« Hägar Dünor, l’intégrale T1 : 1973-1974 » par Dik Browne

Excellente initiative que celle d’Urban Comics qui inaugure un nouveau label entièrement consacré aux comic strips : Urban Strips. En ouverture, le premier tome des strips d’« Hägar Dünor », intégrale prévue en trois volumes. De quoi raviver des souvenirs chez plusieurs générations de lecteurs…

À l’instar de ses débuts américains, c’est dans la presse que notre Viking rondouillard fit ses premiers pas en France (et ce dès 1973, année de création de ce strip, il faut le souligner !), plus précisément dans le journal Le Parisien (il y apparaîtra durant 18 ans, à raison de 4 000 strips publiés) et dans Le Journal de Mickey où seront proposées les planches du dimanche pendant 14 ans. « Hägar Dünor » (eh oui, mon dieu… cette improbable adaptation française de « Hägar the horrible » a toujours court chez nous !) a donc aussi trouvé son public français, adultes du Parisien et enfants du Journal de Mickey confondus, dans une bonne humeur familiale qui fleure bon la nostalgie… Même s’il eut droit à plusieurs albums et autres publications dans des revues pendant quelque temps, le fameux Viking horrible-pour-de-rire avait fini par disparaître de notre paysage éditorial, sans grande pérennité. Cette première édition française intégrale des daily strips d’« Hägar Dünor » est donc une belle occasion de renouer avec de chouettes souvenirs de lecture… et de redécouvrir tout le sel de cette œuvre sarcastique.

Hägar, entouré de sa famille haute en couleur (une femme autoritaire, un fils trop cultivé à son goût et une fille voulant devenir une valkyrie), est un barbare au grand cœur, fruste et rustre, avec comme seuls idéaux ceux de tout Viking digne de ce nom : attaquer les Anglais et ripailler plus que de raison. Notre homme (et sa bedaine généreuse nous le confirme) est un hédoniste, une force de la nature… mais s’il aboie beaucoup, il ne mord que rarement, et fait même profil bas quand Hildegarde, sa redoutable épouse, l’annihile d’une parole assassine. Et puis il y a Eddie, le compagnon de toujours, aussi idiot que fidèle à Hägar… De strip en strip, on retrouve tout ce petit monde, dans la plus grande tradition du genre, constituant un vrai petit théâtre aux mille déclinaisons. Entre mythologie et Histoire, l’univers d’« Hägar Dünor » permet parfois à l’auteur de faire écho avec notre époque contemporaine, raillant de nombreux travers humains avec un aplomb qui peut faire rire ou grincer des dents…

Le trait de Browne sur cette œuvre est à l’image de son héros : gras, truculent et simple. Certes, ce fut surtout à cause de problèmes de vue que l’artiste décida d’aller au plus évident stylistiquement et d’être extrêmement concis dans ses textes, mais cela alla de pair avec une grande efficacité graphique qui épousa merveilleusement le propos, donnant vie à l’identité visuelle de ce strip. On notera par exemple la jolie trouvaille de la ceinture d’Hägar, retenant son infâme peau d’ours, dont les rebords ne sont la plupart du temps pas dessinés, renforçant la dynamique des formes alentours, ou bien le fameux visage du héros dont la forme et les contours ne sont constitués que de la masse hirsute de sa barbe et de ses cheveux… C’est un vrai plaisir de retrouver notre Viking mal dégrossi. Rapide, efficace, percutant, Hägar Dünor est de retour, et ça va chauffer !

Hägar et Dik Browne

Cecil McKINLEY

« Hägar Dünor, l’intégrale T1 : 1973-1974 » par Dik Browne

Éditions Urban Comics (22,50€) – ISBN : 978-2-3657-7810-7

Galerie

Les commentaires sont fermés.