Les premiers essais patrimoniaux de 2015

Et ce sont les Belges qui dégainent les premiers pour alimenter ce premier « Coin du patrimoine » de 2015… Avec un superbe collectif de référence et deux magazines spécialisés : La Crypte tonique, qui propose un n° 12 passionnant sur les patrons de la bande dessinée, et Gabriel, la revue trimestrielle du CRIABD, qui recense et commente le moindre album de BD religieuse. Des travaux de passionnés qui enrichissent formidablement notre culture bédéesque !

Commençons par le plus simple à se procurer puisque diffusé dans toutes les bonnes librairies : « L’Âge d’or de la bande dessinée belge » aux éditions Les Impressions nouvelles.

Il se trouve que le Musée des Beaux-Arts de Liège, en Belgique, possède une collection inestimable de planches originales de BD recelant quelques trésors de l’âge d’or de la bande dessinée belge dus à Hergé, Edgar-P. Jacobs, André Franquin, Morris, Peyo, Maurice Tillieux, Will, Raymond Macherot, Jacques Martin, Jean Graton, Sirius, François Craenhals, Jacques Laudy, Greg, René Hausman, Willy Lambil, Hermann, Comès et bien d’autres noms qui font rêver, encore aujourd’hui, des générations de collectionneurs, nostalgiques ou simples amateurs.

Thierry Bellefroid, journaliste à la télévision belge — il y anime notamment l’émission littéraire hebdomadaire « Livrés à domicile » — et spécialiste reconnu du 9e art, a réuni une vingtaine d’intervenants dont des esthètes érudits du domaine (comme José-Louis Bocquet, Didier Pasamonik…). Ces derniers retracent la genèse de la collection, la replacent dans le contexte historique de la BD franco-belge ou se penchent sur la marchandisation des originaux, tout en s’interrogeant sur le devenir de la planche lorsqu’on l’expose. Mais le principal intérêt de cet ouvrage, richement illustré par de magnifiques reproductions, est d’avoir laissé libre cours à la parole d’auteurs belges qui se sont approprié la collection en jetant un regard, plus personnel, sur l’un ou l’autre de ses trésors ; à l’instar d’Olivier Grenson (également auteur du dessin de couverture), Sergio Salma, Thiery Bouüaert, Bernard Yslaire, Denis Lapière, Frank Pé, Pierre Bailly, François Schuiten, Claude Renard, Dany, Alain Goffin, William Henne… : un dialogue vraiment réussi entre passé, présent et futur de notre moyen d’expression préféré.

« L’Âge d’or de la bande dessinée belge » sous la direction de Thierry Bellefroid

Éditions Les Impressions nouvelles (19,50 €) – ISBN : 978-2-87449-232-7

L’indispensable et monumental (31 x 31 cm) n° 12 de La Crypte tonique, magazine dédié à la narration graphique et aux réflexions sur l’image, est consacré aux patrons de la bande dessinée. Pourtant, il n’y est pas question des Georges Dargaud, Raymond Leblanc, Charles Dupuis, Jacques Glénat ou autres Guy Delcourt, mais des formats qui ont porté le 9e art depuis les origines.

En effet, la revue très bien illustrée de Philippe Capart, le gardien-responsable de la Bruxelloise galerie-librairie éditrice éponyme, « se penche sur nos standards de consommation de la bande dessinée qui, pour rappel, ne sont ni universels, ni éternels. » Pour ce faire, il propose un historique éclairant sur les normes du média, la traduction d’un article instructif de Roy Crane (l’auteur de « Wash Tubbs » et de « Buzz Sawyer ») sur les changements de format des comics strips et leurs conséquences pour le 9e art (article publié en 1973, dans le journal professionnel Cartoonist Profiles), l’avis qu’avait Jean-Claude Forest sur les différents formats de publication subits par sa « Barbarella » et diverses interviews passionnantes ; à l’instar de celle de Gérard Thomassian sur les récits complets et l’adaptation des BD italiennes en France, celles de Benoît Bonte et de Renaud Denauw (le dessinateur de « Jessica Blandy ») qui ont longtemps travaillé pour les pockets d’Artima à Tourcoing, celles de collectionneurs comme Yves Grenet qui rassemble les BD de petit format libellées pour adultes ou celle du dessinateur Alec Severin exerçant un regard critique sur ces pratiques destinées à formater, dont les déclarations permettront d’alimenter discussions et controverses sur le sujet.

