« B.P.R.D. Origines » T1 par Mike Mignola, Joshua Dysart & co

Avec les années, l’univers de la série « Hellboy » s’est considérablement déployé à travers de nombreux spin-off, dont le principal, « B.P.R.D. », a lui-même essaimé avec un certain talent. Mais le spin-off dont il est question aujourd’hui revêt un caractère quelque peu emblématique, se penchant sur les origines du fameux Bureau de Recherches et de Défense sur le Paranormal… Une réussite.

Un titre consacré aux origines du B.P.R.D., dans la galaxie « Hellboy », ce n’est pas rien ! Par conséquent, on aurait pu craindre une surenchère mainstream comme cela arrive maintenant si régulièrement dans les comics. Eh bien la première réussite de ce titre, c’est justement d’échapper à ces écueils attendus, gros comme une maison de l’enfer. Car imaginez le grand et chouette spectacle que cela aurait pu être, avec ce contexte de la fin de la seconde guerre mondiale dans une chronologie à suspense où l’on a de la bonne préquelle, avec des flash-back savamment dosés, monstres et nazis mêlés, et nos héros qui naissent au grand jour ! Ta-daaaaa ! « Aaargh ! » « Heil Hitler ! » « Groumpf ! » C’était télécommandé, et c’est ce qui arrive souvent. Eh bah là, non. Mike Mignola et Joshua Dysart, les scénaristes, on abordé ce totem de manière bien plus sinueuse, évitant le frontal et le linéaire global afin de donner une vraie âme au récit. Ceci n’est pas un « guide B.P.R.D. » ni une grande fresque historique mais bien une plongée à fragmentations qui révèle la personnalité et le parcours des êtres qui ont rendu cette aventure possible. Alors bien sûr (et c’est normal, ça fait quand même partie du spectacle, il le faut !), on rencontrera ici des professeurs, des monstres, des nazis, des vampires et autres trucs qui foutent vraiment les jetons, mais la dimension humaine reste prépondérante, donnant une vraie incarnation à ces récits.

Si la date officielle de la création du B.P.R.D. reste décembre 1944 (avec l’accueil et la protection du petit Hellboy qui vient d’être arraché des mains des nazis), celle-ci n’est pas utilisée en ouverture d’album pour glorifier nos héros mais au contraire pour dévoiler ce que faisaient les forces occultes et scientifiques des nazis à ce moment-là. Mais nous basculons très vite en 1946, à Berlin, où le Dr Howard Eaton et le Pr Trevor Bruttenholm, envoyés par le président Truman, viennent « répertorier le maximum de données sur l’intérêt obsessionnel des nazis pour l’occulte ». L’histoire est en marche ! Ces origines du B.P.R.D. sont finalement plus «begins » qu’« origins », avec ce choix scénaristique, ces premiers exploits de l’organisme révélant d’eux-mêmes certaines racines, et les mini-récits complémentaires nous offrant avec parcimonie l’accès à quelques événements d’avant-guerre, ici en 1938-39, qui nous font mieux comprendre ce qui anime le duo fondateur. Le premier volume de ce nouveau titre regroupe principalement deux récits, respectivement consacrés aux années 1946 et 1947. La figure d’Hellboy – qui à cette période-là est encore un tout jeune enfant – traverse régulièrement le récit avec justesse, n’interdisant ni l’humour ni la tendresse propres à l’enfance, mais sans trop appuyer le trait, ni trop longtemps ; pas de débordements putassiers, au contraire une belle esquisse d’âme enfantine, encore exempte des horreurs traversées par les adultes malgré ses origines diaboliques…

1946. le Dr Howard Eaton et le Pr Trevor Bruttenholm débarquent donc à Berlin. Ils vont découvrir petit à petit ce qu’Hitler avait en tête avec son projet « Vampir Sturm » (un truc vachement sympa à base de vampires mutants pouvant former une armée de soldats horrifiques au service du IIIe Reich). L’épisode est donc important pour comprendre certaines des racines les plus terrifiantes de l’occulte qui traverse l’univers d’Hellboy et du B.P.R.D., nous rappelant combien l’horreur de cette période reste un terreau intéressant pour donner corps aux idées de Mignola. Pour illustrer cette plongée dans cette enquête de terrain primordiale pour le B.P.R.D., nous trouvons les dessins bruts de Paul Azaceta dont le réalisme noir, scandé par des à-plats d’ombres sculptant les silhouettes, engendre une densité en accord avec le propos. 1947. Cette deuxième histoire enrichit notre vision du B.P.R.D. en se penchant sur la première mission menée pour lui par une brochettes d’hommes choisis par Bruttenholm. Cinq anciens militaires recrutés pour se frotter à une menace surnaturelle : le Pr Bruttenholm va apprendre bien vite que tout le monde ne peut pas faire face aux forces de l’occulte, ce qui éclaire la nature à venir du B.P.R.D. qui – sans devenir un repaire de mutants – va néanmoins avoir besoin de personnes littéralement extraordinaires afin de pouvoir l’aider à contrer le Mal. Les passages entre réalité et dimension surnaturelle vécus par les hommes de Bruttenholm sont exprimés par deux styles aussi spécifiques que complémentaires dans une même respiration : ceux des fameux jumeaux brésiliens, Gabriel Bá et Fábio Moon. La subtilité de ce processus artistique est remarquablement finalisée par une mise en couleurs réalisée par le génial Dave Stewart. Un album très très plaisant à lire, la narration y étant aussi fluide qu’inspirée.

Cecil McKINLEY

« B.P.R.D. Origines » T1 par Mike Mignola, Joshua Dysart & co

Éditions Delcourt (29,95€) – ISBN : 978-2-7560-6997-5

Galerie

Les commentaires sont fermés.