Charlie Hebdo décapité : évocation du parcours de Wolinski, Cabu, Charb, Tignous…

Alors que tous les médias sont mobilisés sur l’odieux attentat qui a décapité l’équipe de Charlie Hebdo à 11 heures 30 ce matin, sous le coup d’une émotion rarement ressentie, je voudrais évoquer deux d’entre eux qui depuis plus de cinq décennies œuvrent dans le monde de la bande dessinée : Georges Wolinski et Cabu. Nés tous les deux dans les pages mythiques du Hara-Kiri de François Cavanna et du Professeur Choron, ils ont fait preuve d’une fidélité sans faille aux publications du groupe dont Charlie Hebdo est l’ultime survivant.

Né en 1934 à Tunis, c’est en 1960 que Wolinski entre à Hara-Kiri œuvrant dans un style fouillé (« La Reine des pommes » d’après Chester Himes) avant de trouver ce trait simple et direct qui fera son succès.

Aux côtés de ses copains des éditions du Square, il travaille dans Hara-Kiri puis Charlie Hebdo, mais aussi pour L’Humanité, Libération, Le Nouvel Observateur, Paris-Match, Le Journal du dimanche, L’Écho des savanes

Ce que l’on connaît moins, c’est son travail de rédacteur en chef de Charlie mensuel à partir de 1970 où après avoir traduit « Li’l Abner », « Krazy Kat », « Jane », « Jeff Hawke », Guido Crépax, Benito Jacovitti, Joost Swarte… il donne leurs premières chances à Munoz et Sampayo, Golo et Frank, Daniel et Alex Varenne, Alex Barbier, Jean-Pierre Autheman, Francis Masse…

C’est dans ce mensuel, le premier à proposer une bande dessinée adulte, bien avant L’Écho des savanes et la « nouvelle BD », qu’il écrit les aventures politico-érotiques de l’inoubliable Paulette pour Georges Pichard.

Ma dernière rencontre avec lui, sera l’album « La Sexualité des Français » chez Glénat que j’ai eu le bonheur de réaliser avec sa complicité. Wolinski était un homme simple, humain, charmant… et très drôle.Né en 1938 à Châlons-sur-Marne,Jean Cabut dit Cabu, après avoir publié ses premiers dessins dans L’Union de Reims, entre lui aussi à Hara-Kiri en 1960. Lorsque le titre est interdit par la censure gaullienne, il collabore à Pilote ou après « Le Potage est servi » réalisé avec René Goscinny, il crée « Le Grand Duduche », son double de papier qui lui permettra de conquérir un nouveau lectorat. Collaborateur du Journal du dimanche, de France-Soir, Rock & Folk, Pariscope, La Gueule ouverte, Politique hebdo... il livrait des dessins au Canard enchaîné depuis 1982. Éternel « Duduche », Cabu était un époustouflant caricaturiste capable de dessiner son modèle en quelques coups de crayon sans même regarder le papier.

Penser que ces deux géants de l’image dessinée sont tombés sous des balles d’extrémistes est horrible.

Au moment où j’écris à chaud ces lignes, Tignous (Bernard Vherlac, 47 ans), dessinateur passé maître dans l’art du croquis d’audience, Charb (Stéphane Charbonnier, 47 ans) rédacteur en chef de Charlie Hebdo, auteur d’ouvrages sur Mahomet et Jésus qui ont peut-être compté dans ce massacre, il était aussi le créateur des délicieux « Maurice et Patapon », enfin Bernard Maris (68 ans) journaliste économiste et auteur des éditoriaux de Charlie Hebdo…. figurent eux aussi parmi les victimes.

Le journal se battait pour survivre, lançant une souscription auprès de ses lecteurs pour tenir. Dans un ultime message publié aujourd’hui, Charb se félicitait des 200 000 euros obtenus, permettant au journal de passer l’hiver. Ce sera hélas sans lui…Henri FILIPPINI

Note : au moment où j’écrivais ces lignes, le nom d’Honoré n’avait pas été annoncé parmi les victimes. Né le 25 novembre 1941 à Vichy, Philippe Honoré collaborait à Charlie depuis son retour en kiosques en 1992. Son trait gras aux noirs rappelant le travail des graveurs anciens était repérable au premier coup d’œil. Il est l’auteur du dernier dessin proposé sur le site de Charlie, quelques minutes avant de drame. Avec Cabu et Wolinski, il est le troisième vieillard assassiné lâchement ce triste mercredi 7 janvier.

