« Nora » par Léa Mazé

Nora, bientôt dix ans, s’ennuie pendant les grandes vacances chez Lucien (son oncle agriculteur), jusqu’au jour où elle monte jusqu’à la cime d’un arbre majestueux. Observant son entourage immédiat, des questions existentielles variées lui viennent à l’esprit, et Lucien a bien du mal à lui répondre : un apprentissage original de la vie qui se clôt avec la fin de ces vacances initiatiques.

C’est au cœur des insouciantes années 1970 que se déroule ce récit. Fille unique pétillante et parfois trop spontanée, Nora gêne ses parents en plein déménagement. Ses derniers la confient donc à son oncle Lucien : un agriculteur à l’ancienne qui vit au milieu de ses terres, dans une ferme isolée.

Cela ne plaît pas du tout à Nora. Elle boude, se fait mutique face à cet homme tendre, mais maladroit. La fâcherie, comme souvent à cet âge, dure peu. La petite fille quitte la ferme et ses bâtiments pour découvrir les alentours mystérieux. Elle trouve un refuge à sa taille dans le tronc creux d’un arbre gigantesque, impressionnant au milieu des champs.

Quand elle grimpe à son sommet, à l’aide de jumelles, elle peut voir très loin. Elle observe, ainsi, la nature, les déplacements des animaux, mais surtout la vie quasi immobile d’une vieille femme, assise seule sur un banc toute la journée.

Mal à l’aise face à la solitude de l’inconnue, Nora court interroger son oncle sur le passé de sa vieille fille de voisine. Pour la sauver d’une vie qu’elle imagine désespérante, elle invente un monde de personnages qui ont oublié de naître ! Parmi eux, un homme qui aurait dû naître en 1893 : être blessé pendant la Première Guerre mondiale, avant de se faire soigner par Jeanne et de l’épouser.

Nora multiplie les questions, parfois incongrues, à Lucien. Le pauvre homme est de plus embarrassé pour y répondre. Allez donc expliquer à une petite fille comment on fait des enfants, les mystères de la naissance, l’inéluctabilité de la mort, la fatalité de la solitude ou l’absurdité de la guerre.

Par sa sincérité, Lucien s’en sort très bien ; même si Nora comprend ce qu’elle veut. Elle se transporte ainsi dans le monde imaginaire de La Moure quand son oncle lui parle d’amour !

Léa Mazé réussit son entrée dans le petit monde de la bande dessinée. Avec un dessin sépia, parfois bleuté quand elle décrit le monde imaginaire de Nora, cette auteure de 24 ans crée un univers cohérent et poétique. Le calme de la campagne traditionnelle des seventies est le cadre d’un récit initiatique à la fois simple et profond. Incidemment, les interrogations existentielles de Nora sont universelles, elles sont amenées avec un humour plaisant et une grande délicatesse.

Ce beau roman graphique de 72 pages s’adresse à de jeunes lecteurs, à partir de huit ans. Ils seront charmés par une fable émouvante et drôle, un récit d’une grande maturité qui aborde avec grâce des sujets essentiels à l’apprentissage de la vie, de la sécurité apportée par la famille au besoin de solidarité entre les personnes.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Nora » par Léa Mazé

 

Les éditions de la Gouttière (16 €) – ISBN : 979-10-92111-22-4

Galerie

Les commentaires sont fermés.