Mister No, l’aigle de l’Amazone…

C’est en mai 1975 que « Mister No » fait ses premiers pas, dans un mensuel portant son nom publié par la Cepim, ancêtre de Sergio Bonelli Editore. Sept mois plus tard, il donne son patronyme à un pocket français des éditions Aventures et Voyages. S’il poursuit sa carrière jusqu’en 2009 en Italie, il disparaît des kiosques français en avril 1990 après 171 numéros publiés. Dans « Mister No, l’aigle de l’Amazone », Robert Fournier analyse minutieusement tous les fascicules italiens et leurs traductions françaises…

« Mister No » est né de l’imagination de Sergio Nolitta (pseudonyme de l’éditeur Sergio Bonelli, amoureux fou de l’Amazonie où il s’est rendu une cinquantaine de fois et déjà créateur de « Zagor ») et du crayon de Gallieno Ferri, également créateur graphique de « Zagor ».

Une cinquantaine de dessinateurs et de scénaristes vont se succéder au fil des épisodes : Ade Capone, Alfredo Castelli, Claudio Nizzi, Tiziano Sclavi, Franco Bignotti, Stefano et Domenico Di Vitto, Roberto Diso, Bruno Marrafa…

Ancien pilote de la Seconde Guerre mondiale, Jerry Drake (alias Mister No), gagne Manaos une fois le conflit terminé, achète un vieux Piper et loue ses services à ceux qui souhaitent voyager au-dessus de la jungle. Seul ou accompagné par un ancien pilote de l’armée allemande baptisé Esse Esse, Mister No, épris de justice, est sans cesse mêlé à des histoires où il doit combattre bandits, fanatiques, oppresseurs… Bourru, mauvais caractère, séducteur, sa route croise de jolies filles, tour à tour victimes ou dangereuses.

Robert Fournier, lui, quitte son Auvergne natale pour la Guyane, découvre l’Amazonie… et bien plus tard « Mister No », pilote d’un Piper volant au-dessus de cette jungle amazonienne qu’il a appris à aimer. Ces deux passions l’incitent à se lancer dans l’écriture d’un ouvrage où héros et jungle amazonienne cohabitent.

Ainsi voit le jour « Mister No, l’aigle de l’Amazone », épatant bouquin cartonné (format 21×27 cm, 280 pages couleurs) où l’auteur analyse minutieusement les fascicules italiens et leurs traductions françaises. Ont peut aussi comparer les lieux parcourus par les héros et leur réalité, découvrir les témoignages des divers scénaristes et dessinateurs… Un travail colossal, d’autant plus que l’auteur (et autoéditeur) réside toujours en Guyane française.

Tous ceux qui ont un jour voyagé un jour aux côtés de Mister No seront enchantés par cet ouvrage nostalgique, dont l’iconographie est remarquable. Les autres, à travers « Mister No », découvriront qu’une bande dessinée peut être populaire et sérieusement réalisée par ses auteurs.

Henri FILIPPINI

« Mister No, l’aigle de l’Amazonie » par Robert Fournier

À commander chez Robert Fournier, 115, les Moucayas, Bourg de Matoury, 97351 Matoury (Guyane française) pour 40 € plus 19 de frais de port (ouvrage envoyé depuis la Guyane).

Galerie

2 réponses à Mister No, l’aigle de l’Amazone…

  1. sarrazin dit :

    bonjour…ce que je me demande c’est COMMENT acheter ce livre mister no: l’aigle de l’amazone??
    et si il y aura dans l’avenir des rééditions en Français de la bd mister no au delà du numéro 171 et u dard empoisonné…merci de me répondre!

    • Gilles Ratier dit :

      La réponse est dans l’article : « À commander chez Robert Fournier, 115, les Moucayas, Bourg de Matoury, 97351 Matoury (Guyane française) pour 40 € plus 19 de frais de port (ouvrage envoyé depuis la Guyane). »
      En revanche, nous ne savons pas s’il y aura, dans l’avenir, des rééditions en français de « Mister No » : pour le moment, aucun éditeur ne s’est montré intéressé !
      Bien cordialement
      La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>