Galerie

4 réponses à Charlie Hebdo décapité : évocation du parcours de Wolinski, Cabu, Charb, Tignous…

  1. dillies.patrick dit :

    Bonsoir,
    Je reviens de la réunion Hommage à Charlie dans ma petite ville de l’Indre : 300 personnes environ,
    Quelques belles prises de parole, quelques bougies et quelques dessins dont le mien.
    Aujourd’hui 7 janvier 2015 , je me suis souvenu qu’ado c’est Cabu qui m’avait inoculé le virus de l’image:
    Flash back: Elève dans un college religieux au fin fond de la “Meuse endormeuse”, cette année 69 (!) avait ouvert un petit espace de liberté dont nous avions profité ,en cette classe de seconde C, avec la création d’un petit canard “35 secondes de détente” (Gag !)
    La j’y pompais sans scrupule et sur stencil, le grand Duduche avec une petite BD “le Grand Marco” mixte d’une inénarable asperge boutonneuse de la classe et du si vériste personage de Cabu.
    Courroux de nos profs curés qui se reconnaissaient dans ce démarquage d’aventures lycéennes Laïques ! Interdiction du journal et remise à l’ordre de tout ce foutoir!
    Finalement, une toute petite mise en abîme de l’époque, avec maintenant ce retour du même à la puissance grand X !
    Incroyable comme la bande à Charlie se complétait vachtement bien pour couvrir le champ des interrogations adolescentes et post-adolescentes ( Eh oui , j’ai fini par m’ intéresser à l’économie, mon onc’!); Quels Pédagos hors murs !

    Si tout le monde est si ému , c’est qu’ils faisaient partie de notre vie -au pied de la lettre ou plutôt du trait-; Ils incarnent l’esprit frondeur et subtil français (FSF) ! et les autres caricaturistes après eux , feront itou.
    J’avais une tendresse toute particulière pour Cabu mais aussi une sacré admiration: pour le jeté et la justesse de son trait, il faisait le lien avec l’histoire de l’illustration 19ème mais aussi avec nos grands dessinateurs de BD réaliste actuelle. Je venais d’acheter son intégrale du Grand Duduche.
    On a tous en nous quelque chose du Grand Duduche !

    Patrick

    PS: Soutien total à Coco qui a vécu le pire ; qu’elle puisse conserver ce rire si apprécié au Festival BD de Perros Guirec

  2. Michel Dartay dit :

    Il y a aussi l’Intégrale de Mon beauf qui est sortie il y a environ deux mois, l’héritage que laisse Cabu reste disponible, à part ses aventures de Madame Pompidou (le Square, vers 1972, toujours interdit, je crois).
    J’avais rencontré Cabu il y a un an environ, j’avais étonné par l’impression de jeunesse éternelle qu’il continuait de dégager. C’était un grand amateur de jazz, et un caricaturiste redoutable, qui inspirait bon nombre de ses confrères. Un héritier du talent de Daumier, et au-delà de cette incroyable capacité à saisir un visage en quelques traits, quel humour! Et quelle force de dénonciation!

  3. Denis dit :

    Au nom de quel droit peut-on supprimer des vies
    Au nom de quoi on a voulu tuer Charlie
    Il n’y a que des cons pour croire à ces conneries
    C’est ce qu’aurait sûrement dit Georges Wolinski

    On a tué les dessinateurs de Charlie
    Ceux qui défendaient la démocratie
    Des êtres talentueux caricaturistes
    Charb, Cabu, Wolinski, Tignous que des artistes

    Tous des êtres exceptionnels comme Bernard Maris
    Un des grands économistes et humanistes
    Grand défenseur de la liberté d’expression
    Qui avec ses amis savait tenir le crayon

    Liberté, Egalité, Fraternité
    sont les valeurs de la laïcité
    C’est un combat de tous les jours
    de tolérance, de solidarité, et d’amour

    L’unité des nations face à ce drame
    redonne vie à Charlie et à son âme
    Face à la barbarie c’est un devoir
    de s’unir et de garder Espoir

  4. Lagreze Philippe dit :

    Plus que la liberté d’expression, c’est la liberté de ne pas croire qui a été attaqué.
    Il n’y a qu’à voir les commentaires, sur le n° de Charlie, des états islamistes, de l’islam en général et même le pape s’y met.
    Quelques soit la religion, Charlie a toujours eu des problème avec eux.
    Moi qui ne suis pas croyant, je ne me suis pas offusqué de tous ce que Charlie pouvait dire sur les religions en général, ni sur les sectes, puisque pour moi elles sont des sectes.
    Liberté d’expression lorsqu’on inculque à des enfants la religion dès leur plus jeune âge?
    Voilà pourquoi Charlie se battait et voilà pourquoi ils sont morts