Quand 2016 se découvre : une sélection des plus beaux visuels !

Tout en fêtant cette fin d’année 2015 (promesse de belles lectures sous le sapin !), nombreux sont sans doute ceux qui rêvent déjà aux nouveautés de 2016, notamment mises à l’honneur pendant le prochain Festival d’Angoulême (43e édition, du 28 au 31 janvier). Chez tous les principaux éditeurs franco-belges, ces suites ou ces titres inédits commenceront dans l’idéal par se distinguer dans les étals sous de magnifiques visuels de couvertures : en voici une petite sélection, permettant de préfigurer des récits de grandes qualités. En attendant : Joyeux Noël à tous, bédéphiles ou non !

Arthus Trivium : couvertures pour les éditions Dargaud et Canal BD (2016)

Débutons ce catalogue illustré par les éditions Dargaud, qui nous proposeront dès le 29 janvier leur nouvelle série d’aventure historique – digne du « Scorpion » – dans « Arthus Trivium T1 : Les Anges de Nostradamus », scénarisé par Raule et dessiné par Juan Luis Landa. Au XVIe siècle, en France, le célèbre médecin et astrologue Nostradamus envoie ses jeunes disciples – Arthus, Angélique et Angulus – aux quatre coins du pays pour élucider des énigmes que ni la science ni religion ne peuvent résoudre. Ils seront bientôt confrontés à des cauchemars surgis du passé du fameux apothicaire, à l’aube du règne dramatique du roi Charles IX. Ombres et lumières se distinguent en couverture, tandis que les principaux protagonistes figurent sur une version alternative (celle du tirage luxe du réseau Canal BD). A leurs pieds, un parchemin en latin suggère à bon escient d’illuminer les choses cachées.

Sur les ailes du monde, Audubon, par J. Royer et F. Grolleau (Dargaud 2016)

A paraître le 05 février, toujours chez Dargaud, signalons le one-shot « Sur les ailes du monde, Audubon » (par Fabien Grolleau ; dessin de Jérémie Royer) qui narre en plus de 170 pages l’histoire vraie de Jean-Jacques Audubon (1785 – 1851), naturaliste d’origine française et premier scientifique américain entré au Panthéon national. En 1810, il s’embarque sur le Mississipi pour découvrir et peindre… tous les oiseaux du Nouveau-Monde ! Sobre et touchante, la couverture lui rend un magnifique hommage sous la forme d’une vue contemplative de cette faune naturelle ailée.

Tebori de Marcial Toledano et José Robledo (Dargaud 2016)

Enfin, c’est de nouveau un titre inédit que proposera Dargaud le 19 février avec « Tebori T1 » de José Robledo et Marcial Toledano, les auteurs de « Ken Games ». Dans l’univers japonais et mafieux des yakusas, nous suivons la formation de Yoshi, un ado turbulent placé par son père chez Seijun, grand maître tatoueur. Contre toute attente, le garçon apprend avec assiduité cet art, y compris la technique complexe du tebori. Dix ans plus tard, Seijun confie ses secrets à son élève : ses clients sont de redoutables criminels, et chaque tatouage a une signification précise, souvent en lien avec des meurtres. En couverture, le héros apparait au croisement des styles manga-comics-bd européenne, incarnation d’une puissance et d’une colère adolescente également sous influence d’un art centenaire, celui de l’estampe japonaise (voir l’évocation de la « Grande Vague de Kanagawa » par Hokusai, 1830).

Melvile T2 : L’Histoire de Saul Miller par Romain Renard (Lombard 2016)

Au Lombard est annoncée notamment – le 22 janvier – la suite de « Melvile T1 : L’Histoire de Samuel Beauclair » avec le « T2 : L’Histoire de Saul Miller », toujours réalisée par Romain Renard. Dans le premier tome, un romancier en mal d’inspiration s’installait dans la maison de son enfance, dans la ville fictive de Melvile, quelque part dans une sombre forêt d’Amérique du Nord. Une expérience graphique anxiogène pour les lecteurs de ce thriller hors-normes, attisée par la réalité augmentée de la bande-son proposée sur tablettes. Dans le tome 2 (sous une couverture lunaire digne d’une affiche de film fantastique), c’est auprès de l’universitaire et professeur d’astrophysique Saul Miller, venu passer sa retraite à Melvile, que les lecteurs s’interrogeront sur de bien inquiétants chasseurs et sur certaines légendes locales non moins rassurantes…

Chez Delcourt, densité oblige, l’on pourrait citer un grand nombre de somptueux visuels ; nous ne retiendrons ici que trois titres aux atmosphères et sensibilités très différentes. D’abord et en guise d’hommage, « L’Esprit du 11 janvier : une enquête mythologique » (par Serge Lehman et Hess, parution le 6 janvier), qui constitue un retour semi-onirique sur les petits faits étranges qui ont scandé la tragédie de Charlie Hebdo : coïncidences, thèmes qui se répondent, personnages dédoublés et signes du ciel.

Ensuite « Mousquetaire T1 : Alexandre de Bastan » (par Fred Duval et Florent Calvez ; le 20 janvier), où l’on croisera en septembre 1661 un certain d’Artagnan. Ce dernier est chargé d’étouffer une affaire d’état en dépit du candide Alexandre de Bastan, novice entré depuis peu chez les mousquetaires du Roi. La couverture donne le ton… mais n’est néanmoins pas réalisée par Calvez, dont le trait est très différent !

