« Quitter Saigon : mémoires de viet kieu » T1

Clément Baloup est revenu à  » Quitter Saigon  » ! Il publie en effet en juin 2006, à La Boite à Bulles, son premier  » Quitter Saigon  » pour mieux y revenir en 2010 et, finalement, obtenir, à Angoulême 2011, Le Prix ?cuménique de la BD ! ([Cf. article de BDZoom-> http://www.bdzoom.com/spip.php?article4763]).

La mouture actuelle est une version développée (elle comptera même deux tomes) car augmentée (94 pages contre 70 dans la première édition) d’un récit sur les boat-people et d’un rappel historique. Baloup y raconte, sous forme d’interviews dessinées, quelques moments privilégiés d’un séjour au pays de ses ancêtres, les  » Viet kieu « , donne la parole à quatre Vietnamiens et brosse leurs itinéraires, tous liés à la ville de Saigon, alternant vie quotidienne et souvenirs douloureux de ces condamnés à l’exil, dont son propre père, qui ont fui dans les années 1970-80 les persécutions du régime communiste. Le second volume concernera la diaspora vietnamienne aux États-Unis.

La réalisation ne manque pas de puissance : Baloup possède à la perfection le sens du dessin charbonneux et joue avec autant d’aisance de tons impressionnistes qui donnent à ses pages florales une incroyable force. Baloup fut, en 2004, l’auteur remarqué d’ » Un automne à Hanoï « , un carnet de voyage qui prend la forme de courtes bandes dessinées présentant les différents aspects de la vie au Vietnam : rencontres, vie quotidienne… Baloup y alternait textes et dessins et réalisait des séquences d’images à la fois anecdotiques et impressionnistes.

Les amoureux du Vietnam apprécieront les visions colorées de scènes de la vie d’aujourd’hui et redécouvriront pour les mêmes raisons  » Les fantômes de Hanoï  » (Casterman 2006). Gérald Gorridge y concevait pour raconter Hanoï, un album qui hésitait entre carnet de bord et chronique urbaine, entre journal intime et dépliant touristique, mêlant souvenirs personnels, informations culturelles, notations sentimentales et anecdotes chaleureuses. Pour rendre cette errance plus vivante, un haut-parleur s’adresse constamment à lui… Plus qu’un carnet de voyage, c’est une bande dessinée nourrie de personnages souvent féminins. On déambule avec l’auteur qui s’y met en scène dans un graphisme tantôt caricatural et dynamique, tantôt contemplatif. Une vingtaine de pages d’illustrations complètent ce récit personnel.

Sur un tel sujet, on ne peut que rappeler le récent  » Immigrants  » (Renvoi notice : (cf. notice L@BD), signé Christophe Dabitch et une brochette de bons auteurs (Futuropolis).

Enfin, tout près, au Cambodge, les Khmers Rouges ont éliminé au milieu des années 70, près de 2 millions de personnes, sujet que traite le tout prochain  » L’Année du lièvre : au revoir Phnom-Penh « , de Tian, chez Gallimard (mi-mars).

Alors, bons voyages !

Didier QUELLA-GUYOT (L@BD et blog)

« Quitter Saigon : mémoires de viet kieu » T1 par Clément Baloup Éditions La Boite à Bulles (16 €)

«  Un automne à Hanoï  » par Clément Baloup
Éditions La Boite à Bulles (12,50 €)

 » L’Année du lièvre : au revoir Phnom-Penh  » par Tian
Éditions Gallimard.

Galerie

Les commentaires sont fermés.