Bravo pour l’aventure !

L’Américain Alex Toth (1928-2006) est reconnu comme l’un des artistes les plus influents du 9e art. À l’instar de Carmine Infantino et de Joe Kubert, sa maîtrise décisive du découpage, du design et de l’abstraction, en ont fait un auteur majeur des comic books, média dans lequel il a su incorporer les découvertes graphiques des grands illustrateurs (celles concernant la composition de talents aussi reconnus que Norman Rockwell, Joseph Christian Leyendecker…) et les noirs et blancs définitifs des géants du comic strip (Noel Sickles, Milton Caniff, Frank Robbins…). Ce mois-ci, les éditions américaines IDW ont exhumé « Bravo for Adventure » dans une édition de luxe, aussi exhaustive que magnifique. Exprimant pleinement le talent de Toth, « Bravo for Adventure » fait figure d’œuvre maudite, en raison de ses difficultés à trouver un éditeur et un public. Une histoire malheureuse, malgré un album paru en France au début des années 1980.

Alex Toth.

Tous les fans de comic books connaissent ou devraient connaître Alex Toth, dessinateur, designer de comic book et de cartoon.

Originaire de New York, où il a fait ses armes chez DC pendant le Golden Age (« Green Lantern », « The Atom », « Flash », « Justice Society of America »…), Toth migre en 1956 en Californie, après son service militaire.

Là, il oscillera sans cesse entre les maisons d’édition de comics et les sociétés de dessins animés.

Chez Dell, il devient directeur artistique et réalise les aventures de Zorro (après la sortie de la série télé Disney).

Il travaille ensuite pour Warren (Creepy, Eerie, Blazing Combat…), puis DC où il dessine de superbes histoires de guerre dans Our Army at War, Our Fighting Forces

La page 3 de « The Tally » d’Our Army at War n° 254.

Il invente de nombreux personnages et décors pour les dessins animés « Space Ghost », « Fantastic Four », « Super Friends » chezHanna Barbera.

Concept art pour Hanna Barbara (“Fantastic Four”).

Une couverture originale pour un giant-size DC de Super Friends + Un concept art pour Hanna Barbara (“Space Ghost”).

Jean-Pierre Dionnet dans les années 1970.

Aussi curieux que cela paraisse, l’aventure « Bravo » commence en France…

En 1973, Toth est contacté par Jean-Pierre Dionnet (déjà fin spécialiste des comics qu’il chronique avec talent dans la revue Phénix).

Celui-ci, avec Bernard Farkas (le futur comptable des Humanoïdes associés, voir interview : Du Métal sonnant et trébuchant : entretien avec Bernard Farkas), travaille pour Fernand Nathan.

Photo récente de Bernard Farkas.

Le vénérable éditeur s’est frileusement ouvert à la BD dès la fin des années 1960.

En 1973, il a refusé à Dionnet un projet de magazine BD adulte, Snark (réunissant le top de la BD de l’époque : Moebius, Jean-Marc Loro, Jacques Tardi, Nicollet, René Pétillon, Jean-Claude Gal, Annie Goetzinger, Yves Got, Jean-Jacques Loup, etc.) et annonçant Métal hurlant.

Malgré tout, l’éditeur s’est lancé dans la réalisation d’albums plus classiques : « Tiriel » de Dionnet et Raymond Poïvet, « Robin des bois », « Michel Strogoff », « Le Tour du monde en 80 jours », « L’Île au trésor », « La Flèche noire » de Ramon de la Fuente, « Les Trois Mousquetaires » de Michel Lacroix…

Les albums BD Nathan : le génial « Tiriel » de Dionnet et Poïvet et les très classiques adaptations BD de grands romans d’aventures (« La Flèche noire », « Robin des bois ») dues à Ramon de la Fuente.

Dionnet et Farkas commandent donc une nouvelle série à Toth, lui donnant carte blanche sur sa thématique.

L’Américain opte pour l’aventure rétro façon pulp, avec un héros aux faux airs d’Errol Flynn, dans le milieu de l’aviation à Hollywood (bien avant le retour en grâce de ce sous-genre avec Indiana Jones et le Rocketeer).

Un contexte dont saura d’ailleurs se souvenir Joe Kubert dans « Radix Malorum », son deuxième graphic novel d’« Abraham Stone » (Epic Comics, 1995).

Toth s’y investit totalement, effectuant de nombreuses recherches, déchirant les planches qui ne le satisfont pas (une sur trois selon ses dires) et redessinant encore.

L’aventure s’achève après un an et 48 pages aussi magnifiques que haletantes, mises en couleur par l’éditeur.

La planche 2 de « Bravo for Adventure ».

Couverture de The Rook n° 3.

Peut-être, le grand format des albums BD, trop proche des autres livres illustrés de l’éditeur, a-t-il joué en la défaveur de cette collection difficilement identifiable sur les étals des libraires ?

« Bravo » est donc déprogrammé, au grand dam de son créateur.

Après quatre années de limbes, Toth parvient malgré tout à placer l’album chez Warren, dans The Rookn° 3 et 4 (juin et août 1980).

L’album français paru chez Futuropolis.

Dans la foulée, un album sort miraculeusement en France chez Futuropolis en 1981, sous l’insistance de l’indispensable Fershid Bharucha.

Entre-temps, Toth n’a pas lâché l’affaire ; il a développé son personnage, réalisant des illustrations et deux histoires courtes supplémentaires (publiées dans le magazine Voyages 1 de Howard Feltman, juin 1983).

Couverture de Voyages n° 1.

Un premier segment de l’album est édité par Galaxy Comics en 1985, colorié par Toth lui-même, mais la société fait faillite. L’ensemble des histoires sera également repris en 1987 en noir et blanc au Canada chez Dragon Lady Press.

Couverture d’un volume paru chez Dragon Lady Press.

Comme à son habitude, IDW (1) a parfaitement mené à bien le projet, en collaboration avec les enfants de l’artiste. L’édition est remarquable en tous points : une intégrale en grand format, avec les deux petites histoires inédites en France, les illustrations et un cahier couleur reprenant les planches colorisées pour Fernand Nathan et par Toth lui-même (ISBN : 13-978-1631403507, 35 $).

De quoi faire enfin découvrir au grand public ce chef-d’œuvre de la BD, injustement ignoré en son temps. Montez à bord du biplan de Jesse Bravo. L’aventure est au rendez-vous !

Jean DEPELLEY

(1)IDW est l’éditeur des formidables Artist’s Editions, publiant au format d’origine les planches originales des meilleurs épisodes de comics dus à Jack Kirby, Will Eisner, Jim Steranko, John Romita, John Buscema, Harvey Kurtzman, Joe Kubert, Walter Simonson, Frank Miller, Mark Schultz, Mike Mignola… IDW publie également les indispensables catalogues des expositions John Buscema, Wally Wood et Russ Heath de Casal Solleric à Palma (Espagne) réalisées par Florentino Flores & Frédéric Manzano.

Une autre belle planche de « Bravo for Adventure ».

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>