Enfin, voici un titre déjà évoqué dans une précédente sélection, mais repoussé jusqu’au 3 février : « Wonderball T3 : Le Shérif », suite de l’impeccable et implacable série concoctée par Fred Duval, Jean-Pierre Pécau et Colin Wilson. Dans les années 1980 en Californie, l’inspecteur Spadaccini (surnommé Wonderball) est toujours occupé à remonter la piste d’un tueur de masse. Il est lui-même traqué par un agent du Collège invisible : un shérif sans histoire qui se révèlera également être un tueur en série impitoyable.

Chez Soleil, au milieu d’une grande production heroic-fantasy/fantastique coutumière de l’éditeur (dont « Nils », qui illustre l’en-tête de cet article et sur lequel nous reviendrons plus en détail dès janvier), distinguons … le « Journal d’Anne Frank » (par Ozanam et Nadji Scelsi ; le 27 janvier), adaptation courageuse (en 144 pages) des carnets éponymes tenus par l’adolescente juive tragiquement devenue la plus célèbre de tous les temps.

Aux éditions Glénat, difficile de ne pas évoquer la superbe composition – quasi lovecraftienne – de Christophe Bec sur « Les Tourbières noires » (album prévu le 13 janvier) : Antoine, jeune photographe parcourant les tourbières de l’Aubrac, est surpris par la rapide tombée de la nuit, mais trouve par chance (sic) une vieille ferme fortifiée en guise de gîte. Bec adapte ici librement le conte « La Peur » de Guy de Maupassant, une nouvelle publiée en 1882.

Chez Dupuis, je n’ose évoquer le grand retour d’un certain animal mythique dans « Spirou et Fantasio T55 : La Colère du Marsupilami » (toujours par Vehlmann et Yoann), récit actuellement prépublié dans Spirou et qui signe donc les retrouvailles de nos héros avec cette célèbre créature franquinnienne. L’album, logiquement très attendu, paraîtra le 4 mars prochain.

Le Réveil de la Force... du Marsu !

Chez Futuropolis, après le remarqué « Tsunami », Stéphane Piatzszek et Jean-Denis Pendanx nous emmènent une nouvelle fois en Indonésie dans « Le Maître des crocodiles » (en librairie le 11 février). L’histoire débute à l’été 1984 lorsqu’un petit groupe de plongeurs écolos débarque dans le minuscule archipel des îles Banyak : ils veulent démontrer par le film qu’ils préparent comment l’homme se détruit lui-même en détruisant son environnement. Le projet tourne à la tragédie quand Isabelle, enceinte, est dévorée par un crocodile géant sous les yeux de Léo. Trente ans plus tard, son mari Léo revient sur les lieux pour assouvir sa soif de vengeance.

Achevons notre sélection chez Casterman avec « Le Club des prédateurs T1 : Le Bogeyman » par Valérie Mangin et Steven Dupré (titre prévu le 27 janvier). Petite fille riche dans l’Angleterre victorienne, Liz s’émeut peu des misères de son époque : jusqu’au jour où, après avoir rencontré un ramoneur nommé Jack qui prétend savoir où réside le Bogeyman – le Croquemitaine -, qui semble engraisser de jeunes enfants destinés à être dévorés… par les membres d’un club select de la haute société.

Le Club des prédateurs T1 : Le Bogeyman par Steven Dupré et Valérie Mangin (Casterman 2016) : couverture et planche 1

Voila définitivement de quoi aiguiser votre appétit (de lecture) pour 2016 !

Philippe TOMBLAINE

« Arthus Trivium T1 : Les Anges de Nostradamus » par Juan Luis Landa et Raule
Éditions Dargaud (13,99 €)
ISBN : 978-2505064848

« Sur les ailes du monde, Audubon » par Jérémie Royer et Fabien Grolleau
Éditions Dargaud (21,00 €)
ISBN : 978-2205073577

« Tebori T1 » de Marcial Toledano et José Robledo
Éditions Dargaud (13,99 €)
ISBN : 978-2205073713

« Melvile T2 : L’Histoire de Saul Miller » par Romain Renard
Éditions du Lombard (22,50 €)
ISBN : 978-2803635702

« L’Esprit du 11 janvier : une enquête mythologique » par Hess et Serge Lehman
Éditions Delcourt (9,95 €)
ISBN : 978-2756076317

« Mousquetaire T1 : Alexandre de Bastan » par Florent Calvez et Fred Duval
Éditions Delcourt (15,50 €)
ISBN : 978-2756071008

« Wonderball T3 : Le Shérif » par Colin Wilson, Fred Duval et Jean-Pierre Pécau
Éditions Delcourt (14,95 €)
ISBN : 978-2756065038

« Journal d’Anne Frank » par Nadji Scelsi et Ozanam d’après Anne Frank
Éditions Soleil (17,95 €)
ISBN : 978-2302048881

« Les Tourbières noires » par Christophe Bec
Éditions Glénat (14,95 €)
ISBN : 978-2723492973

« Le Maître des crocodiles » par Jean-Denis Pendanx et Stéphane Piatzszek
Éditions Futuropolis (20,00 €)
ISBN : 978-2754810838

« Le Club des prédateurs T1 : Le Bogeyman » par Steven Dupré et Valérie Mangin
Éditions Casterman (13,95 €)
ISBN : 978-2203088092

Galerie

2 réponses à Quand 2016 se découvre : une sélection des plus beaux visuels !

  1. Pancev dit :

    Où est la couverture de Tourbières Noires de Bec ?