. Au lieu des steppes russes, ses vacances auront lieu dans la poussière d’une maison secondaire que l’on retape au fond d’un bois !

La Famille fantastique page 8

Après quelques heures dans les embouteillages autoroutiers, le break familial s’engouffre dans un chemin forestier pour rejoindre la vieille bâtisse, sans WiFi — l’horreur absolue pour Sarah — qui doit les accueillir. Charles freine brusquement pour ne pas écraser un jeune garçon qui a l’air effrayé. On le serait à moins, un gigantesque et sombre Minotaure armé d’une masse d’arme surgit des frondaisons à sa poursuite. En assommant le monstre à l’aide de sa voiture, Charles délivre le jeune garçon d’un grave danger. Toute la famille accueille avec bienveillance, dans une résidence en travaux, ce garçon mystérieux, au langage incompréhensible, coiffé d’une couronne et habillé comme au moyen-âge.

Mais le lendemain, ils sont assiégés par d’autres créatures d’apparences monstrueuses aux ordres d’une jeune femme masquée. C’est en se défendant que toute la petite famille est projetée dans un monde inconnu aux paysages surprenants. Fantastica est en proie à des guerres intestines entre d’étranges tribus composées parfois d’animaux anthropomorphes. Sarah, Danielle, Charles et Léo vivent alors les plus dangereuses vacances de leur vie en participant à de dangereux combats et en étant impliqués dans les sombres complots du royaume d’Akbar. Finalement, toute la famille Chanois décide de retrouver : « les petites et grandes musiques de la vie moderne », comme le dit poétiquement Charles.

La Famille fantastique page 10

Le jour de la rentrée, Sarah subit les reproches d’un Kévin déçu de n’avoir pas eu de ses nouvelles de l’été. Elle s’apprête à se venger sur un père qui l’a abandonnée deux mois plus tôt quand celui-ci lui demande au téléphone si ses vacances à Fantastica ont été bonnes ! Quel lien entretient-il avec ce monde parallèle ? Vous le serez dès l’automne prochain, date de parution du tome deux de « La Famille fantastique ».

La Famille fantastique cases page 23

Beaucoup de rythme, aucun temps mort dans ce très bon premier volume d’une nouvelle série de la collection Tcho ! L’aventure, les albums d’action à destination de la jeunesse, ici pour les plus de 10 ans, des éditions Glénat. De l’aventure donc avec les pérégrinations dans des mondes parallèles d’une famille moderne, recomposée et aimante, des parents à la fille adolescente et au petit dernier débrouillard. C’est vif, inventif — beaucoup de fausses pistes sont proposées à la sagacité des jeunes lecteurs — étonnant, intelligent car non manichéen.

Cette bande dessinée réserve moult surprises jusqu’à la dernière case de la soixantième et dernière planche de l’album. Des surprises apportées tant par le scénario ambitieux et bien construit de Lylian que par les inventions visuelles de Paul Drouin, notamment pour les décors d’héroic-fantasy et de convaincantes créatures fantastiques, mises en images avec talent par Lorien.

La Famille fantastique bas de la page 37

Pour des lecteurs un petit peu plus âgés, nous conseillons l’adaptation contemporaine des « Aventures de Huckleberry Finn » par Olivia Vieweg : une jeune et prometteuse auteure allemande. Ce chef-d’œuvre de la littérature états-unienne est transposé dans la partie est de l’Allemagne d’aujourd’hui : la rivière Saale remplaçant le Mississippi.

Huck Finn page 7

« Huck Finn » est un roman graphique moderne et frais. Dans un style lâché, en bichromie simple, l’auteure s’est approprié le récit d’initiation adolescent de Mark Twain qu’elle situe au cœur d’une Allemagne méconnue : celle des laissés pour compte de la croissance économique qui sont parfois, mais pas toujours, des migrants clandestins. Un bel hymne à la liberté, à une découverte de l’autre sans arrière-pensée.

Huck Finn page 36

Loin d’Halle-sur-Saale et des mondes parallèles de Fantastica, la semaine prochaine nous suivrons les enquêtes d’un jeune garçon (Archibald) sur les traces de zombies et de loups-garous.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« La Famille fantastique T1 : Le Prince Dévil » par Paul Drouin et Lylian

Éditions Glénat (14,95 €) – ISBN : 978-2-344-00961-1

« Huck Finn » par Olivia Vieweg d’après MarkTwain

Éditions Glénat (19,50 €) – ISBN : 978-2-344-01407-3

Galerie

Les commentaires sont fermés.