« Ajin » T1 & 2 par Gamon Sakurai et Tsuina Miura

En ce mois d’octobre, voici la seconde chronique spéciale Halloween. Aujourd’hui, nous allons parler de « Ajin » : la nouvelle série fantastique à succès des éditions Glénat. Il y est question de zombies, de virus, de complot gouvernemental et d’expériences scientifiques sur des corps bien vivants. Nous verrons, surtout, que contrairement aux apparences, l’ennemi n’est pas forcément celui qui est traqué.

Après une page d’introduction entièrement en couleurs, où l’on découvre un scientifique abattant de sang-froid un homme retenu dans une camisole, nous entrons rapidement dans le vif du sujet. Kei est un jeune homme tout ce qu’il y a de plus banal. En classe, il écoute sereinement son professeur expliquer une découverte fondamentale pour l’humanité : Les Ajins, une nouvelle race humanoïde, soi-disant immortelle. Pourtant, dans la classe, personne n’en a jamais vu. Il se murmure même que ce serait des extraterrestres. Une fois le cours fini, Kei rentre chez lui. Alors qu’il traverse la route, une camionnette de livraison, conduite par un homme distrait par son téléphone, le percute mortellement. Devant les yeux ébahis de tous ses camarades, il se relève ensanglanté et, à la stupéfaction générale, se régénère immédiatement. Tout le monde est pris d’effroi. C’est la première fois qu’il rencontre un véritable Ajin. Kei s’enfuit et sera dorénavant traqué à la fois par le gouvernement et des chasseurs de prime.

Si Kei est poursuivi, c’est parce qu’il ferait un excellent cobaye. En effet, personne ne sait qui sont réellement ces Ajins. D’où viennent-ils et surtout, sont-ils toujours humains ? C’est dans le second volume que l’on en apprend un peu plus sur ce qui arrive aux Ajins capturés. On découvre toute l’horreur de la nature humaine ainsi que celle des compatriotes du jeune homme qui est du coup de plus en plus seul.

Imaginée par Tsuina Miura, cette histoire est superbement illustrée par Gamon Sakurai. Publiée assez lentement dans le magazine Good Afternoon depuis mi 2012, la série compte aujourd’hui sept volumes au Japon. Son succès est tel qu’une trilogie cinématographique en animation 3D et une série télé en animation traditionnelle sont annoncées coup sur coup. La première débutera en novembre 2015 et la seconde en janvier 2016.

Ce titre est assurément une excellente acquisition pour les éditions Glenat qui confortent, ainsi, leur stature de numéro un du manga en France. À destiner aux amateurs de paranormal et de course poursuite sur fond de complot.

Gwenaël JACQUET

« Ajin » T1 & 2 par Gamon Sakurai et Tsuina Miura
Éditions Glénat (7.60 €) – ISBN : 9782344007440

Galerie

Les commentaires sont fermés.