« Alice au pays des comics », collectif

Vous le savez sûrement, cette année nous célébrons les 150 ans d’« Alice au pays des merveilles », le chef-d’œuvre de Lewis Carroll. Lors de cet anniversaire, saluons l’excellente initiative d’Urban Comics qui a récemment sorti une anthologie de diverses adaptations de cette œuvre réalisées entre les années 1940 et 1960 dans l’univers des comics, introduite par un intéressant dossier revenant sur les origines des comics tout autant que les strips et adaptations antérieures d’« Alice » . Une délicieuse plongée qui ravira tous les fans de cette merveille…

Comme le précise très justement Mark Burstein (président de la Lewis Carroll Society of North America, rien que ça !) dans son introduction, les ramifications entre « Alice au pays des merveilles » et la bande dessinée sont évidentes, et il n’est pas étonnant que cette dernière se soit régulièrement penchée sur cette œuvre emblématique. Ce chef-d’œuvre est en effet constitué et traversé par d’étroites relations entre le texte (porteur d’un imaginaire très visuel, ou dont la composition typographique elle-même est réagencée  afin de créer une forme symbolisant le fond) et l’image (Lewis Carroll avait lui-même réalisé des illustrations au sein de son manuscrit originel avant que les fameuses et immortelles illustrations de John Tenniel ne s’inscrivent dans la première édition de l’ouvrage en 1865). L’imaginaire de cette œuvre est si intense, riche et profond, qu’il engendre naturellement des passerelles, des liens avec différentes strates du langage et de l’image, de la représentation et des faux-semblants, dans des séquences narratives qui se succèdent et se complètent de manière étonnante. Et puis, même si ce n’est pas lui mais Tenniel qui réalisa cette sublime et inoubliable séquence en deux illustrations où le Chat de Cheshire disparaît à l’exception de son sourire, Lewis Carroll appartient bien à ces écrivains du XIXe siècle (à l’instar de Victor Hugo) qui s’essayèrent au dessin narratif et qui firent partie des pionniers inconscients de ce qui allait devenir la bande dessinée. Dans sa très belle et érudite introduction, Burstein nous propose une reproduction d’un dessin de Carroll où plusieurs personnages conversent à l’aide de phylactères, ainsi qu’un exemple des histoires en images que réalisa Tenniel dans le journal Punch. Écrivain, dessinateur, photographe : Lewis Carroll portait en lui tous les attraits et le potentiel d’un homme à la croisée du texte et de l’image, incarnant le talent et l’intelligence – mais aussi l’audace – d’un esprit libre et moderne, visionnaire. Illustrateur raffiné au style proche de la gravure, Tenniel évolua vers l’art séquentiel avec un naturel confondant. Les deux premiers pères visuels d’« Alice » furent donc des auteurs-artistes maniant à la fois le texte et l’image dans leurs créations, s’insérant naturellement dans les balbutiements modernes de ce 9ème art en devenir, quelque part entre Töpffer et Outcault (qui dessinera aussi Alice en 1905)…

Mark Burstein prend en compte l’incursion d’« Alice au pays des merveilles » dans les comics selon plusieurs thématiques que l’on retrouvera dans le choix proposé : adaptations « classiques » et directes de l’œuvre, parodies pures, déclinaisons dans des genres bien spécifiques, et enfin références faites à « Alice » dans bien des comics… Burstein et ses confrères dénombrent pas moins de 500 comics où apparaissent de près ou de loin les personnages et les thèmes issus du chef-d’œuvre de Carroll… Impossible donc de proposer un recueil exhaustif de ce phénomène ! Ici, nous pourrons lire une douzaine de récits ainsi que des strips et autres planches uniques venues du passé, tous choisis et présentés par Craig Yoe. La première partie de l’ouvrage nous permet d’admirer de magnifiques planches et couvertures issues du début du XXe siècle, avant-goût historique et artistique plus qu’appréciable avant d’entrer pleinement dans ladite anthologie. On pourrait regretter que le choix de ces comics ne couvre que la période 1946-1960, mais ce choix est malgré tout cohérent, territoire débutant par les premières vraies adaptations sur la longueur et finissant aux marges de l’underground ; avant cela, ça balbutia, et après cela, ça dériva sur un autre monde, avec une perte d’innocence, peut-être… Il n’en reste pas moins que les comics présents dans cette anthologie – que leur statut soit hautement historique et patrimonial ou bien ancré dans la culture populaire – constituent un merveilleux panel graphique pour tout fan de Lewis et d’Alice…

On admirera la planche de « Buddy Tucker and his bear » d’Outcault en 1905, où Alice fait une apparition : tout à fait charmant, poétique et délicieusement désuet… Mais aussi des strips de « Peanuts » où notre beagle préféré se découvre des affinités avec le personnage du Chat de Cheshire, une petite biographie en BD de Lewis Carroll datant de 1946, ou une adaptation à l’esthétique très « Funny Animals » de l’époque signée Grothkopf… Côté curiosités, nous trouverons une « Alice » déclinée dans le genre horrifique avec deux très chouettes récits sombres et étranges signés Alex Toth et Stephen Kirkel, un épisode de « Superman » où notre Kryptonien rencontre l’Alice des temps modernes (eh oui… !), une Alice versus soucoupes volantes, une parodie très rigolote de George Carlson, ou encore une « Alice » version « Archie » ! Parmi les bijoux de cet ouvrage, on notera deux sublimes récits du grand Walt Kelly : « Gloire », qui met en images la comptine d’Humpty Dumpty (séquence tirée de « De l’autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva »), et l’irrésistible « L’Écorce de l’amère joie » où Albert l’Alligator joue le « Jabberwocky » de Carroll sous le regard fatigué de son pote Pogo. Cette anthologie se clôt sur la très fameuse et très géniale parodie « Alice in Wonderland ! » parue dans Mad en 1954, signée Harvey Kurtzman et Jack Davis (extrait de la VO ci-dessous). Cet album se lit avec gourmandise et grand plaisir, très belle façon de souhaiter un excellent anniversaire à Alice, n’en déplaise au Chapelier Fou et au Lièvre de Mars…

Cecil McKINLEY

« Alice au pays des comics », collectif

Éditions Urban Comics (29,00€) – ISBN : 978-2-3657-7676-9

Galerie

Les commentaires sont fermés.