Strange et « Slave Girl Comics »

Nos amis d’Organic Comix et d’Univers Comics Unlimited continuent de publier des perles qui ne peuvent que ravir les fans, une initiative menée par la passion et qu’il convient plus que jamais de soutenir et d’encourager !

« Slave Girl Comics »

Commençons avec ce fascicule épatant qui inaugure les hors-séries de la collection « Golden Comics ». Vous le savez si vous êtes des fidèles de cette chronique, Jean Depelley et Fred Treglia publient depuis quelque temps des collections de fascicules reprenant des séries de l’Âge d’Or des comics. Des épisodes inédits en France, malheureusement oubliés, que nos compères exhument avec un plaisir non dissimulé pour nous faire redécouvrir tout un pan de la production américaine d’une certaine époque… Ce hors-série est un magnifique exemple de ce travail éditorial à dimension patrimoniale, nous proposant « Malu, the Slave Girl » d’Howard Larsen, une série qui fut de courte durée à cause de la censure qui frappa les comics dans les années 50 sous l’influence du « bon docteur Wertham ». Et « Malu » avait tout pour se faire censurer ! Héroïne sensuelle et lascive, sous-entendus sado-maso, tension sexuelle sous-jacente, combats meurtriers, j’en passe et des meilleurs… Une double lecture qui avec le recul prend d’autant plus de saveur aujourd’hui et que vous apprécierez j’en suis sûr à sa juste valeur !

Sandra Worth et Goeffrey Garth invoquent le pouvoir de l’ancien sceau d’Ormuz qui leur révèle un passé lointain où Malu, la belle esclave, affronte moult danger en compagnie de son protecteur, le valeureux et quelque peu psychorigide Garth. Le couple antique tentera de rejoindre la cité d’Ormuz où Malu espère retrouver son père et échapper à sa condition d’esclave. Le contexte rappelle les aventures exotiques, aventurières et parfois fantastiques de l’époque, entre un Orient fantasmé et la quête héroïque, avec pour atout la sublime plastique de Malu, inscrivant aussi la série dans le Good Girl Art. Malu, sorte de Rita Hayworth ayant tourné nunuche, avec sa coupe de cheveux hollywoodienne et ses tenues légères des Mille et une nuits, se laisse trimballer au gré des chevauchées et des emprisonnements par le plus offrant tout en rechignant – mais pas tant que ça : « Mon Dieu, c’est horrible ! (Oh oui, oui, continuez !) ». Il est intéressant de constater combien Malu, envieuse d’échapper à son statut d’esclave, semble néanmoins ne pas vouloir être autre chose qu’une femme définitivement soumise, puisqu’elle ne cesse de dire à Garth que désormais elle veut être son esclave à lui, amoureusement et sexuellement. Le style de Larsen, à la fois souple, réaliste et naïf, exprime au mieux toutes les nuances du propos et nous offre des images dont la patine ravira tous les esthètes. Bref, « Malu, the Slave Girl » est une petite pépite que je vous conseille plus que vivement de lire, en espérant qu’Univers Comics Unlimited continue ce travail passionnant et nous fasse encore découvrir d’autres merveilles oubliées…
Pour le commander, rendez-vous sur le site : http://fredcomics.over-blog.com

« Strange » n°5 extra

Le numéro 5 de « Strange » est en kiosque depuis février et c’est tant mieux ! Jean Depelley et Reed Man y sont pour beaucoup dans la renaissance de cette revue mythique, et nous proposent une nouvelle fois de replonger dans l’esprit Lug sans revenir en arrière mais bien dans une continuité contemporaine. Au sommaire de ce nouveau numéro, nous retrouverons avec bonheur la très récente série de Stan Lee, « Alexa », où officient John Royle et Dave Gibbons (pas mal !), ainsi que l’épatant « Godland » de Joe Casey et Tom Scioli, magnifique bande dépassant le simple hommage à Jack Kirby pour s’approprier une esthétique inventive et puissante, ouverte et imaginative. Les lecteurs les plus fripons ne louperont pas la sulfureuse Lorelei, succube très charnelle dessinée par Gouveia, dans un épisode plus chaud que jamais. Enfin, Reed Man nous offre un nouvel épisode de « Fantask Force » avec le Gondolier Noir créé par Mitton. Un programme tout à fait alléchant… Au niveau rédactionnel, « Strange » nous propose des interviews et des articles de tout premier ordre : la première partie d’un entretien avec Alan Moore où enfin on ne parle pas de « Watchmen » mais des rapports qu’entretient Moore avec la magie, la spiritualité et le mysticisme, une interview de Tom Scioli abordant des sujets tels que le droit d’auteur, le contexte éditorial des comics, ou la liberté de créer. La revue passe aussi au crible certaines parutions incontournables, ayant la bonne idée de citer par exemple le sublime « Superheroes » paru chez Titan Books l’année dernière, un ouvrage indispensable puisqu’il propose les travaux super-héroïques du couple historique Simon/Kirby. Bravo !

Cecil McKINLEY

Strange n°5 extra
Éditions Organic Comix (6,00€)

« Slave Girl Comics »
Éditions Univers Comics Unlimited (10,00€)

Galerie

2 réponses à Strange et « Slave Girl Comics »

  1. eric poletti dit :

    Bonjour, et félicitations pour votre chronique hebdo, très précise et passionnée.
    Au sujet d’ Univers Comix , pouvez vous intervenir auprès d’eux, pour qu’au moins ils répondent a leurs clients (on doit pas etre des millions).
    Vous dites vous même qu’il faut soutenir ce genre de projet, et je suis d’accord, mais j’ai commandé et déja effectué le paiement (via paypal) de 2 bds dont le Slave girl, et je n’ai eu aucune nouvelle, ni réponse a mes mails.
    Cela fait déja plusieurs mois que ça dure, alors j’espère qu’en passant par vous j’aurai plus d’infos sur ma commande.

    Cordialement.

    eric

    • Cecil McKinley dit :

      Bonjour, merci pour votre message. J’ai transmis votre requête à Univers Comix, je pense que vous devriez recevoir un e-mail incessamment sous peu pour résoudre ce problème qui n’était pas volontaire j’en suis sûr. En tout cas, merci de votre patience et de votre passion pour les comics!
      Bien à vous,
      Cecil McKinley