Pas de vacances pour Hop !

Alors que le monde de l’édition BD observe une traditionnelle longue trêve estivale, Louis Cance, en son fief d’Aurillac, expédie le nouveau numéro de Hop ! aux lecteurs en mal de nouveautés à se mettre sous la dent. John Dixon, dessinateur australien décédé le 7 mai dernier et immense créateur de « Air Hawk » (voir Disparition d’un maître de la BD australienne : John Dixon !), est l’invité de ce n° 146 particulièrement copieux de 64 pages en noir et blanc.

Entretien avec John Dixon en compagnie de Nat Karmichael, étude de son œuvre et portraits de ses collaborateurs (Mike Tabrett, Hart Amos, Keith Chatto, Phil Belbin et Paul Power), enfin un essai de bibliographie de ses histoires traduites en France s’ajoute à ce très riche dossier. Publication d’un entretien réalisé par Guy Lehideux datant de 1990 avec Harvec (André Hervé, 1918/2010), créateur de « Bob Flapi » pour la SPE et, surtout, dessinateur humoristique bien connu des lecteurs de Marius et du Hérisson, et du second chapitre de l’étude de Lisette magazine, excellent supplément au célèbre hebdomadaire pour jeunes filles, complètent la session articles. Les rubriques habituelles sont au rendez-vous : « Dernière minute », « Le Coin des collectionneurs », « Les Scoops », « Les Dessous de la BD », « La Revue de presse »… et la célèbre « Remember », hélas toujours trop longue (22 pages dans ce numéro), évoquant les auteurs disparus au cours du trimestre : Brett Ewins, Herb Trimp, Irwin Hasen, Jean Acquaviva, Géri, Jim Berry, John Cooper, Fred Fredericks, Kamb, Roland Garel, Bruno Marraffa, Ade Capone, Peter Pontiac, Robert Bressy… Un numéro évidemment immanquable, à commander au 56 boulevard Lintilhac, 15000 Aurillac (7,60 €).     !

Henri FILIPPINI

Galerie

3 réponses à Pas de vacances pour Hop !

  1. BARRE dit :

    Infatiguable Louis Cance! ils doivent respirer un sacré air pur du côté d’Aurillac! Cette revue est une mine d’or pour les passionnés du 9ème art, et c’est toujours une grande joie de la trouver dans sa boite aux lettres!
    On y trouve des tas d’articles et d’infos et, hélas, en particulier dans la rubrique nécrologique,, toujours et de plus en plus abondante…
    Voilà vraiment une revue qui tire la bande dessinée vers le haut!

  2. BARRE dit :

    J’ai oublié de préciser que ce qui fait-également- le charme et la force de cette revue, c’est la parution un numéro sur deux d’un thème appelé « nostalgie bd » dans lequel les rédacteurs de Hop parlent des grands oubliés de la bd, des auteurs méconnus, peu édités,voir pas du tout, en albums, dossiers toujours passionnants, qui fait l’originalité de ce magazine.

  3. Bien d’accord avec vous. Hop est un rescapé de la vague des fanzines de qualité, qui a su échapper à la concurrence faite par le « oueb » au support papier classique. Mais le « oueb » s’intéresse surtout à l’actualité, et il faut de l’érudition et de la culture bédéphile (ainsi qu’une sérieuse collection, base de tout!) pour présenter des dossiers complets sur des BD ou revues parues il y a plus de cinquante ou soixante ans. Tout n’est pas encore trouvable chez amazon, mes bons amis, et wiki pedale dans la semoule au niveau de l’exactitude des données rares. Heureusement que bdzoom livre lui-aussi de longs dossiers instructifs (avec là, des repros d’images en couleurs, alors que Hop reste en noir et blanc).