« In These Words » T1 par Narcissus et Jun Togai

Les rêves érotiques sont le quotidien de beaucoup d’humains. Mais quand ces rêves prennent la forme d’un jeu de viol et de soumission entre un profileur réputé et un tueur en série qu’il est censé analyser, cela devient encore plus troublant.

Le docteur Katsuya Asano fait un rêve récurrent et bien étrange. Dans celui-ci, il est poursuivi par un homme qui ne cherche qu’à obtenir de lui une relation sexuelle sous la contrainte. C’est avec ces images-chocs que débute « In These Words ». Dans la vie, Katsuya Asano est un spécialiste de la psychologie des criminels et, il y a peu de temps, il a réussi à mettre sous les verrous un tueur en série japonais qu’il avait étudié : Shinohara Keiji. Étonné par la personnalité de cet homme qui a réussi à le cerner et à contribué à son arrestation, le tueur est prêt à passer aux aveux, mais seulement face à face avec l’analyste. Une fois sur les lieux, le profileur a du mal à trouver un sommeil réparateur. Chaque nuit, il est dévoré par ces cauchemars à répétition le mettant en scène avec un homme qui le viole. Il faut dire que le lieu est propice à de nombreux fantasmes. Une maison isolée et sécurisée par un simple verrou à digicode. Pour compagnie, à part le meurtrier, il n’a qu’un policier qui ressemble plus à une armoire à glace qu’à un compagnon de soirée endiablée. Peu à peu, le scénario de ces viols se développe et les rapports entre le profileur et le meurtrier deviennent de plus en plus étranges. Ce dernier lui avouant dès leur première rencontre qu’il se serait fait une joie de le « baiser » plutôt que le découper et le démembrer comme ses autres victimes.

Créé par deux Américaines se rassemblant sous le pseudonyme de Guilt Pleasure, ce manga qui n’en est finalement pas un va pourtant encore plus loin que la plupart des ouvrages japonais mettant en scène des rapports homosexuels. Véritable thriller, ce jeu entre les deux hommes est déstabilisant pour le lecteur. Tout comme le profileur, ils ne savent plus s’il faut s’accrocher à la réalité. Les passages de rêves sont extrêmement violents et présentés dans une version crue et non censurée. Le tout alterné par des séquences d’interrogations où, finalement, on ne sait plus trop qui pose les questions et qui doit donner les réponses. Katsuya Asano est réellement sous l’emprise d’un sadique, aussi bien dans ses rêves que dans la réalité.

Le huis clos est bien évidemment angoissant, ces rêves sont-ils prémonitoires ? Le récit suit les codes classiques du thriller tout en y ajoutant une bonne dose de domination et d’actes sexuels. Ce qui fait d’« In These Words » une oeuvre un peu atypique ou la violence des fantasmes de ce docteur, pourtant sain d’esprit, vient le torturer au plus profond de son intimité.

L’origine américaine de ce récit n’est vraiment palpable que dans le traitement des ombres qui est bien différent de ce qui se fait au Japon. Les gris sont omniprésents, non pas sous forme de trame, mais de lavis. Ce qui donne un côté à la fois jeté, mais néanmoins soigné dans le traitement. Le graphisme des personnages est, lui, parfaitement réaliste et correspond aux clichés du genre. De beaux éphèbes, l’un dans un costume parfaitement taillé sur mesure, l’autre un peu débraillé, mais portant avec prestance une chemise immaculée. Tout est fait pour coller aux standards tout en y rajoutant un côté un peu dérangeant, étouffant, glauque et érotique. En plus de la partie dessinée, l’ouvrage comprend un prologue d’une dizaine de pages entièrement romancée. Encore une fois, un traitement atypique rapprochant cette œuvre au polar.

Mélange de réalité vécue et suggérée, cette histoire d’amour atypique est bien évidemment destinée à un public plutôt féru de Yaoi, mais également de thriller un peu décalé. Une niche penseront immédiatement les amateurs de bonnes vertus, un public pourtant de plus en plus développé en France. À noter que ce manga, prévu en deux volumes, a fait l’objet d’une somptueuse édition avec pages couleur, double posters, papier épais et couverture rigide lors de son lancement au salon Japan Expo 2014. Cette édition simple, sortie en novembre de cette même année comporte toujours une superbe illustration en couleurs en début d’album.

Gwenaël JACQUET

« In These Words » T1 par Narcissus et Jun Togai
Éditions Taïfu (9,49€) – ISBN :9782351808689

Galerie

Les commentaires sont fermés.