Hop ! se souvient de Souriau

C’est avec un dessinateur totalement oublié aujourd’hui que la nouvelle livraison de Hop ! ouvre ses pages Nostalgiques. Jacques Souriau est, en effet, l’invité d’un solide dossier signé Jean-Jacques Lalanne et Louis Cance.

Né en 1886 à Vendôme, fils du philosophe Paul Souriau, Jacques Souriau étudie le droit avant de se tourner vers le dessin — sa passion —, en s’inscrivant aux Beaux-Arts de Nancy.

La guerre terminée, il amorce une fructueuse carrière d’illustrateur pour l’édition littéraire (Delagrave, Armand Colin, Masson, Didier, Hachette…), tout en livrant des dessins politiques ou humoristiques aux nombreux journaux de l’époque : Le Bonnet rouge, Le Merle blanc, La Vie parisienne, Le Rire, Fantasio

Il faut attendre l’avant-guerre pour le rencontrer dans les illustrés destinés à la jeunesse, d’abord comme illustrateur dans les pages de Hop-là ! (les romans de « Tarzan » écrits par Edgar Rice Burroughs), Pierrot, Lisette

Ses premières bandes dessinées (une reprise de la BD américaine « Tailspin Tommy » sous le nom de « Jean Bolide » et « Le Justicier des mers ») sont publiées par Robinson et Hop-là !, en 1938

Après-guerre, il travaille pour les modestes récits complets avant de multiplier les collaborations dans Lisette, Pierrot, Vaillant (« Jean et Jeannette »)… et surtout les journaux proposés par les éditions Mondiales de Cino del Duca : Tarzan (« Fléchauvent reporter », « Alain Météor »…), L’Intrépide (« Handjar le justicier »), Hurrah ! (« Robin des bois » que reprendra Mouminoux après sa disparition). Décédé à la suite d’un accident cardiaque le 30 avril 1957, ce dessinateur au trait réaliste et puissant méritait bien cette évocation en attendant des rééditions dignes de lui.

Notons dans ce même numéro, le 23ème chapitre de la « Rétrospective Marijac » consacrée à la première partie de l’étude du magazine de format de poche Frimousse (plus de 200 000 exemplaires vendus au sommet de sa gloire) où cohabitaient harmonieusement séries françaises inédites, reprises et traductions de récits anglais.

Cette heureuse initiative débute avec les œuvres françaises, le prochain Hop ! Nostalgie se penchera sur les séries britanniques.

Suite des souvenirs de Guy Mouminoux (alias Dimitri) qui traînent en longueur… et ce n’est pas fini puisqu’il s’agit de la reprise d’un ouvrage publié voici quelques années.

Enfin, suite du dossier « Scorchy Smith » où Marc-André Dumonteil revient sur la période 1938/1939 de ce classique de la BD US où œuvraient Howell Dodd et Frank Reilly.

Comme d’habitude, Hop ! est passionnant et indispensable !

Henri FILIPPINI

Hop ! n° 145 : revue trimestrielle, brochée, 68 pages en noir et blanc

Chez Louis Cance : 56 boulevard Lintilhac, 15 000 Aurillac (7,60  €, abonnement pour huit numéros : 48  €)

Galerie

Une réponse à Hop ! se souvient de Souriau

  1. Mariano dit :

    «  »" »Comme d’habitude, Hop ! est passionnant et indispensable ! »" »"

    Ô combien vrai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>