Les Arènes investissent la BD !

Les éditions des Arènes, qui publient le luxueux magazine XXI — lequel a ouvert un nouveau créneau à la presse traditionnelle (Aaarg ! et La Revue dessinée lui doivent d’exister) —, abordent l’édition BD. Bien que familiarisées avec le genre grâce aux reportages dessinés proposés par XXI (signés Tronchet, Jean-Philippe Stassen, Emmanuel Guibert, Joe Sacco…), c’est dans une tout autre aventure qu’elles se lancent, alors que le marché est pourtant bien saturé…

Laurent Muller, ancien éditeur chez Glénat et cofondateur de feu les éditions 12 bis, propose en cette rentrée, avec le concours de Laurent Beccaria fondateur des Arènes, trois premiers albums qui seront publiés au cours du mois d’octobre prochain. Trois albums, trois créneaux, peut-être histoire de tâter le terrain.

— « Super Sourde », traduction d’un ouvrage américain signé Cece Bell ayant obtenu le Prix du meilleur album jeunesse aux États-Unis en 2014. Une jeune sourde utilise ses super pouvoirs pour surmonter son handicap. Un album jeunesse au trait simple et moderne (242 pages en couleurs, 19,90 €, à paraître le 1er octobre).

— « Le Cas Alan Turing » évoque l’histoire vraie de ce mathématicien génial qui a sacrifié sa vie pour décoder l’Enigma, machine qui transmettait les messages secrets à Hitler. Un scénario documenté d’Armand Delalande mis en images par l’excellent Éric Liberge (100 pages en couleurs, 18 €, à paraître le 7 octobre).

— Enfin, « L’Empire » est un ouvrage qui ambitionne de raconter l’histoire politique du christianisme à travers les âges. Un scénario érudit d’Olivier Bobineau, mis en images avec humour par Pascal Magnat. Le tome 1 (« La Genèse », 180 pages en couleurs, 28 €), paraîtra le 21 octobre.

Bienvenue dans le monde pas toujours merveilleux de la bande dessinée aux Arènes !

Henri FILIPPINI

Galerie

3 réponses à Les Arènes investissent la BD !

  1. José Jover dit :

    Salut les zamix, Henri Filippini vous avez omis de citer l’un des albums BD des Arènes et qui va faire très probablement un gros événement dans cette fin d’année 2015 (quand bien même on ne peut pas tout citer of course), à savoir « LA PRESIDENTE », un ouvrage de politique fiction sur Marine LePen qui deviendrait présidente de notre cher pays (les spécialistes s’accordent aussi sur le terme « uchronie » il paraît). Bref, une BD de Farid BOUDJELLAL découpage, dessin et mise en page (dans un style surprenant auquel il ne nous a pas habitué dans ses précédentes oeuvres, telles que par exemple la série incontournable « Petit Polio » ou encore « Le chien à trois pattes », mais qui demeure très intéressant) et François DURPAIRE, scénario et dialogue, le journaliste télé & radio bien connu et spécialiste des Etats Unis. Nul doute que les contacts médiatiques de ce dernier vont, entre autres, donner une grande impulsion dans la visibilité de ce livre, ce qui restera d’un grand bénéfice pour notre médium préféré en général. CQFD. @ bientôt pour de nouvelles aventures !

    • Cher José, si je n’ai pas mentionné l’album de Farid, c’est tout simplement parce qu’il ne figurait pas sur le document de presse des Arènes. Je comprends mieux pourquoi Laurent Muller me disait dans un mail qu’un album important devait sortir en novembre, mais qu’il ne pouvait pas m’en dire plus pour le moment… N’auriez vous pas cassé la communication des Arènes en portant connaissance de la parution prochaine de ce bouquin sur BDZOOM ?
      SALE TEMPS * pour les critiques…
      Amitiés
      Henri FILIPPINI

      * Vous voyez je n’oublie pas les bons moments des années 1980…

      • José Jover dit :

        Cher Henri, l’album est mis en avant dans le catalogue d’éditions BD à venir, probablement déjà paru ! et également annoncé sur BD Net et Canal BD depuis, à la fourchette, je dirais un bon mois… Il suffit de taper « La Présidente » sur ces sites et l’ouvrage apparaît avec un petit extrait ! Bon on a limité la casse de la com, m’est avis ^_^ ! Merci pour le rappel du bon vieux temps polar, en effet, comme le temps a passé ‘acré’ving’Diou ! L’une de mes premières grandes angoisses professionnelles – anecdote – les pages livrées de « Sale Temps » avaient été « perdues » et à l’époque c’était des originaux, sans sauvegardes informatiques comme aujourd’hui… un an de boulot… aaaarrrgghhh… en fait, elles étaient sur le bureau de Jacques Glénat, à Grenoble, qui lisait donc apparemment tout ce qu’il publiait… OUF ! j’en ai gardé des sueurs froides encore maintenant ! :D Vous êtes doté d’une excellente mémoire. Amicalement, José Jover http://www.tartamudo.com