« Les Pipelettes T2 : … On se calme ! » par Anne Guillard

Être amie à l’adolescence, c’est passer de moments de grande complicité à des disputes virulentes, sur des petits riens du quotidien. Entre souvenirs des premières années du collège et observation fine des préadolescentes d’aujourd’hui, Anne Guillard réussit à dresser le portrait amusé d’un groupe de collégiennes plus portées sur le bavardage que sur le travail en classe. Des exceptions, sans aucun doute !

Couverture Pipelettes T1

Anne Guillard ne s’en cache pas, elle puise dans ses souvenirs pour écrire et dessiner les aventures des Pipelettes. Cette série de planches-gags, prépubliées dans le magazine Julie, dépeint la vie de quatre amies, quatre jeunes collégiennes ordinaires et très différentes les unes des autres. Marie-Hélène est une lectrice compulsive, notamment de poésies, la rousse Agnès est d’une susceptibilité à fleur de peau, quant aux deux Anne, la blonde semble bien superficielle (c’est une fan hystérique de chanteurs pour midinettes), alors que la brune se désole d’avoir des lunettes et d’être particulièrement nulle en sport collectif.

Les copines

Leur petit groupe reste soudé face aux difficultés de la vie au collège et à la découverte de l’adolescence. En classe, elles s’arrangent pour pouvoir discuter tranquillement dans l’angle mort de la vision des profs. Elles poursuivent leurs conversations à bâtons rompus sur des sujets divers et variés — les garçons, la mode, les garçons, les premiers maquillages, la Saint-Valentin, les vacances, le passage de la brassière au soutien-gorge, les soldes de rentrée ou les garçons – dans la cour de récréation ou à la maison.

Anne Guillard, utilise parfois les codes du manga – yeux exagérément ronds, goutte de tension, déformation physique du personnage « super deformed » —, pour renforcer le dynamisme et l’efficacité d’un trait coloré, déjà vif et expressif.

Les saynètes sont d’une grande justesse, les situations décrites sentent souvent le vécu. Si l’ouvrage s’adresse en priorité aux jeunes lectrices de 10 à 14 ans, un humour omniprésent et la tendresse de l’auteure pour tous ses personnages permettent aux plus grandes ou aux plus vieux de passer un bon moment avec ces pipelettes vives et sympathiques.

Ce début d’année 2016 est particulièrement riche en nouveautés pour le catalogue des éditions BD Kids. Nous nous attarderons ici simplement sur trois titres. Tout d’abord le neuvième volume des mésaventures du cancre sympathique qu’est Anatole Latuile. Cet écolier déluré, hyperactif, fait beaucoup de bêtises notamment à l’école, mais aussi en colonie de vacances ou au supermarché. Nous avons déjà signalé sur notre site, dans cet article, tout le bien que nous pensons des albums du « serial gaffeur ».

                                                       Anatole Latuile page 85

Destinés eux aussi aux élèves du primaire, les albums de la série « Ariol » ravissent un large lectorat, dès leur publication dans le magazine J’aime lire. Le onzième volume réunit douze nouveaux épisodes des aventures du petit âne à lunettes. Dans un de ceux-ci, la petite grenouille Vanesse a du mal à accepter la mort de sa grand-mère. Preux chevalier, Ariol participe à l’organisation d’une collecte pour un cadeau en commun : un bain moussant parfumé. Drame lors de la remise du cadeau, Pétula, l’amoureuse d’Ariol, adore cette marque-là ! Un nouveau dilemme existentiel pour ce jeune élève timide et naïf, surtout avec les filles !

Emmanuel Guibert scénarise cette série enfantine tout à fait délectable aux sujets variés. Quant au dessin, très simplifié, de Marc Boutavant et à la mise en page systématique (4 cases à chaque fois), il ne gênera pas les jeunes lecteurs emballés par la richesse des microaventures du petit âne rêveur.

Pour des lecteurs un peu plus vieux, dès 10 ans, signalons la sortie du deuxième volume des « Enquêtes du docteur Énigmus ». L’an dernier, le premier volume avait déjà retenu notre attention et a été aimablement chroniqué sur BDzoom.com. En quatre pages, un détective, on ne peut plus perspicace, résout les affaires les plus compliquées : du vol d’un voilier dans un port à l’apparition d’un dragon au-dessus d’un monastère en Chine, en passant par la disparition du sceptre des Templiers. Après les trois pages de présentation des faits, des suspects et des indices, le lecteur doit trouver le coupable et le mobile, avant que l’extravagant docteur Énigmus ne fournisse les réponses. C’est amusant, malin : l’idéal pour les Sherlock Holmes en herbe.

Bonne lecture à tous, de 7 à… 107 ans !

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Les Pipelettes T 2 : … On se calme ! » par Anne Guillard 

Éditions BD Kids (8,95 €) – ISBN : 978-2-7459-5748-1

 

« Les Enquêtes du docteur Enigmus T2 : Le Sceptre des Templiers » par Matthew Broersma et Paul Martin

Éditions BD Kids (9,95 €) – ISBN : 978-2-7470-5925-1

« Anatole Latuile T 9 : Ça déménage ! » par Clément Devaux, Anne Didier et Olivier Muller

Anatole Latuile le staff

Éditions BD Kids (9,95 €) – ISBN : 978-2-7470-5554-3

« Ariol T 11 : La Fête à la grenouille » par Marc Boutavant et Emmanuel Guibert

Éditions BD Kids (11,50 €) – ISBN : 978-2-7470-5937-4

Galerie

Les commentaires sont fermés.