La Crypte tonique n° 12 : « Les Patrons de la bande dessinée » (25 €)

Galerie Bortier, 16, BE 1000 Bruxelles ; e-mail : info@lacryptetonique.com (www.lacryptetonique.com)

Avec son n° 68 daté d’octobre-décembre 2014 (mais tout récemment mis à la disposition des abonnés), le trimestriel publié par le CRIABD de Bruxelles — Centre religieux d’informations et d’analyse de la bande dessinée – se paie un nécessaire toilettage qui met bien mieux en valeur les seize pages de ce très modeste, mais toujours intéressant, magazine rempli d’informations sur la bande dessinée religieuse en général et plus particulièrement chrétienne.

À la suite de la disparition de son prédécesseur Coccinelle qui a existé le temps de quarante numéros publiés d’octobre 1985 à mars 1994, ce périodique, créé en mars 1998, analyse et liste toutes les bandes dessinées religieuses, sous l’impulsion de son principal animateur : le frère Roland Francart, membre de la communauté jésuite St Ignace. Ce dernier est secondé, depuis plusieurs années, par bien d’autres bénévoles comme Philippe de Mûelenaere, (le président de cette association sans but lucratif fondée le 20 juin 1985), Michel Maes (l’infatigable secrétaire), Dodo Niță (correspondant roumain et trésorier de l’association), Viviane Quittelier (petite fille par alliance — et de cœur — d’Edgar P. Jacobs), Yves Félix, Pascal André, Damien Van Goethem ou Guy Lehideux : dessinateur dont les pages BD humoristiques scénarisées par Xavier Fauche (« Les Facéties du pasteur Lutin ») enluminent agréablement chaque fascicule.

Gabriel n° 68 : revue trimestrielle du CRIABD asbl (15 € pour 1 an)

Boulevard Saint-Michel, 24, BE 1040 Bruxelles ; e-mail : roland.francart@jesuites.be

Pour terminer ce succinct « Coin du patrimoine » de début d’année, nous continuons à mettre à jour le chapitre « Revues d’études » du « BDM : trésors de la bande dessinée » édition 2015-2016 (voir aussi Il se faisait appeler Désiré), en rajoutant le contenu d’une revue fort intéressante des années soixante-dix : Skblllz.

Il s’agit de l’un des premiers fanzines belges de bande dessinée qui doit son nom à une série de gags en BD parue dans le journal Tintin de 1966 à 1969 et qui était une réalisation du Belge Géri (Henri Ghion, né en 1934, dessinateur de la série « Magellan » et ancien assistant de Raymond Reding, puis d’Hergé).

En effet, le fondateur de ce magazine d’études sur la BD qui n’est autre que Patrick Pinchart, ancien rédacteur en chef de Spirou et créateur du site actuabd.com et des éditions Sandawe, nous a envoyé une série pratiquement complète de Skblllz, ceci afin de l’archiver et rédiger cette notice à incorporer à la page 1089 du « BDM » :

SKBLLLZ

Éditeur : Patrick Pinchart

Premier n° : aucune indication de jour, de mois ou d’année mentionnée, mais on peut le dater de la fin de 1972, le n° 2 étant daté de mai 1973 avec la mention 2e année (il existe un n° 0, mais Patrick Pinchart ne se souvient plus de la date exacte de sa réalisation).

Dernier n° : janvier 1979

Contenu : fanzine belge proposant chroniques, actualités de la BD, quelques bandes dessinées amateurs et interviews ou dossiers plutôt bien documentés : R. Leloup et G. Bara (n° 1), « Tintin et le lac aux requins » et Y. Delporte (n° 2), la bande dessinée flamande (n° 3), « Achille Talon » (n° 4), Martial (n° 5), A. Saint-Ogan (n° 6), J. Pleyers, H. Desclez et C. Young (n° 7), etc.

Gilles RATIER

Une page du « Skblllz » dans Tintin.

 

Galerie

2 réponses à Les premiers essais patrimoniaux de 2015

  1. Ping : L’età d’oro del fumetto… | afnews.info

  2. Ping : actuAgedordelabdbelge_2015 janvier 9 | Les Impressions Nouvelles