« Un maillot pour l’Algérie » par Javi Rey, Bertrand Galic et Kris

Sport universel par excellence, le football est utilisé depuis son origine pour la communication des propriétaires des grands clubs, comme support de publicité voire pour la propagande de régimes totalitaires. C’est pour susciter l’intérêt des médias et souder tout un peuple derrière lui que le FLN crée la première sélection algérienne, et ce en pleine guerre d’indépendance. Dès 1958, une dizaine de joueurs professionnels quittent la France métropolitaine pour défendre sportivement, tout autour du monde, les couleurs d’un pays qui n’existe pas encore. Globe-trotter infatigable pendant quatre ans, ces membres du « Onze de l’indépendance » seront à jamais les « fellaghas du ballon rond ».

Le 8 mai 1945, on fête à Paris la fin des combats de la Seconde Guerre mondiale en Europe, l’Allemagne nazie vient de se rendre sans condition. Dans les départements français d’Algérie, la joie est partout présente. Les pieds noirs pensent qu’une fois la paix revenue, ils reprendront la même vie que dans les années 1930, tandis que beaucoup de musulmans veulent entamer un dialogue pour obtenir l’indépendance. À Sétif, une manifestation dégénère, des Français sont tués, la répression de l’armée est féroce. Cet événement marque à jamais un garçon de neuf ans, très doué balle au pied, le petit Rachid Mekhloufi.

Un maillot pour l’Algérie page 10

Treize ans plus tard, en avril 1958, Mekhloufi est une vedette du club de Saint-Etienne. À 22 ans, il est champion de France avec le club du Forez, champion du monde militaire avec l’équipe de France et déjà sélectionné quatre fois dans la « grande » équipe de France. Le Sétifien est sur les tablettes du sélectionneur Albert Batteux pour participer à la prochaine coupe du monde en Suède. Pourtant, dans la nuit du 13 au 14 avril, il quitte la vie protégée de joueur de football professionnel et abandonne une carrière internationale brillante, pour rejoindre clandestinement l’Italie puis la Tunisie. Avec une dizaine de camarades issus de prestigieux clubs français – Mustapha Zitouni de l’AS Monaco, Abdelhamid Kermali de l’Olympique Lyonnais, Mokhtar Arribi du RC Lens ou Amar Rouaï du SCO d’Angers –, ils forment la première sélection d’un pays qui n’existe pas encore : l’Algérie.

Un maillot pour l’Algérie page 11
Zitouni et Rouaï

La guerre entre le Front de libération nationale (FLN) et les troupes françaises commence en novembre 1954. 1958 est une année charnière dans ce conflit où le contingent est engagé depuis deux ans, en mai, c’est une situation insurrectionnelle à Alger qui provoque le retour au pouvoir de De Gaulle et la fin de la IVe République. C’est dans ce contexte troublé que la sélection du FLN joue et gagne ses premiers matchs contre le Maroc et la Tunisie.

Pendant quatre ans, jusqu’à l’indépendance du pays, les footballeurs du FLN jouent 83 matchs, pour 57 victoires et 14 nuls, lors de tournées sur trois continents. Chaque match est utile pour la propagande du mouvement indépendantiste qui subit de lourdes pertes en Afrique du Nord. La sélection du capitaine Zitouni affronte souvent des équipes du bloc communiste, pays qui soutiennent le FLN, comme la Pologne, la Bulgarie, le Viêt Nam ou la Chine. Elle voyage, dans des conditions parfois hasardeuses, dans les pays arabes tels la Jordanie ou l’Irak.

Un maillot pour l’Algérie haut de la page 24

En 1962, une fois l’Algérie indépendante, Rachid Mekhloufi souhaite poursuivre sa carrière en France et notamment au club de Saint-Étienne qui l’a fort bien accueilli. Après un court passage au Servette de Genève, il retrouve le « chaudron » de Geoffroy-Guichard, et son bouillant public qui accueille à bras ouverts un excellent footballeur et un homme d’honneur.

En guise d’avant-propos, les auteurs ont tenu à préciser que leur œuvre inspirée de la véritable aventure de la première sélection de footballeurs algériens demeure un récit de fiction et qu’ils espèrent : « (…) Qu’à défaut d’une impossible exactitude, avoir rendu justice, et sa justesse, à cette aventure humaine, sportive et politique, hors du commun. »

Un maillot pour l’Algérie bas de la page 24

C’est donc à l’issue de recherches historiques et de nombreuses rencontres que les scénaristes Bertrand Galic et Kris ont construit ce récit qui mêle adroitement des destinées profondément humaines à la grande histoire, celle de la fin de la Seconde Guerre mondiale, de la décolonisation et de la guerre froide.

Un maillot pour l’Algérie haut de la page 16

Passionnés de football depuis l’enfance — les photographies illustrant leurs biographies en fin d’ouvrage en font foi —, les deux Bretons savent rendre le côté populaire et festif de ce sport universel, ainsi que l’engouement médiatique des matchs internationaux ou du Championnat de France. Déjà remarqué pour son dessin du diptyque « Adelante ! », scénarisé par Frank Giroud, le catalan Javi Rey apporte son trait réaliste et fluide à cette bande dessinée, historiquement juste et profondément émouvante.

Les exploits de Mekhloufi à Geoffroy-Guichard

L’ouvrage se termine par un dossier richement illustré du journaliste Gilles Rof sur le contexte et les grands moments de ce morceau d’histoire franco-algérien. Dans une passionnante interview, Rachid Mekhloufi, qui vit aujourd’hui entre La Marsa en Tunisie, Alger et Paris, affirme que l’équipe du FLN l’a profondément transformé, que sa maturité politique a influencé sa maturité de sportif. Ambassadeur à vie de l’ASSE, l’octogénaire continue de promouvoir l’idée d’un football source de solidarité et de paix dans le monde. « Un maillot pour l’Algérie » poursuit le même dessein, un travail de mémoire qui vise à apaiser les relations entre la France et l’Algérie.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Un maillot pour l’Algérie » par Javi Rey, Bertrand Galic et Kris

Éditions Dupuis (24 €) – ISBN : 978-2-8001-6341-3

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>